Commentaires : Passez au libre ! Notre sélection de logiciels libres et open source

Regarde par toi-même entre Photoshop 1.0 et la dernière CC.

La vache, CMJN c’est pour des marchés de niche ? Faut avoir les nerfs solides pour la sortir celle-là.

Le CMJN, c’est utilisé par les graphistes qui envoient des travaux en impression offset. Et oui, ce n’est qu’une petite partie des utilisateurs de logiciels graphiques. Surtout de nos jours ou presque tout se fait sur le web. Sans compter que l’usage des logiciels graphiques dépasse aujourd’hui largement le seul métier de graphiste.

Les logiciels libres bugués et qui font perdre du temps ? Désolé, mais après des decennies d’informatique et d’usage de tout types de logiciels, je ne partage pas votre avis. Mais alors pas du tout…

Je parle de graphistes, photographes, maquettistes, oui des gens dont leur métier consiste a travailler l’image, ceux pour qui photoshop a été créé…
Pas les gens qui détournent une photo pour la mettre dans un PowerPoint ni ceux qui enlèvent les yeux rouges sur les photos d’anniversaires.
Sans aucune condescendance, photoshop s’adresse uniquement aux professionnels de l’image, les autres préfèrent peut être GIMP…

1 J'aime

Ce qui se résume en : tous les supports physiques. Les livres, magazines, la pub / marketing (4x3, affichage public, brochures, PLV, ILV, etc.), emballages, notices, dossiers de presse, menus, stickers et j’en passe…
Un marché de niche que tout ça, c’est évident. Tu y repensera chaque fois que t’auras un support physique imprimé entre les mains :wink:

C’est dit de façon caricaturale, mais en gros, c’est ça. Pour ceux dont l’activité principale est de travailler sur de l’image à longueur de journée, Photoshop est souvent indispensable. Mais pour les autres, soit l’immense majorité des gens, Gimp conviendra très bien dans la très grande majorité des cas. Ceux qui disent le contraire racontent n’importe quoi.

Pas les gens qui détournent une photo pour la mettre dans un PowerPoint ni ceux qui enlèvent les yeux rouges sur les photos d’anniversaires.

Non, Gimp ne s’adresse pas à cette catégorie la. C’est quand même un logiciel complet et complexe avec beaucoup de fonctionnalités. Ce n’est pas un logiciel simplifié pour les usages basiques du grand public. Il y a d’autres logiciels libres et non libres pour ça.

Ce n’est pas parce que vous en voyez souvent que cela représente pour autant une immense activité. Le principe de l’imprimerie, c’est de dupliquer. On peut inonder le monde avec un travail réalisée par un seul graphiste. Et c’est ce que font les multinationales.

Comparez la communication des entreprises sur le web avec ce qu’elles font encore en papier, vous comprendrez que l’enjeu d’aujourd’hui est sur le web, plus dans le papier. Et cela sans compter la tendance écolo qui finira bien par achever le papier.

Outre le fait que la communication papier se fait progressivement supplanter par le web, tout ce que vous voyez imprimé n’a pas été forcément réalisé sur procédé offset, ni réalisé par un graphiste pro. Par exemple, le menu de la majorité des restaurants n’est pas réalisé sur procédé offset, même quand c’est confié à un graphiste pro et un imprimeur. Et les stickers sont bien souvent réalisés par découpe vinyle, pas par impression. Même chez les imprimeurs, les grosses imprimantes laser ont depuis longtemps supplanté les petites presses offset et les petites séries d’affiches sont réalisés sur de grandes imprimantes jet d’encre. Des procédés suffisamment différents de l’offset pour qu’il vaille mieux laisser la conversion “CMJN” aux drivers de ces bécannes. Et je met CMJN entre guillemet parce que certaines imprimantes ont plus de 4 encres.
Et si vous suivez la tendance, vous verrez que des écrans grand format commencent à remplacer les affiches en papier. Fini le CMJN…

J’ajoute que votre vision est un peu dépassée. Nous sommes à l’époque ou beaucoup de PME et TPE veulent maîtriser leur comm’ elle même. Elles arrivent chez les imprimeurs avec des travaux déjà réalisés sur des logiciels courants, pas des softs pro. A charge pour le professionnel de se démerder avec les détails techniques de son procédé d’impression…

Le principe de l’imprimerie, c’est de dupliquer. On peut inonder le monde avec un travail réalisée par un seul graphiste. Et c’est ce que font les multinationales.

