Commentaires : Le Pentagone s’intéresse aux fusées de SpaceX pour le transport militaire

Le 7 octobre, le service de transport logistique du Pentagone a annoncé qu’il étudiait avec SpaceX la possibilité d’utiliser des fusées spatiales pour transporter du matériel militaire n’importe où sur Terre en quelques minutes.

Il s’agit de financement.
Comment contourner les règles de l’OMC en injectant de l’argent.
Ils vont développer un nouveau lanceur qui en fin de compte n’interressera pas l’armée, mais il y aura un usage civil.

1 J'aime

Mais à quoi le Pentagone ne s’intéresse pas ? Genre, c’est une surprise… Même pour des trottinettes électriques, ils ont du s’y intéresser.

1 J'aime

Autant les américains subventionnent massivement les compagnies du new space, autant le spatial ne rentre pas dans le champ de l’OMC.

1 J'aime

Ça me rappelle ce qu’un de mes collègues m’avait dit sur les design militaire. Si tu pense a une idée (même farfelue) pour une arme militaire, il y a 10 gars qui l’on déjà teste

À ce stade, qui se soucie. les gens ferment les yeux sur le fait qu’Ariane a reçu des subventions bien avant la guerre Spacex, même si de. Ariane ne pourrait pas survivre les 60 prochaines secondes sans paiement de l’ESA, du CNES et des autres. Les systèmes de fusées réutilisables sont l’avenir, mais vous ne le verrez jamais en Europe. Les syndicats européens fermeraient la France, l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie avec des grèves ouvrières avant de permettre une main-d’œuvre maigre et verte de style Spacex avec des fusées réutilisables

La rentabilité des lanceurs réutilisable est loin d’être triviale car si la manip fait gagner d’un côté, elle fait aussi perdre de l’autre, à commencer par l’importante diminution de la charge utile qu’implique la malédiction de Tsiolkovsky; car on ne parle pas d’avions mais bien de fusées qui doivent s’arracher du puits gravitationnel terrestre !!!
Donc en attendant des chiffres permettant de corroboré un éventuel gain, j’observe que la vielle Ariane se taille toujours la part du lion sur le marché (celui ouvert à la concurrence internationale, hein) des satellite géostationnaires, ce pour quoi elle a été conçu et ce pour quoi elle excelle avec un dV à 1500 m/s et une inclinaison de 3°, alors qu’avec ces lanceurs réutilisables Space X n’offre qu’un service minimum de 2200 m/s et 27° (le tout pour une masse sèche réduite, malédiction de Tsiolkovsky oblige).

C’est le problème. L’industrie est en train de passer de l’orbite géostationnaire à l’orbite terrestre basse. Ariane ne parvient pas à convaincre les États membres de l’ESA de soutenir 6 lancements ou plus chaque année en orbite géostationnaire car de nouvelles opportunités de profit s’ouvrent dans d’autres domaines. La technologie réutilisable est l’avenir. Le seul processus nécessaire est une inspection du véhicule et des pièces de rechange si nécessaire. Chaque fois qu’Ariane V, Vega ou Soyuz décolle, vous payez pour un nouvel acier à couper ou une nouvelle fibre de carbone à mouler. La logistique des équipements de fabrication dans d’autres pays ajoute également des coûts. Coût que Spacex et Blue Origin n’ont pas à payer.