Commentaires : La Maison Blanche refuse de signer « l’appel de Christchurch »

Alors que vingt-six pays et géants de la tech ont signé « l’appel de Christchurch » pour lutter contre les contenus en ligne extrémistes, les Etats-Unis refusent de se rallier à l’initiative.

“Les Etats-Unis défendent « la liberté d’expression »”

Heu, on parle du pays qui a chié sur la neutralité du net là non ? Ah on me dit dans l’oreillette que je devrais regarder ailleurs…

La liberté d’expression ,n’est pas négociable. Mais ce qui interpelle c’est le nombre de vues générées par ce genre de saloperie.Ceux qui se vautrent dans les réseaux sociaux devraient se poser la question. En France, on passe son temps à rafistoler des lois qui sont devenues des outils politiques d’orientation de la pensée. c’est la fameuse “cage aux phobes”…

2 J'aime

je suis pas très chaud, à cause des dérives.

Bientôt les lives de Gilets Jaunes, même si je n’approuve pas, seront interdit

En faite les États-Unis c’est leurs gagné pains ,ça les intéresse pas de signer , ils faut bien faire des guerre et piller la richesse des autres pays , ils veulent que la haine continu pour faire monter l’extrémisme dans le monde , le but de Trump c’est de vendre des armes etc…

Le jour où “les Gilets Jaunes” seront une organisation placée sur la liste des organisations terroristes alors oui, il y a ce risque. Sauf que ça n’arrivera évidement jamais (non, jamais, cherchez pas, non non, non j’ai dit, la France n’est pas une dicatature en marche. Stoooop. Non. Chuuut. Voilà).

Bref, remarque à côté de la plaque. Le jour où les gilets jaunes, avec les memes paramètres actuels hein, sont placé sur une liste d’organisations terroristes, c’est qu’on aura changé de paradigme et qu’on sera passé de l’autre côté de la frontière entre démocratie et totalitarisme. Et dans ce cas, tous les appels et toutes les conventions du mondes qui auraient pu être signées seraient caducques de fait (un totalitarisme ne se soumet qu’à lui même).

Ce genre d’engagement ne se considère qu’en prenant en compte l’état de démocratie de la partie qui le signe.

quoi que il y a des fois ou on peut se poser la question quand même …
parce que foutre le feu a des véhicules, des commerces, vandaliser des monuments n’est pas malin et démontre une certaine idéologie …
A part ça … réaction étonnante (humour inside) de la part d’un pays qui s’est assis sur la neutralité du web …

c’est une évidence, puisque c’est un pays extrémiste

Prudence est mère de sureté.

Mais trop de prudence nuit. Je vois beaucoup de personne imaginer le “le jour où” “les dérives” etc. C’est bien, il faut le faire.

Mais faut aussi pondérer les risques et accepter qu’une part d’entre eux soit encourus. Aller trop dans la neutralité du net, dans la liberté excessive est à double tranchant. La dérive que vous citez, n’arrivera probablement jamais sans raison valable. C’est bien de la prendre en compte, mais comme dit, trop de prudence nuit.

Comme @papem qui dit “La liberté d’expression ,n’est pas négociable.”.
Si, elle l’est, mais dans une certaine mesure. Dans un état où l’on vit ensemble, on ne peut pas accepter que ce ne sois “pas négociable”. Il faut obligatoirement des limites. Sinon ce n’est plus équilibré.

Ils ont raison de refuser de s’associer à cette pitrerie : on laisse diffuser toutes les horreurs des terroristes islamistes depuis des années, dans tous les média sociaux, sans réaction, et pourquoi brusquement cette agitation aujourd’hui ?