C’est le but aussi de la communication sur le Web.

Quant à la fin du papier c’est un vœux pieu qui n’arrivera pas de si tôt. La dématérialisation à créé plus de papiers qu’avant. Paradoxale…

Et sur le coup du graphiste qui file son travail dégueu à un imprimeur pour que ce dernier se demerde c’est que le graphiste en question est un incompétent. Bien entendu, si le rendu final de son travail dégueu est dégueu, il se plaindra de l’imprimeur.

T’as pas dû essayer Gimp récemment non ?
Démarrage ultra rapide, une tétrachiée de plugins/filtre, interface mono fenêtre, gestion des couleurs en 32bits, OpenCL, OpenGL. Bref, rien à voir avec la version de 10 ans en arrière. Après Photoshop, j’ai arrêté depuis une dizaine d’année, c’est fort probable qu’ils ont avancé aussi.

Pour les suites offices, il y a onlyoffice, c’est de la bombe niveau compatibilité (100% compatible DocX, interface à la MSOffice, gestion cloud sur serveur si nécessaire avec édition en ligne multitutilisateurs, etc…)

Aujourd’hui Thunderbird reste la référence du client mail, pas seulement parce qu’il est hyper stable, mais surtout parce qu’Outlook est super lourd et pas compatible avec Caldav/CardDav/Gmail/PGP etc…

Handbrake n’existait pas il y a 20ans, et Blender non plus. Il y a aussi tous les autres non énoncés ici, comme VSCodium, Atom, Darktable, Exfalso, etc…

La dernière fois c’était jeudi dernier. La première fois ça devait être y’a une quinzaine d’années, je pense. Ça reste toujours aussi immonde, mais quand t’as pas le choix tu fait avec.

Quant à la fin du papier c’est un vœux pieu qui n’arrivera pas de si tôt. La dématérialisation à créé plus de papiers qu’avant. Paradoxale…

En réalité, c’est à cause des imprimantes.

Rappelons qu’il y a 30 ans, les entreprises devaient fournir régulièrement d’épais catalogues papiers qui étaient renouvelés régulièrement avec une diarrhée de documents commerciaux. Et la plupart de ces documents étaient fabriqués en impression offset.

Mais les temps ont bien changé. Le “je vous envoie le catalogue” ou “je vois envoie notre plaquette” a laissé largement place à “allez visiter notre site web a l’adresse…”.

Et si vous regardez les notices imprimées des appareils, elles sont devenues minimalistes. Avec un lien pour de plus amples informations sur un site web. Fini les volumineux manuels imprimés.

Bref, même si on imprimera sans doute encore très longtemps avec des volumes décroissants, l’age d’or du document papier(et du graphiste papier) est largement derrière nous.

Et sur le coup du graphiste qui file son travail dégueu à un imprimeur pour que ce dernier se demerde c’est que le graphiste en question est un incompétent. Bien entendu, si le rendu final de son travail dégueu est dégueu, il se plaindra de l’imprimeur.

Non, c’est pas la faute des graphistes.
Beaucoup de gens (TPE/PME et particuliers) ne font pas appel à un graphiste professionnels. Ils envoient à l’imprimeur ce qu’ils ont fait avec des logiciels courants. Les petits imprimeurs ont l’habitude.

Vous avez tort, l’ergonomie de Gimp est excellente. C’est un logiciel que j’utilise avec plaisir, même après des années d’utilisation de Photoshop.
Ceux qui rencontrent des problèmes, c’est parce qu’ils ont pris Gimp pour une copie de Photoshop. En essayant Gimp de manière ponctuelle, ils ne retrouvent pas leurs réflexes et sont perdus.
Malgré des similarités, c’est un logiciel très différent. Et qui dit logiciel différent implique phase de trouble ou il faut réapprendre à travailler.
Une fois cette phase passée, on découvre les vraies forces de l’ergonomie de Gimp.

C’est d’ailleurs un problème que l’on rencontre avec la plupart des changement de logiciels. Cela explique pourquoi l’habitude d’un logiciel induit une difficulté à changer.

Je n’ai pas parlé de “catalogue”. Revois ton argumentaire stp.

Non, c’est pas la faute des graphistes.

Et voilà, exactement ce que je disais, la réponse parfaite du mauvais graphiste :slight_smile:

Pour bosser sur les 3 OS principaux du “marché”, voire avec d’autres obscures tel qu’Haiku, je suis à l’aise avec le changement. Mais bizarrement, passer de PS à Gimp ça me file des boutons.

Entre un Gimp gratos et PS à 70€/mois/personne, pourquoi les studios ne sautent pas le pas ? Je veux dire, les gens se forment et basta.
Regarde dans la PAO, en quelques années InDesign a renversé une (voire deux) décennie de domination d’XPress. Dans d’autres secteurs Linux a pris le pas sur les UNIX propriétaires, Apple/Google ont tué Nokia. Sega est mort. La liste est longue.

Il faut arrêter de se cacher derrière la fausse excuse de la “difficulté à changer”. Le changement est opéré quand ça vaut le coup/coût. Photoshop a 30 ans, Gimp en a 25, si ce dernier était supérieur à Photoshop ça se saurait depuis le temps. Attention, je ne dis pas que ça n’arrivera jamais (faudrais être con).

Vous avez juste oublié de lire ce que j’ai écrit :wink:

Comme je l’ai écrit plus haut, il y a d’excellentes raisons (je peux en citer plusieurs) au fait que les graphistes professionnels choisissent d’utiliser Photoshop.

Et à l’inverse, autant d’excellentes raisons pour que ceux qui ne sont pas des professionnels de l’image aient intéret à choisir plutôt Gimp.

Ce n’est pas parce qu’un graphiste professionnel choisit Photoshop pour de bonnes raisons que pour autant, ce choix serait forcément pertinent pour tous. Ni qu’un autre choix serait mauvais.

Dans les critères de choix d’un logiciel, il n’y a pas que les fonctionnalités qui comptent. Le prix, la licence et l’intéropérabilité avec les clients/fournisseurs sont également des critères de choix très importants. Payer une licence d’un logiciel couteux n’a de sens que si on la rentabilise.

Rappelons que Gimp est gratuit et sous licence LIBRE. Ce sont des avantages concrets et non négligeables. Gimp est suffisament complet pour convenir à tout ceux qui ont besoin de traiter des images dans leur vie et leur métier, sans que ce soit leur principale occupation. Soit la très grande majorité des gens.

Pour bosser sur les 3 OS principaux du “marché”, voire avec d’autres obscures tel qu’Haiku, je suis à l’aise avec le changement. Mais bizarrement, passer de PS à Gimp ça me file des boutons.

Non, vous sous estimez complètement la difficulté de changer de logiciel graphique. Il faut complètement réapprendre à travailler, réacquérir des réflexes mentaux et trouver de nouvelles façons de résoudre des problèmes, ce qui est particulièrement long : Au bas mot plusieurs mois pour redevenir productif. C’est autrement plus long que de changer d’Os. Même une personne agée arrive à se sentir a l’aise sur un nouvel Os en seulement quelques jours. Un logiciel graphique ou un logiciel de CAO que l’on a utilisé de manière intensive et à fond pendant des années, c’est une autre paire de manche pour revenir au même niveau de maîtrise, même pour des personnes qui sont très à l’aise avec le changement. Un gros logiciel ne se maîtrise pas en 2 jours.

Dans cette liste il manque CALIBRE , véritable couteau suisse pour les livres numérique , surtout quand on possède un kindle

  • VLC
  • UltraVNC
  • Thunderbird
  • STUdS
  • Ditto
  • Notepad++
  • Virtualbox
  • GLPI / OCS Inventory
    etc

Le problème c’est qu’ils sont rarement à la hauteur de leur concurrents payants.
Il manque parfois des fonctions de base :
Pour Keepass par exemple ils n’ont pas de serveur en ligne pour sauvegarder les mots de passe, il faut bidouiller soit même pour y stocker quelque part ailleurs
Pour Openshot il n’y a même pas la gestion des LUT
LiffreOffice n’intègre pas toutes les normes de Microsoft, les documents peuvent donc avoir un aspect différent.

Pour Keepass par exemple ils n’ont pas de serveur en ligne pour sauvegarder les mots de passe,

C’est marrant, moi j’appelle ça un énorme avantage.

Parce que merci, mais je préfère gérer moi même la « sauvegarde » de mes mots de passe.

Apprendre à gérer ses données et à les sauvegarder, c’est dans les rudiments de l’utilisation de l’informatique que tout le monde se doit de maîtriser.

LiffreOffice n’intègre pas toutes les normes de Microsoft,

Soyons sérieux, deux logiciels différents et complexes ne seront jamais à 100% compatibles.

1 J'aime