Communauté Clubic

Arrêter ses études?

Bonjour

Je suis actuellement en 2eme année de DUT techniques de commercialisation et je suis totalement perdue quant à mes études.

J’ai déjà fait une dépression l’année dernière à cause de ça (beaucoup de travaux à rendre en même temps, certains profs hautains, je suis quelqu’un de très stressée de base donc avec les cours en plus ça n’a pas aidé … bref je ne mangeais plus, j’ai loupé des jours de cours car je n’avais pas le courage d’y aller ni de me lever du lit, je dormais mal, je pleurais souvent, j’étais désagréable avec mes proches …) et cette année ça recommence, j’ai déjà les mêmes symptômes

On a énormément de marketing (mais je ne pensais pas autant en me lançant dans cette filière ! Même notre prof nous a dit l’année dernière « si vous savez faire ca c’est de niveau master ») mais je ne voulais pas en faire autant ! J’ai l’impression des fois d’être dans des études de marketing alors qu’à la base c’est du commerce. D’accord le marketing a un rôle dans le domaine commercial mais la …

Tout ça pour dire que j’ai l’impression de m’être perdue … je ne sais pas quoi faire. Je n’en ai pas parlé clairement à mes parents mais quand j’évoque un peu le sujet ils prennent ça comme étant passager et pas « si grave » alors que je suis vraiment mal … le fait d’arrêter ne leur vient pas du tout à l’esprit ! Je trouve aussi dommage de se mettre dans des états pareils pour des études, cette filière n’est peut-être pas faite pour moi, ce n’est pas la fin du monde pour autant

Si quelqu’un a vécu une situation similaire ou si vous avez des conseils (quant à mes études et/ou à mes parents) n’hésitez surtout pas, je vous lirais attentivement

Merci d’avance ! :slight_smile: Vous me serez d’une aide précieuse

arrêter les études et après ?

T’es jeune et encore dans le circuit scolaire, avant de tout plaquer il faudrait savoir vers quoi t’orienter qui te conviendrais mieux ou avoir un projet.

Il vaut mieux rétropédaler et perdre quelques années pour se réorienter que tout abandonner.

Parce que si tu quitte le système il te faudra fournir un effort 10 fois plus important pour y retourner que ce que tu fait actuellement pour y rester.

Et entrer dans la vie active avec ton parcours incomplet va t’envoyer vers des jobs inintéressant, pénibles, et sous-payé. Et la pression du travail (ou de la recherche de travail) risque d’être encore pire à supporter que les cours

Bref mon avis, si tu ne peux pas en parler à tes proches, consulte un médecin et/ou conseiller d’orientation ou quelconque soutien disponible à l’école.

Parce si tu plaque comme ça tes études tu va te sentir en échec et tes perspectives d’avenir vont se réduire drastiquement.

Justement « après » je n’en sais rien, je ne sais même pas quoi faire plus tard
Je pourrais en profiter pour voir des conseillers d’orientation, faire un bilan de compétences pour vraiment voir ce qui me plairait

Ma santé mentale en prend un coup à chaque fois que j’y vais c’est pour ça que je m’en pose de sérieuses questions

En tout cas merci pour ta réponse

Si je comprend bien ton niveau (je suis belge, nos cursus sont parfois différents), tu es en 2ème année d’université dans un cycle qui en compte 3 ? si tes résultats actuels ne sont pas mauvais, ce serait donc dommage d’abandonner maintenant que tu as fait la moitié du chemin, non ?

Sinon, mon beau-fils est passé par-là un peu avant toi, quand il était dans le cycle secondaire et ne s’en sortait pas très bien, parce qu’il est du genre discret et réservé, mal à l’aise face au moindre conflit, et a du mal lui aussi à gérer le stress et les pressions

Ca a évidemment continué à l’université quand il nous a demandé à sa mère et à moi si on pouvait lui offrir 3 ans pour devenir bachelier, il nous disait à peu près les mêmes choses que toi et a même été souvent physiquement malade avant des examens à cause du stress

Tout ceci pour te dire que tu n’es pas la seule à passer par-là, qu’il ne faut jamais baisser les bras…et avant tout, trouver comment redresser la barre ^^

Je n’en ai pas parlé clairement à mes parents mais quand j’évoque un peu le sujet ils prennent ça comme étant passager et pas « si grave » alors que je suis vraiment mal

Je pense que c’est la première chose à corriger (en espérant que tes parents soient du genre compréhensifs et bien à ton écoute) : il ne faut pas « évoquer un peu » mais leur en parler franchement et essayer de détailler tout ce qui ne va pas, ils ne peuvent pas comprendre l’ampleur de ton problème si tu ne le leur exposes pas clin%201

Et sans aller jusqu’à la psychanalyse, il y a des médicaments légers qui peuvent t’aider à gérer ton stress, mon beau-fils en a pris (Sedistress) quand la pression devenait trop forte et ça l’a bien aidé…peut-être que c’était psychologique quelque part, mais le résultat a bien été là : il a fini par faire 5 ans d’univ’ au lieu de 3 et est aujourd’hui master en sciences sociales, économiques et politiques ^^