1 J'aime

Je ne suis pas d’accord.
Non, la liberté d’expression n’est pas négociable. Les livres d’histoires montrent qu’a partir du moment ou elle n’est pas entière, inconditionnelle et sanctuarisée, on aboutit inéluctablement à de graves dérives.
Et ce qui se passe en France le démontre.
Avec l’affaire des Gillet Jaunes, on commence à voir des gens condamnés pour de simples paroles. Il y a 10 ans, ça aurait été complètement impensable.
Le glissement est bien la. Et c’est très inquiétant.
Le problème de fixer des limites à la liberté d’expression, c’est que ce sont inéluctablement les états qui les fixent. Simple question de temps avant qu’ils ne confondent “abuser de la liberté d’expression” avec “interdire ce qui dérange le pouvoir en place”.
D’ailleurs vous remarquez que les commentaires haineux de ceux qui appelaient la police à tirer dans la foule n’ont jamais été poursuivis ni même censurés.
Réalisez que les idées et les mots ne tuent pas. Les pays qui ont sanctuarisé la liberté d’expression totale dans leur constitution ne se portent pas plus mal que nous.
Mon opinion et que se taper les commentaires puants de quelques abrutis sera toujours préférable à se retrouver devant un tribunal pour des idées. Et au moins, vous pourrez leur expliquer pourquoi ils se trompent.

2 J'aime

Pays où tu n’as probablement jamais mis les pieds. J’y suis allé 4 fois, aux 4 coins, je n’ai jamais eu peur une seule fois pour ma vie, ce qui n’est pas le cas en France.

Par conséquent j’ai le droit de faire l’apologie du terrorisme ? De la Xénophobie ? D’insulter mon voisin ? D’appeler à la haine ? D’appeler au blocage du pays ? Puisque celle-ci n’est pas négociable. Voir même de convertir les autres à mes idéologies chaotique ? Allons-y gaiement, ne nous privons pas.

Ce qui se passe en France ne démontre rien. Uniquement dans votre opinion et votre façon de penser. C’est “votre” avis. Si vous parlez des GJ amendés pour appeler à la haine, je vous renvoi au début de mon paragraphe. C’est parfaitement normal.

La liberté d’expression doit avoir une limite, si l’on veut vivre de façon civilisé. Ne vous en déplaise.

“Réalisez que les idées et les mots ne tuent pas.”
Ohohoh. Votre plus grande erreur dans votre démarche intellectuelle. Vous n’avez pas idée à quel point vous avez tort la dessus. Et de très, très très loin.

(ps: navré pour les éditions :D)

Donc si je suis votre raisonnement, si on autorisait la liberté d’expression totale, ce serait le chaos, l’apocalypse, la fin du monde et il y aurait du terrorisme partout.

Réalisez juste que ce n’est pas du tout ce qui se passe dans les pays qui ont moins de censure qu’en France.

La liberté d’expression doit avoir une limite, si l’on veut vivre de façon civilisé. Ne vous en déplaise.

Sans la censure, le chaos. Le grand classique du discours qu’on entends dans toutes les bonnes dictatures.

Et si vous regardez les débats sur la question, vous verrez que beaucoup d’individus voudraient juste censurer tout ce qui ne correspond pas à leurs propres idées.

Ohohoh. Votre plus grande erreur dans votre démarche intellectuelle. Vous n’avez pas idée à quel point vous avez tort la dessus. Et de très, très très loin.

Sauf qu’il y a une erreur fondamentale à penser qu’une idée serait la même chose qu’un acte.

Dans une démocratie, on condamne des actes, on ne fait pas de procès d’intentions.

Par conséquent j’ai le droit de faire l’apologie du terrorisme ? De la Xénophobie ? D’insulter mon voisin ? D’appeler à la haine ? D’appeler au blocage du pays ? Puisque celle-ci n’est pas négociable. Voir même de convertir les autres à mes idéologies chaotique ? Allons-y gaiement, ne nous privons pas.

Vous savez, dans la vie, le plus dangereux n’est pas ce que l’on entends, ce que l’on voit et ce que l’on débat, mais ce qui progresse silencieusement dans l’ombre et que l’on ne voit… que quand il est trop tard.

Réalisez que le racisme, l’islamisme radical et toutes les idées haineuses ne se sont jamais aussi bien portées en France. Et paradoxalement, la censure, en empêchant tout débat sur ces questions interdit par conséquent aussi de les combattre.

1 J'aime

Vous suivez mal mon raisonnement, ce n’est pas ce que j’insinuais. Vous essayez de me faire tourner en ridicule alors que je n’ai jamais dis ça : cela montre que vous n’avez pas d’argument, mais c’est assez classique. Alors on reprend :

Vous m’avez repris sur le “non négociable”, que ça devait être “inconditionnel” alors que je disais “négociable dans une certaine mesure”. J’ai pris des exemples (qui existent), en vous demandant si vous étiez OK avec tout cela, comme vous m’avez repris sur le “non négociable”. Donc répondez moi au lieu d’accentuer et m’inventer des propos.

