Commentaires : Le lanceur Falcon 9 de SpaceX bat un nouveau record de réutilisation

SpaceX a réussi à envoyer avec succès le satellite ANASIS-II en orbite ce 20 juillet. Avec seulement un peu plus d’un mois entre deux vols consécutifs, le premier étage réutilisé de la fusée bat un record datant de l’âge d’or des navette spatiales.

2 J'aime

SpaceX n’a plus besoin de vols commerciaux, c’est la NASA et le gouvernement US qui lui paie (très grassement) tout via les missions scientifiques, militaires et les dessertes d’ISS.
Et ce vol militaire de la Corée du Sud, on se doute que ça a été imposé à la Corée qui est sous totale domination militaro-stratégique américaine (d’ailleurs ils n’achètent que du matériels militaires US).

2 J'aime

Le vol n’a pas été imposé à la Corée du Sud, mais la remarque est en partie vraie : le satellite a été offert (et son décollage) par Lockheed en compensation de contrat F-35.

SpaceX a besoin de capitaux, car Starship et Starlink coûtent bien plus que ce qui rentre côté NASA et gouvernement (il ne faut pas oublier que ces derniers paient essentiellement des services, pas un développement « dans le vent »).

1 J'aime

La NASA et l’armée paient quand meme le double du prix d’un lancement, ça aide. On appelle ça de la subvention déguisé, mais le gouvernement US fait déja ça avec Boeing (cas du A330 MRTT) et LM depuis toujours.
Par contre je reste persuadé que cette commande à SpaceX été imposé, tout comme le F15SE (pourtant arrivé bon dernier lors de la compétition d’évaluation de leur nouvel avion de combat) leur avait été imposé. La Corée du sud est totalement sous domination US, il ne fallait pas s’attendre à voir ce contrat laissé à un autre pays que les USA

2 J'aime

Ca fait un certain temps qu’ils ne paient plus le double, même s’il y a toujours un premium assez large. Mais dans tous les cas ça ne peut permettre de financer les grands projets de SpaceX à eux tout seuls (ce qui explique les levées de fonds successives l’an dernier et cette année).
Il faut donc chouchouter les « vrais » clients aussi…

1 J'aime

C’est pas comme si Ariane 6 se finançait sans l’aide des états européens :roll_eyes:

2 J'aime

Ce qui me paraît intéressant pour la suite c’est le succès de la récupération des deux coiffes.
Non seulement ils progressent de ce côté et vont certainement améliorer le taux de réussite par la suite, mais ça va surtout leur permettre de réduire assez fortement le. coût de leurs propres lancements Starlink

1 J'aime

Sauf que Ariane 6 appartient aux états membres de l’ESA puisque c’est l’ESA qui est maitre d’oeuvre et qui sous-traite le developpement et la construction à Arianegroup. Arianespace ne gère que la commercialisation du lanceur qu’elle achète à l’ESA via son constructeur Arianegroup. Mais l’ESA reste maitre d’oeuvre et propriétaire d’Ariane. donc rien à voir avec SpaceX.
D’ailleurs il n’y a qu’à voir le nombre de lancements de satellites ou sondes gouvernementales qui ont été envoyé par les russes pour se rendre compte que l’europe ne pratique pas le protectionnisme comme les américains qui impose un lanceur US pour ses sat et sondes. Mais les choses tendent à changer car si on veut sauver Ariane faut faire comme les autres.

3 J'aime

fortement c’est relatif. Le paire de coiffes coute 6 millions$, soit 10% du prix. C’est interessant mais -10% je n’appelle pas ça réduire fortement le cout des lancement. D’autant que la récupération de coiffe n’est pas garantie, ça reste une opération complexe et hasardeuse (la météo en mer est parfois instable, un petit cout de vent est fréquent) qui ne garanti pas le succès. Hier la météo était vraiment très calme ce qui a permis une récupération aisé mais ce n’est pas toujours aussi parfait. si SpaceX arrive à récupérer une fois sur 3 ce sera déja exceptionnel, donc pas certain que l’impact financier soit si énorme que ça.

1 J'aime

6 millions multiplier par le nombre de lancements starlink c’est tout sauf négligeable.

Ensuite tu pars du principe que c’est grace à des circonstances exceptionnelles, ouai, in disait pareil pour les boosters il n’y a pas si longtemps.
Progresser c’est la substance même de Spacex donc ils affineront avec le temps.

De toutes manières, même si les coiffes tombent dans la flotte ils peuvent les réutiliser pour leurs propres vols

1 J'aime

6 millions par lancement mais tu te bases sur le fait que c’est récupéré à chaque fois. Sauf que c’est rarement le cas et contrairement à ce que tu prétends ils n’améliorent pas leur technique, ça reste très dépendant de la marée et du vent, et il y a eu un second bateau en renfort depuis 8 mois. bref très hasardeux. Ca n’a rien à voir avec le retour du core qui est juste une question de réglage technique
Tu veux des stats sur les récup de demi coiffe ?
en 2016: 3 tentatives/ 0 récupération
en 2017: 6 tentatives/ 0 récupération
en 2018: 11 tentatives/ 0 récupération
en 2019: 7 tentatives/ 2 récupérations d’une demi coiffe (arrivé d’un second bateau filet fin 2019)
en 2020: 9 tentatives/ 3 récupérations dont une coiffe complète (hier)
Franchement je ne vois pas où est l’amélioration, ça reste encore très hasardeux et c’est loin d’impacter le cout des lanceurs suivants.
Quand aux coiffes récupéré en mer, il s’avère que peu sont récupérables meme si pour certaines ça a pu se faire mais avec quelques changement de pièces tout de meme (donc gain d’économie plus faible) car la mer est très corrosive.

