Commentaires : Gaix-X : on en sait désormais plus sur le fonctionnement du futur Cloud européen

22 membres fondateurs, parmi lesquels plusieurs grandes entreprises françaises, collaborent à ériger « L’Airbus du Cloud », avec l’ambition de réussir et ainsi d’effacer les échecs passés. Ce jeudi, on en a appris plus quant à la structure du projet.

1 J'aime

j’ai un serveur chez GAIA-X et franchement c’est pas encore ca, j’utilise la console SSH pour me connecter et une fois connecte ya meme pas de menu demarrer c’est naze

Impressionnante, la détermination du ministre sur la photo :astonished: Allez, on oublie les échecs, on se remet au turbin et surtout on y croie. Go! Go! Go!

Chacun des membres posera 75 000 euros sur la table dans un premier temps. --> là j’ai vraiment rigolé. C’est comme si tu te réunis avec tes potes et que tout le monde met 1€ sur la table « allez les gars on va faire une entreprise ». Stp quoi.

Sinon, c’est un beau projet, qui manque cruellement à l’Europe. Pour être sur de bien comprendre, c’est en gros un réseau de datacenters avec des règles et un écosystème, sur lequels seront libres de proposer n’importe quel privé son cloud commercial « Dropbox-like » ? Et l’interconnexion signifie (enfin) qu’on pourrait un jour switcher entre les services de notre choix qui seraient pris nativement par tous les écosystèmes informatiques ? Car actuellement, seul DropBox et Drive ont un support interressant sur la plupart des sites ou utilisations.

1 J'aime

Tiens, encore un « Airbus de… »

1 J'aime

Donc à la base il me semble que ce projet a été initié pour répondre au us cloud act, qui oblige les entreprises américaines à permettre au gouvernement US d’accéder aux données stockées dans les filiales localisées dans les pays extérieurs aux US, et ce dans le cas de procédures judiciaires (bien sûr). En europe, on avait une loi protégeant ça : ce US Cloud act l’annule donc, d’où le besoin de monter un cloud européen…
Le problème, c’est que parmi les participants à ce projet on a plein d’entreprises telecom allemande, française, etc… mais aussi AWS, Microsoft, Google… bref on retourne potentiellement à la case départ pour la confidentialité/souveraineté des données.
Puis vu la complexité, de ce que je comprend ça va être une fédération de clouds super hétérogènes, je suis quasi certain que le truc va bugger comme c’est pas permis.
Pour réaliser ça, faudrait une boite française/allemande ayant des infra comparable à Google ou Microsoft… mais ça n’existe pas chez nous ça :expressionless:

2 J'aime

Pourquoi l’UE? Pourquoi pas SAP, OVH… AWS, Azure… ne sont pas des initiatives gouvernementales à ce que je sache. Et puis 7.5 millions aurait du sens, 75000 c’est juste le prix de 2 serveurs costauds

Faut pas rêver, AWS et Azure sont largement subventionnés (au moins au démarrage) via des contrats avec le gouvernement Américain.

C’est certain que les 75k serviront juste à payer les jetons de présence des gars qui seront assis autour de la table pour parler de ce beau projet ambitieux… J’ai peur que cela serve surtout de tremplin à la carrière de certains et que le projet suive les pas d’Hermès qui devait concurrencer le programme d’orbiteur du grand frère américain.

« cloud act, qui oblige les entreprises américaines à permettre au gouvernement US d’accéder aux données stockées » Non, c’est encore de la desinformation, cela permet aux forces de l’ordre de demander des données clients au travers d’une requisition judiciaire. Aux Etats-Unis la separation des pouvoirs est toujours d’actualite, les juges federaux sont independants et nommés a vie.

-échange de standards, de procédures législatives et de normes pour une interopérabilité entre entités, généralement une boîte touchant à l’IT située en Europe
-le consortium vise un périmètre large, du cloud à l’IA
-versement de 75 k€ pour chaque entité engagée
-le tout sous le sceau de l’UE

Pourvu que ça ne se limite pas par un simple octroi d’un logo…

C’est clair qu’on fait trop confiance aux américains, nous en europe.
Tellement confiance, que pour s’assurer de la souveraineté de nos données européennes, on met en place un cloud eu.