Pouvez-vous donc me répondre: ces exemples ne vous posent donc aucun problème ? Puisque c’est “inconditionnel”, si vous êtes droit dans votre idée, la réponse est “non”. Pourquoi n’osez vous pas la dire ? Ou peut être qu’effectivement, il y aurait certaine limite à poser :D. Dans ce cas, pourquoi m’avoir repris ?

Vous essayez volontairement de me tourner en ridicule, je n’aime pas ce genre de démarche.

“Sauf qu’il y a une erreur fondamentale à penser qu’une idée serait la même chose qu’un acte.”

Je n’ai jamais dis ça non plus, j’ai dis que les idées tuent. Ou plus précisément, ce sont les principaux vecteurs de tueries et de meurtre. Bien entendu, un “mot” ne tue pas factuellement, ce sont les hommes qui le font. Mais la quasi totalité des meurtres et tueries, sont sous couvert “d’idées ou de mots”, un “je vais te tuer”, n’a pas la même valeur que le faire. On est bien d’accord.

Mais on ne parle pas de ça ici, on parle des idéologies qui se propagent, et qui nuisent. Je suppose que tout cela ne vous pose aucun problème, les gens ont bien le droit d’exprimer leur idéologies non ? :smiley:

“Dans une démocratie, on condamne des actes, on ne fait pas de procès d’intentions.”

Je n’ai pas vu de procès d’intention. Si vous parlez des appels à la haine (toujours, ne j’ai pas eu de réponse), c’était bel et bien des actes : ils l’ont fait. Ils ont tentés des rassemblements sous couvert de messages haineux, ils ont appeler à la “révolte” (leurs mots). C’est donc un fait, non une intention.

“Réalisez juste que ce n’est pas du tout ce qui se passe dans les pays qui ont moins de censure qu’en France.”

Citez m’en. Que je me renseigne si effectivement TOUT est permis. Je suis curieux. Les “on dit” ne m’intéresse pas, je vais me renseigner moi même sur vos pays, voir si effectivement les appels à la haine ou autre ne sont pas interdit, comme chez nous.

Ps: Anecdote, ceux qui utilisent le plus souvent les mots types “ouvrez les yeux”, “réalisez” et j’en passe. Sont souvent ceux qui “pensent” voir une vérité qui n’existe pas. Vous utilisez beaucoup ce mot, attention ^^

vu le nombre d’armes par habitants que dieu est sur le Dollar, et qu’ils parlent sans arret de dieu ce sont des extrémistes! Et personnellement, je me sens en sécurité en France et je n’ai nullement besoin de porter une arme

Je n’ai jamais dis ça non plus, j’ai dis que les idées tuent. Ou plus précisément, ce sont les principaux vecteurs de tueries et de meurtre. Bien entendu, un “mot” ne tue pas factuellement, ce sont les hommes qui le font. Mais la quasi totalité des meurtres et tueries, sont sous couvert “d’idées ou de mots”

Et bien que l’on condamne les hommes qui le font ou qui tentent de le faire de manière concrète et prouvée. Pas ceux “dont on pense qu’ils pourraient le faire” au doigt mouillé.

Au passage, on justifie toujours la censure en parlant de meurtres et de terroristes, mais on finit toujours par “glisser”. Et un beau matin par condamner des gens qui appellent à bloquer des raffineries dans un mouvement social. Ou par coller en garde à vue de manière préventive des gens qui se rendent à une manifestation.

Mais on ne parle pas de ça ici, on parle des idéologies qui se propagent, et qui nuisent. Je suppose que tout cela ne vous pose aucun problème, les gens ont bien le droit d’exprimer leur idéologies non ?

Si ces idées se propagent, c’est que la censure ne les empêche pas de se propager.

Car ces idéologies nuisibles sont précisément forgées dans le but de se propager dans l’ombre. Elles craignent la lumière, le débat, le cartésianisme. Paradoxalement, les interdiction tendent à renforcer leur attrait aux yeux des esprits faibles.

La censure n’empêche ni les gens de penser, ni de parler entre eux.