2 J'aime

Hum, c’était vrai pour Ariane 5, ça l’est beaucoup moins avec Ariane 6. Le lanceur a été développé dans un partenariat public-privé et ArianeGroup a investi plus de 400 millions dans le programme. L’entreprise est maître d’oeuvre, et elle a eu beaucoup de latitude avec le développement, du moment qu’il respectait les grandes lignes posées par l’ESA. L’agence a d’ailleurs accepté le principe de « préférence européenne » si ArianeGroup maîtrise ses coûts.

1 J'aime

Ar6 au début c’est l’ESA qui a choisi et imposé sa version dite PPH (à poudre). Mais c’est au conseil de sminstres de décider car ce sont eux qui paie.
Or le secteur privé n’en est pas resté là et à fait un contre projet moins couteux et surtout permettant de sauvegarder des activités car il reprenait pas mal de choses d’Ar5, et c’est ce choix qui a été choisi par le conseil des ministres et validé par l’ESA.
Donc oui le secteur privé est à l’origne de cette version d’Ar6, elle a sa part du gateau de ce fait, mais à la base le programme Ar6 a bien été commandé et validé par l’ESA et le conseil des ministres membres de l’ESA

Quelques questions me taraudent… Est-ce vraiment une mission commerciale ou bien plutôt une classique mission institutionnelle militaire (certes, pour un allié) fermée à la concurrence internationale ? Et si Lockheed est partie prenante pourquoi ne pas avoir mobilisé un de ses propres lanceurs (via ULA) ? Quelle est la masse sèche du satellite ?

LM n’est certainement pas à l’origine des pressions. C’est généralement le gouvernement US qui fait pression sur ces pays où elle assure la protection (voir cas du F35 vendu à l’Espagne ou la Belgique). elle impose des contrats avec ses sociétés qui ont besoin d’aide financières, les F15SE pour Boeing, les F35 et ce sat pour LM, le lanceur pour SpaceX. C’est bien réparti.

Sauf que tu ne comprend probablement pas la complexité du cas de la Belgique (nous-même avons d’ailleurs souvent du mal à nous y retrouver) neutre

Il faut savoir que l’armée est fortement infiltrée par la Flandre, et que ce sont essentiellement des ministres flamands qui ont pris la décision d’opter pour le F35, alors que les responsables francophones n’étaient pas chauds et auraient préféré un autre choix, mais n’ont pas eu voix au chapitre

1 J'aime

Pour SpaceX c’est un contrat commercial, mais en effet il n’a pas été attribué sur des critères internationaux. Lockheed est de fait le constructeur de référence ici, puisqu’il s’agit d’une compensation avec le contrat F-35. Partant de là, les satellites de Lockheed sont soit trop chers soit trop peu adaptés pour le client, et la commande est passée chez Airbus DS France. De la même façon, un lanceur ULA était sans doute trop cher (et pas disponible en temps et en heure) pour ce lancement, avec des créneaux réservés pour la NASA cet été (Perseverance) et le gouvernement à l’automne.

1 J'aime

oui mais les Flamands étant décisionnaires en Belgique les américains ont logiquement fait pression sur eux. La base aérienne américaine étant située à Kleine-Brogel (Flandres) ils n’ont pas eu de mal à faire pression en menacant de fermer la base. Il y a aussi le cas de l’arme nucléaire B-61 (il y en a 12 qui protègent la Belgique) les américains la réserve uniquement à leurs avions. Donc si vous voulez avoir la continuité de la protection nucléaire US ils faut obligatoirement prendre un avion US. Voila en gros les pressions qui ont eu lieu sous le manteau. Pas d’avions US, pas de protection nucléaire, pas de protection US. C’est le meme type de pression qu’on subit les japonais, les coréens, les espagnols, les norvégiens, les polonais, etc …
Mais bon, on est hors sujet

1 J'aime

C’est quoi qui est si compliqué dans la récupération des coiffes qui fait qu’ils se cassent les dents depuis des années ?
Il ne suffirait pas de les laisser tomber dans l’océan (avec un parachute pour pas qu’elles se cassent au moment du contact et un petit flotteur), les repécher, les nettoyer à l’eau douce et hop ? Après tout, c’est que de la tôle, il n’y a rien d’aussi complexe que ce que l’on trouve dans le moteur ou le cerveau de la fusée.

Je te félicite, tu en sais plus long que moi sur la manière dont se passent les choses dans mon propre pays jap