C’est une bonne idée, ça peut t’aider à trouver ta voie

Ma femme a deux neveux, l’aîné qui s’en sortait pourtant très bien dans les études et comptait faire le droit par la suite, a complètement décroché à une époque et a mis un certain temps à trouver sa voie, il a fini par reprendre des études en cours du soir tout en faisant des petits boulots à gauche et à droite…aujourd’hui il est comptable et a un bon boulot stable dans une administration communale

Le cadet qui a raté sa première année d’univ’ 3 x d’affilée est lui aussi parti à a dérive, il s’est alors penché sur les métiers manuels…aujourd’hui il est menuisier et il aime ça

Bref, il faut trouver ce pour quoi on est fait, c’est la meilleure garantie de réussite ^^

1 J'aime

Pour info je n’ai même pas été jusqu’au bac.
Mauvais élève (mais pas con, c’est surtout que le système scolaire ne m’a pas donné envie d’apprendre) j’ai arrêté le circuit « traditionnel » en 5ème pour partir apprendre la chaudronnerie (choix par défaut) en lycée professionnel.
J’ai finit mon CAP sans l’obtenir puis j’ai quitté l’école. S’en est suivi près de 20 ans de galère à faire des métiers pénibles, dangereux et mal payés.

Aujourd’hui je galère toujours mais j’aime ce que je fait ^^
C’est à 35 ans passé que j’ai enfin eu l’opportunité de faire ce que j’aime.

C’est pour ça que je t’encourage à ne pas abandonner. Parce que c’est très difficile de repartir après.

Merci énormément pour ta réponse !

Oui c’est exactement ça …

Effectivement ces chemins de vie ont plutôt été « sinueux » mais si tout le monde aime ce qu’il fait maintenant c’est le principal :slight_smile:

Je vais en parler sérieusement avec mes parents

Je te remercie encore

Je comprends que ça puisse être difficile … après c’est peut être une voie qui n’est pas faite pour moi finalement …

Je ne veux pas forcément arrêter pour ne plus jamais en entendre parler mais trouver ma voie. C’est le principal et le plus important pour moi

Alors prépare ta sortie.
Parles-en a tes parents comme te le conseil Blackalf, du pourquoi et du comment. De ce que tu ressent et ce que tu prévois. Te réorienter, c’est un projet.

Ils peuvent être de bon conseil et t’accompagner, sinon de toute façon il faut tout leur dire pour les rassurer ou ne pas les braquer contre toi à cause de ta décision.

1 J'aime

Dilemme difficile…Personnellement, je pense que continuer sans être motivée ou sans aimer ce que tu fais n’a aucun sens.
Il faudrait déjà savoir pourquoi tu réagis comme cela. Est-ce un manque de confiance, une façon que ton inconscient a de te faire comprendre que ce n’est pas ce que tu veux, est-ce le fond ou la forme de ce cursus qui te pose problème (ou les deux), une mauvaise gestion du stress etc… Si tu ne comprends pas ce qui te met dans cet état, cela risque de se reproduire pour un autre cursus.
Peut-être que le système universitaire n’est pas ce qu’il te faut pour apprendre et que tu pourrais faire cela autrement.
Les causes potentielles sont nombreuses d’où l’intérêt de bien réfléchir au(x) pourquoi.
Si ce sont des raisons de stress et de confiance, il y a plusieurs choses qui peuvent t’aider (hypnose ericksonienne, PNL (je viens de finir ce livre en version audio:
Pouvoir illimité - Changez de vie avec la PNL : le livre référence d’ Anthony Robbins et j’ai bien aimé), méditation, EFT etc…).
Si c’est le cursus en lui-même qui ne te va pas…il « suffit » de s’en rendre compte. Pour cela, il faut prendre le temps de discuter avec parents, profs, amis…, de réfléchir et de se poser les bonnes questions en étant honnête. Peut-être que tu n’arrives pas à te projeter dans cette voie pour plus tard et que tout cela te semble donc vain…
Arrêter ces études pour les reprendre n’est pas simple. Surtout que plus tard, tu auras peut-être une situation de famille qui compliquera les choses (couple, enfants) et tu n’auras pas forcément la situation financière qui te le permettra aussi facilement que pour le moment avec tes parents. Tout dépend combien de temps tu attends. C’est plus difficile mais pas impossible.
Ta vie n’est pas en jeu. Prends le temps de te poser, calmement, pour réfléchir à tout cela. Il vaut peut-être mieux perdre une année maintenant pour faire le point et savoir ce que tu veux dans tes tripes que de s’acharner alors que tu as plein de signaux d’alerte qui se sont mis en route.

Voilà ce que je peux te conseiller à mon niveau.

Tiens-nous au courant :wink: .

Bonsoir Griti

Je te remercie énormément pour tous ces bons conseils, sincèrement. J’ai l’impression d’être comprise :slight_smile:

Je pense que je vais vraiment me poser pour réfléchir comme tu me l’as dit et ensuite en faire part à mes parents.

