Commentaires : Face à Twitter, Facebook se présente comme le défenseur de la liberté d'expression... et des fake news

Mark Zuckerberg a expliqué sur Fox News que son réseau social ne se posait pas « en arbitre de la vérité » et défend l’idée de neutralité des plateformes vis-à-vis des opinions des personnalités politiques.

Mouaauahahahhahah la meilleure de la journée, il est marrant le Zucker avec ses yeux injectés de sang … On lui rappelle les messages ciblés pendant la présidentielle américaine ?

Il n’est pas fou et prêche pour sa paroisse. Implémenter le deep learning, le fact-checking et faire fonctionner sa ferme de modérateurs exigent d’énormes moyens financiers et humains, sans compter que si leur statut change, ça aurait davantage de répercussions financières.
C’est supposé appaiser un peu Trump, mais dans le fond, ça ne changera pas grand chose.

Il est toujours temps de retourner sa veste, et quand elle craque, on retourne le pantalon :wink:

La censure à deux vitesses qu’il brandis…

« continuera à « mettre en évidence les déclarations contradictoires et de montrer les informations litigieuses afin que les gens puissent juger par eux-mêmes »
Les gens devraient toujours juger par eux mêmes et vérifier par eux mêmes, pas seulement quand twitter leur indique de le faire, c’est là qu’ils s’érigent trompeusement en garant de la vérité (et que les gens sont bêtes)

2 J'aimes

Twitter et Facebook doivent garantir la liberté d expression, mais en aucun cas , ils doivent être les défenseurs de la censure.

1 J'aime

Franchement ce débat me soule, je pense vraiment que la fake news c’est la contre partie de la liberté d’expression et qu’il faut l’accepter. Si les gens ne sont pas capable de décortiqué un info pour vérifier si elle est vrais ou fausse le probleme ce n’ai pas la fake news mais les gens qui gobe tous ce qui va dans leur sens.
Et pour en revenir à la news, du coup les politiques on un permit de mentir ? c’est vraiment ridicule…

Ce cynisme est à vomir. Quand Mark Zuckerberg va tomber, ça va faire mal.

1 J'aime

Les fake news rapportent de l’argent … il est là pour faire de l’argent … il défend les fake news : A nous d’être assez intelligents pour ne pas les boire !

1 J'aime

Si je t’attaque avec un couteau et que je te blesse.

C’est qui le problème ? Moi ? Le couteau ? Ou toi qui n’as pas réussi à te défendre (pour X raison idéologique, psychologique, physique, etc) ?

Si quelqu’un manipule une personne pour qu’il me fasse un chèque ou une action que je désire, c’est qui le problème ? Le manipulant, l’abus de faiblesse, ou le manipulé ?

On peut débattre de la culpabilité de la personne qui ne vérifie pas ce qu’elle entend, moi je la considère plus comme une victime, que le réel problème. Car elle n’est visiblement pas capable de vérifier, ce n’est même pas de la volonté (ce qui je te l’accorde lui donnerait une culpabilité plus élevée), c’est je pense plutôt une incapacité.

Ce qui m’amuse dans le débat de la liberté d’expression, c’est qu’elle n’est pas assumée ! Il est étonnant de voir à quel point les personnes s’autocensurent dès qu’ils se savent écoutés ou lus… Ces mêmes personnes très agressives véhémentes peuvent être des agneaux si elles ne se sentent pas protégé par l’anonymat… Au point d’oublier que la loi de la république, que la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres… bref la société quoi…

En bref il faut sanctuariser la liberté d’expression mais ne pas passer à coté du débat des conditions ou cette liberté s’exerce, et ça on ne le dit pas assez à mon avis.

Twitter choisit de ne pas censurer mais d’équilibrer en donnant la possibilité d’avoir une perspective différente.

Contrairement à Facebook, ils semblent avoir compris que leur plateforme influence les utilisateurs d’une manière ou d’une autre, même sans intervention directe sur les messages par le biais des algorithmes et des abus par des personnages officiels(impossible de supprimer un compte présidentiel dans les faits …) .

Je vois pas mal de limites à cette décision de Twitter, mais l’intention a l’air honnête et effectivement transparente.

« Les gens devraient toujours juger par eux mêmes et vérifier par eux mêmes, pas seulement quand twitter leur indique de le faire, c’est là qu’ils s’érigent trompeusement en garant de la vérité (et que les gens sont bêtes) »
donc dans la même phrase, tu les trouves bêtes, mais suffisament pour vérifier par eux même…

« Contrairement à Facebook, ils semblent avoir compris que leur plateforme influence les utilisateurs…/…
Je vois pas mal de limites à cette décision de Twitter, mais l’intention a l’air honnête et effectivement transparente. »

C’est même la moindre des choses, si on juge les gens suffisament responsables pour déterminer ce qu’est une fake ou pas [ ce qui n’est PAS le cas c’est juste une évidence que les hypocrites libertariens refusent d’assumer ] , alors on doit les juger tout aussi responsables de ne pas croire un simple label « fake » ou « non prouvé » ou « incite à la violence » apposée par la plateforme cette même contribution.

Il ne s’agit pas de définir ce « qu’est la vérité » , c’est un sophisme d’appel à l’émotion (la pravda tout ça…) , appuyer sur le fait qu’une info est non démontrée, ou rappeller que quelque chose est violent, une appologie de crime, ou est une arnaque démontrée, c’est juste faire oeuvre de santé sociale.

Je ne vois pas en quoi démontrer un mensonge éhonté (les chiffres de la campagne de BoJo par exemple) serait « s’arroger la vérité ».

1 J'aime

Non t’as juste pas compris mon propos.

« mettre en évidence les déclarations contradictoires et de montrer les informations litigieuses afin que les gens puissent juger par eux-mêmes » justement les gens ne se font pas une idée par eux même puisque tout ce qui contredit les idées politiques de twitter est soit supprimé, soit modéré…

Quand est-ce qu’on va interdire ces réseaux de collecte d’information ?

1 J'aime