Commentaires : Le Venezuela veut "s'armer" de bitcoins pour contourner la surveillance internationale

Alors que le Venezuela vit depuis des années une crise économique, financière et monétaire, le pays envisagerait d’acquérir des cryptomonnaies pour secourir une entreprise d’État.

C’est le problème du socialisme et de son économie planifiée : ça ne fonctionne pas, nulle part, jamais, quelque soit la nuance, quelque soit la population, quelque soit l’environnement institutionnel : son échec est aussi inéluctable que l’existence de la gravité.

L’argent n’est PAS une mesure de la valeur/richesse.

Trump ne fait que vaguement accélérer ce que le socialisme lui-même atteindra toujours : la misère pour le peuple mais la richesse pour l’élite (quand elle parvient à s’enfuir avant l’effondrement et la libération).

Le chavisme, la peste du XXIème siècle :

3 J'aime

Thank you Trump of the Dead…

Et donc vu que le socialisme ne plait pas aux autres (ingérence étrangère) on met des sanctions aux pays concerné, des embargos pour l’empêcher de faire fonctionné son économie et pointer du doigt le président (le régime)comme ennemi du peuple car il ne se converti pas a la religion capitaliste ?

2 J'aime

Je ne soutiens pas les ingérences. La crise a commencé bien avant les sanctions. Si un peuple n’est pas capable de faire sa propre révolution en instaurant les institutions qui lui conviennent, il mérite ce qu’il lui arrive.

Ce n’est pas une question de plaire ou pas : le socialisme ne fonctionne pas. Une compréhension erronée de la nature humaine ne peut conduire qu’à de mauvaises institutions (politiques) humaines.

Au delà du fait que le socialisme ne fonctionne pas, nous sommes d’accord sur ce point, je tiens a vous précisez que les sanctions américaines existe depuis l’arrivé de Chavez au pouvoir au terme de son premier mandat ce n’est pas nouveau, Maduro a fais de mauvais choix ce qui a précipitez les choses cela n’empêche l’élément premier de la crise qui perdure sont les sanctions on pourrait prendre le cas de l’Iran pour illustrer mes propos(contrat d’armement avec le Royaume uni conclu à l’époque, marchandise non fourni, les avoirs Iraniens gelés), le Zimbabwe autre exemple dans une moindre mesure contre les choix (pas très jolies non plus) du défunt président Robert Mugabe.
Un seul mot d’ordre, le président doit partir car il nous plait pas !!!

Les socialistes eux-mêmes disent que non :

Les sanctions sont-elles la cause de la crise économique?
Le profond effondrement économique dans lequel le pays est plongé n’a rien à voir avec les sanctions. Comme nous l’avons déjà expliqué, la crise a éclaté en 2014, plusieurs années avant les premières grandes sanctions économiques d’envergure. … Le véritable effet des sanctions économiques ne fait que commencer à se faire sentir…

Source : Venezuela. A propos des sanctions internationales: étouffer le noyé

je ne comprends pas le rapport entre le socialisme incapable de planifier une économie, et l’opinion que l’argent ne serait pas une mesure de valeur

Généralement, les socialistes (mais pas que) pensent qu’il suffit d’imprimer du billet (ou son équivalent électronique moderne) pour créer de la richesse (d’où inflation, perte du pouvoir d’achat, etc.) dans le but de compenser le fiasco inéluctable qui résulte de la planification.

Parce que l’avidité du capitalisme libérale fait mieux vivre ? Laisses moi rire.
Quelques uns s’enrichissent sur le dos de millions d’humains, que le pays soit développé ou non.
Maintenant, ni le socialisme (=marxisme détourné), ni le capitalisme libérale ne permet à tout un chacun de vivre correctement en travaillant.
Il faut se tourner vers le système Mormons, qui ont inventé le capitalisme …équitable il y a 150 ans avant qu’il soit (encore) détourné vers un système ultra libérale.

2 J'aime

Les inégalités dans la distribution des richesses sont dues aux inégalités dans la répartition du capitalisme.

Comparer les niveaux de richesse n’a aucun intérêt : ce qu’il faut regarder, ce sont les niveaux d’accès aux biens et services. Et là il n’y a pas de miracle : seul le capitalisme permet à tout le monde de sortir de la pauvreté (d’avoir accès aux biens et services peu coûteux).

Le capitalisme est heureusement là pour rester dans les larges sociétés : le naturel revient toujours au galop.

Le collectivisme n’est pas à jeter entièrement cependant : dans les communautés où le nombre de personnes est réduit (typiquement < 150), le communisme peut très bien fonctionner parce que tout le monde se connaît.

Au-delà, la confiance inter-personnelle, qui est limitée par notre capacité cérébrale, est remplacée par l’argent qui sert d’outil de confiance mutuelle. Qui dit argent dit capital, d’où capitalisme. Rien de nouveau, même Marx l’avait compris.

Go Bitcoin GO!