Je pense exactement comme toi : pour l’instant mes parents sont là donc même sinon j’arrête financièrement ça irait mais plus tard ? Concernant les études c’est pareil : si c’est vraiment quelque chose qui ne me plait pas pourquoi continuer et m’acharner dessus sachant que mon corps m’envoie des signaux … je suis un peu perdue
J’ai peur de prendre la mauvaise décision aussi … donc il faut vraiment que je regarde pose

Oui pas de problème, je te tiendrais au courant !

Mais de rien. Ce fût avec plaisir :wink:

Il n’y a pas de mauvaise décision. Il y a juste une décision. Elle sera ce que tu en feras. Elle pourra paraître mauvaise à certains et bonne à d’autres. Elle pourra paraître mauvaise maintenant et excellente plus tard. Et inversement réciproque :thinking: :rofl:
Les évènements sont neutres et ils ont différentes « orientations » (bien/mal) en fonction de la façon dont on veut les voir, les transformer. Tout est une question de point de vue. C’est l’une des force de l’être humain de pouvoir transformer la portée d’un évènement. Le livre que j’ai mis en référence plus haut en parle et j’en suis convaincu depuis près de 20 ans au moins :wink: .

C’est la meilleure chose à faire pour commencer, et ça se passera bien si tes parents te soutiennent…je sais que les jeunes - je l’ai été aussi et j’ai pris moi aussi de mauvaises décisions - n’aiment pas trop suivre les conseils des adultes, mais il ne faut pas oublier qu’on est passés par les mêmes choses et plus encore que vous et qu’on en a tiré des leçons et l’expérience que vous ne possédez pas encore ^^

Oui c’est vrai … c’edt le temps qui nous dira si ces décisions étaient bonnes ou mauvaises

Il faudrait que je m’intéresse au livre que tu as cité alors, ça pourrait sûrement m’aider à y voir plus clair :slight_smile:

Sans me jeter des fleurs, je prends les conseils des adultes et de tout ceux qui sont passés par là où je suis en ce moment sans trop les contredire ou dire « je m’en fiche »
Je prends note, je les garde et j’avance avec

Donc si mes parents ou autre me donne des conseils, leur point de vue je suis preneuse ! Je ne suis pas butée sur mon idée et tout ce que les autres me disent me sert forcément
J’ai plus peur qu’ils ne comprennent pas. Je pense qu’ils voient le diplôme comme quelque chose qui m’assurera un avenir (je le vois aussi comme ça mais je pense qu’on peut ne pas l’obtenir dès la première fois et passer par un chemin plus « sinueux ») et qu’il faut « faire comme les autres ». Je pense qu’ils seraient aussi stressés par le fait de ne pas faire comme tout le monde et l’incertitude de ce que je choisirais comme autre diplôme (moi non plus je ne sais pas vraiment ce qui me plaît au fond)

Mais bon, si je ne leur en parle jamais je ne le saurais pas ! Donc il va falloir que je le fasse

Note que j’ai galéré mais que je ne m’en plaint pas. Le chemin aurais pu être plus facile et rapide mais je suis assez fier de la façon dont ces expériences m’ont forgé.

Mais face aux jeunes je ne peux pas m’empêcher de les encourager a prendre la voie rapide.

Ce genre d’attitude n’est pas si courant, et c’est pourtant la plus positive clin%201

Là je ne sais rien te dire, ne les connaissant pas neutre

Pour être honnête, c’est aussi comme ça que ma femme et moi l’avons vu ^^

Personnellement, j’ai fait toute ma carrière en tant que salarié dans divers domaines, mais c’était une époque où il y avait du travail et un bon ouvrier de production expérimenté pouvait toujours trouver un boulot stable et bien payé s’il se montrait motivé et capable d’apprendre pour gravir des échelons

Mais notre époque n’est plus la même, il n’y a plus autant de travail ni d’entreprises qui embauchent, et quand nous avons compris de plus que le gamin n’était pas fait pour un travail manuel, nous l’avons soutenu dans ses études…peut-être que tes parents voient plus ou moins les choses comme ça (ne connaissant pas leurs carrières respectives ni leur opinion sur l’avenir)

Exactement ^^ tu m’as l’air d’avoir la tête sur les épaules et de savoir voir le positif, je suis sûr que ça va aller sourire

C’est sur que tu peux être fier parce que même si le chemin a pu être difficile tu y es arrivé !

Je comprends tout à fait, tu aimerais sans doute que les mauvais moments par lesquels tu es passé ne se reproduisent pas sur d’autres que tu pourrais donc aider

Effectivement je ne comprends pas vraiment l’intérêt de demander de l’aide et d’ignorer ou de ne pas vouloir entendre les conseils que l’on nous donne. On ne peut pas avancer ensuite si l’on reste sur son idée. Après chacun est différent et a sa propre vision des choses …

C’est vrai que niveau travail c’est très différent d’avant ! Mon père par exemple n’a pas le brevet et est maintenant chef d’atelier dans une entreprise de menuiserie. Aujourd’hui, reproduire le même parcours serait plus compliqué …

Merci c’est vraiment gentil :slight_smile: