Commentaires : Pollution spatiale : le projet européen ClearSpace-1 lève des fonds et change de nom

L’Agence Spatiale Européenne (ESA) lance la mission Adrios, un appel d’offre à hauteur de 100 millions d’euros pour un démonstrateur capable de ramasser les débris en orbite autour de notre planète. Le « chasseur » ClearSpace-1, proposé par la start-up Suisse ClearSpace, devrait décoller à l’horizon 2025.

3 J'aime

Pourquoi ce ne sont pas ceux qui polluent qui devraient avoir l’obligation de nettoyer ?

1 J'aime

Actuellement, ce sont les Etats d’où sont lancés les objets dans l’espace qui sont responsables concernant les dommages que pourraient provoquer les engins (et leurs débris). Ils doivent aussi s’assurer que ces derniers peuvent effectivement être désorbités au plus tard 25 ans après leur fin de vie.
Après, beaucoup d’opérateurs ne font pas les manœuvres de désorbitation nécessaires, ou tardent à les faire. Et de toute façon, aujourd’hui, cette règle des 25 ans commence à être très insuffisante.
L’objectif de l’ESA est effectivement et avant tout de faire respecter au mieux l’obligation de ne pas polluer. Toutefois, l’agence souhaite également développer un système pour dépolluer notre orbite, car il peut être dangereux d’attendre pour certains débris…

Vos affirmation sont totalement fausses.
Aucun pays ne peut etre tenu pour responsable d’un débris. Il n’existe aucun accord en ce sens ni aucune jurisprudence.
Concernant l’obligation de désorbiter au bout de 25 ans, là encore vous faites totalement erreur. Cette règle est en fait une loi françaises qui oblige cela uniquement pour nos sociétés, les pays étranger n’ont aucune obligation de respecter une loi francaise. L’europe s’est quand meme imposée la désorbitation en fin de vie d’un sat mais il n’y a aucune loi, c’est juste une question d’accord et de recommandation.
De leur coté, américain, russe, chinois, n’ont absolument aucune loi imposant la désorbitation en fin de vie. C’est au bon vouloir des sociétés de le faire ou pas, et Starlink a décidé de le faire, pour son image écologique il ne pouvait en etre autrement.

Pour le sujet, cela fait 20 ans que l’ESA parle de nettoyer l’espace et au rythme où vont les choses ça me parait difficile de le faire. L’ESA a déja bien grand mal à financer ses sondes et sat que je la vois mal se lancer dans ce nettoyage qui couterait une fortune pour un gain totalement nul. Pire pour un sat nettoyé les autres pays en lancent 20, donc peine perdu.
Ce n’est pas à l’europe de jouer le role de poubelier quand les autres pollues en masse. La solution viendra d’un vrai grand accord mondial mais pour le moment aucun pays hors UE ne semble interesser. Il est probable que le sUSA y viendornt un jour mais pa sla Russie ou la Chine qui mettent l’interet nationale avant tout. Et coté USA avec le bordel que va provoquer Starlink ils seraient mal placé pour faire la morale aux autres.

Ils pourront aussi attraper les satellites Starlink qui nous pourriront la vue du ciel ? :upside_down_face:

C’est peine perdu de vouloir traiter tous ces débris. Il faut juste attendre encore un peu pour la mise au point d’une horde de satellite-laser qui vaporiseront à grande vitesse tous les petits débris dangereux et difficilement « attrapable » comme les vis, écrous, écailles de peinture, fragments divers. Les gros débris, on peut les éviter et ils finissent par retomber plus facilement dans l’atmosphère. En plus, ça pourrait intéréssser les militaire ce qui veut dire avoir plus facilement des crédits…