Paradoxalement, la censure empêche surtout de combattre ces idées. Vous ne pouvez organiser ni débat public, ni débat scolaire sur certains sujets. C’est en quelque sorte laisser carte blanche à ceux qui les distillent.

Bref, la censure n’est même pas une solution à ça…

Citez m’en. Que je me renseigne si effectivement TOUT est permis. Je suis curieux. Les “on dit” ne m’intéresse pas, je vais me renseigner moi même sur vos pays, voir si effectivement les appels à la haine ou autre ne sont pas interdit, comme chez nous.

Et bien vous pouvez faire ce travail. Vous n’aurez pas de mal à trouver des pays ou l’on peut dire plus de choses que dans la France d’aujourd’hui.

Aujourd’hui, j’ai honte de mon pays qui fait l’apologie de la censure et achète des flashballs.

Rien a voir avec le pays des droits de l’homme que j’ai connu dans ma jeunesse.

@KlingonBrain @Feladan

Les mots tuent, je reprends l’exemple :
“je vais te tuer”
Si vous acceptez cette déclaration comme une liberté d’expression, alors vous acceptez l’acte. Soit de manière directe soit de manière indirecte. Une personne faible peu se suicider pour cette expression. Ce n’est sans doute pas la seule raison mais ça peut être l’élément déclencheur mais pousse au passage à l’acte. Combien de personnes sont victimes d’un harcèlement et qui finit mal… Combien de personnes morte à la guerre pour des mots ?

C’est d’autant plus regrettable que bon nombre de personnes se permettent ce type de propos attitude parce que anonyme, mais voila les mots sont une arme.

En politique ont appelle ça de la propagande, combien de mort pour la propagande ?

Bref je fais donc la différence entre des idées et des mots, une idée est personnelle dès qu’on la partage ce sont des mots, et donc potentiellement une arme.

On peut censurer les mots et pas les idées…

Le problème n’est peut-être pas la liberté d’expression, mais le laxisme dans la réaction contre les mots… Je ne vois pas de problème à une censure porter par un juge si ce dernier est indépendant (et la c’est une autre débat) mais combien de temps avant la réaction d’un juge…

Je reprends le cas du harcèlement, quel peine pour les harceleurs ? Quand ils sont mineurs, bah rien… c’est bien continue mon petit.

Haha. Je m’arrête ici.

Chose demandée numéro un : un simple oui/non, demandé deux fois : jamais donné. Forcement, n’importe quelle réponse vous êtes coincé.

Deuxième chose demandé : les pays que vous ne citez jamais: non donné. Forcement, à mon avis vous n’en avez aucune idée. Il faut que ça reste une nébuleuse, et quand bien même vous en avez, à mon avis ils ont le même type de lois que nous :wink:

Les fameux procès d’intention : Coincé une nouvelle fois, c’était bien des actes.

Je vais m’arrêter ici, discuter avec vous n’a aucun intérêt :). Une fois au pied du mur, vous déchantez. Vous n’êtes là que pour propager votre haine de la France, en racontant n’importe quoi. Aaah. Les fameux grand penseurs autorisons tout et n’importe quoi qui ne réfléchissent à rien.

Si vous avez honte, n’hésitez pas à partir. Moi j’ai honte des personnes comme vous.
Au revoir :slight_smile:
ps: N’écrivez pas trop, je n’y répondrai pas ^^.

@vidarusny
Je ne voulais pas aller jusqu’à ce degré d’analyse, compte tenu de la personne que j’ai en face, qui est incapable de répondre à simple oui ou non, ou de donner de simples exemples de pays.

Mais vous avez raison sur le concept que vous exposez sur le “je vais te tuer”.

Les points que vous exposez (juge, dualité liberté d’expression/ laxisme dans la réaction) sont très intéressants et sont effectivement de bons axes de réflexion !

c’est vrai effectivement il y a 10-15 beaucoup de choses ne se passaient pas … Il y a des slogants qu’on entendait pas mais aussi des actions qu’on ne voyait pas …
La violence engendrant la violence il y est clair qu’il faut que le plus compliquer c’est de fixer les limites et sachant pertinent que tout n’est pas permis … sinon … c’est l’anarchie …
Par contre … je ne suis pas d’accord sur le “les idées et les mots ne tuent pas” … car oui désolé … les mots tuent … et souvent bien plus surement qu’une balle.

1 J'aime