// Chiffrement pour tous : ProtonMail sort de bêta et ouvre ses portes

Diaporama :
Lancé en version expérimentale en mai 2014, le service ProtonMail souhaite démocratiser au maximum les échanges chiffrés et annonce que sa messagerie n'est désormais plus en bêta et accessible à tous.
Partager ce diaporama
Image: 1/9
Publiée par Guillaume BELFIORE

   
  • La nouvelle Panthère rose
  • (c) Andana Films.
  • CANAL+.
  • .. Label Anim - T..l..TOON - AB Productions.
  • epp.
Crédit : DR
 
Modifié le jeudi 17 mars 2016
ProtonMail se présente comme un service de messagerie strictement centré autour de la sécurité de l'internaute. Ce dernier fut conçu par des ingénieurs du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire), de Harvard et du MIT outrés par les pratiques de la NSA. L'équipe explique qu'aucune métadonnée n'est collectée comme l'adresse IP ou l'heure de connexion.

ProtonMail souhaite simplifier le chiffrement PGP et chaque compte dispose de deux mots de passe. Le premier permet d'authentifier l'utilisateur pour lui retourner sa boite tandis que le second mot de passe ne transite jamais vers les serveurs de la société. Il sert à déchiffrer les données de l'utilisateur directement au travers du navigateur. De son côté, l'internaute peut envoyer des messages chiffrés et en plus paramétrer son expiration.


Jusqu'à présent ProtonMail n'était disponible que sur invitation mais désormais, tout le monde est en mesure de créer un compte utilisateur. Les applications mobile pour iOS et Android sont quant à elles disponibles dans tous les pays.

La société Proton Technologies a peu à peu implémenté de nouvelles fonctionnalités, qu'il s'agisse de pouvoir améliorer la gestion des messages, de personnaliser l'apparence du service ou encore de renforcer la sécurité. Pour mener à bien ce projet, l'équipe levé 2 millions de dollars en mars dernier. La société a également introduit un modèle payant permettant d'obtenir davantage de stockage ou d'y greffer un nom de domaine personnel.

« La meilleure manière de défendre notre droit à la vie privé est de donner les outils nécessaires au public aussi vite que possible et de replacer les décisions dans les mains des gens et non dans celles des gouvernements », explique l'équipe sur son blog officiel. Proton Technologies pointe les modèles publicitaires de Google et Facebook et revendique son indépendance et sa stratégie est plus transparente.

Sur le même sujet :

ProtonMail se présente comme un service de messagerie strictement centré autour de la sécurité de l'internaute. Ce dernier fut conçu par des ingénieurs du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire), de Harvard et du MIT outrés par les pratiques de la NSA. L'équipe explique qu'aucune métadonnée n'est collectée comme l'adresse IP ou l'heure de connexion.

ProtonMail souhaite simplifier le chiffrement PGP et chaque compte dispose de deux mots de passe. Le premier permet d'authentifier l'utilisateur pour lui retourner sa boite tandis que le second mot de passe ne transite jamais vers les serveurs de la société. Il sert à déchiffrer les données de l'utilisateur directement au travers du navigateur. De son côté, l'internaute peut envoyer des messages chiffrés et en plus paramétrer son expiration.


Jusqu'à présent ProtonMail n'était disponible que sur invitation mais désormais, tout le monde est en mesure de créer un compte utilisateur. Les applications mobile pour iOS et Android sont quant à elles disponibles dans tous les pays.

La société Proton Technologies a peu à peu implémenté de nouvelles fonctionnalités, qu'il s'agisse de pouvoir améliorer la gestion des messages, de personnaliser l'apparence du service ou encore de renforcer la sécurité. Pour mener à bien ce projet, l'équipe levé 2 millions de dollars en mars dernier. La société a également introduit un modèle payant permettant d'obtenir davantage de stockage ou d'y greffer un nom de domaine personnel.

« La meilleure manière de défendre notre droit à la vie privé est de donner les outils nécessaires au public aussi vite que possible et de replacer les décisions dans les mains des gens et non dans celles des gouvernements », explique l'équipe sur son blog officiel. Proton Technologies pointe les modèles publicitaires de Google et Facebook et revendique son indépendance et sa stratégie est plus transparente.

Sur le même sujet :

ProtonMail se présente comme un service de messagerie strictement centré autour de la sécurité de l'internaute. Ce dernier fut conçu par des ingénieurs du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire), de Harvard et du MIT outrés par les pratiques de la NSA. L'équipe explique qu'aucune métadonnée n'est collectée comme l'adresse IP ou l'heure de connexion.

ProtonMail souhaite simplifier le chiffrement PGP et chaque compte dispose de deux mots de passe. Le premier permet d'authentifier l'utilisateur pour lui retourner sa boite tandis que le second mot de passe ne transite jamais vers les serveurs de la société. Il sert à déchiffrer les données de l'utilisateur directement au travers du navigateur. De son côté, l'internaute peut envoyer des messages chiffrés et en plus paramétrer son expiration.


Jusqu'à présent ProtonMail n'était disponible que sur invitation mais désormais, tout le monde est en mesure de créer un compte utilisateur. Les applications mobile pour iOS et Android sont quant à elles disponibles dans tous les pays.

La société Proton Technologies a peu à peu implémenté de nouvelles fonctionnalités, qu'il s'agisse de pouvoir améliorer la gestion des messages, de personnaliser l'apparence du service ou encore de renforcer la sécurité. Pour mener à bien ce projet, l'équipe levé 2 millions de dollars en mars dernier. La société a également introduit un modèle payant permettant d'obtenir davantage de stockage ou d'y greffer un nom de domaine personnel.

« La meilleure manière de défendre notre droit à la vie privé est de donner les outils nécessaires au public aussi vite que possible et de replacer les décisions dans les mains des gens et non dans celles des gouvernements », explique l'équipe sur son blog officiel. Proton Technologies pointe les modèles publicitaires de Google et Facebook et revendique son indépendance et sa stratégie est plus transparente.

Sur le même sujet :

ProtonMail se présente comme un service de messagerie strictement centré autour de la sécurité de l'internaute. Ce dernier fut conçu par des ingénieurs du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire), de Harvard et du MIT outrés par les pratiques de la NSA. L'équipe explique qu'aucune métadonnée n'est collectée comme l'adresse IP ou l'heure de connexion.

ProtonMail souhaite simplifier le chiffrement PGP et chaque compte dispose de deux mots de passe. Le premier permet d'authentifier l'utilisateur pour lui retourner sa boite tandis que le second mot de passe ne transite jamais vers les serveurs de la société. Il sert à déchiffrer les données de l'utilisateur directement au travers du navigateur. De son côté, l'internaute peut envoyer des messages chiffrés et en plus paramétrer son expiration.


Jusqu'à présent ProtonMail n'était disponible que sur invitation mais désormais, tout le monde est en mesure de créer un compte utilisateur. Les applications mobile pour iOS et Android sont quant à elles disponibles dans tous les pays.

La société Proton Technologies a peu à peu implémenté de nouvelles fonctionnalités, qu'il s'agisse de pouvoir améliorer la gestion des messages, de personnaliser l'apparence du service ou encore de renforcer la sécurité. Pour mener à bien ce projet, l'équipe levé 2 millions de dollars en mars dernier. La société a également introduit un modèle payant permettant d'obtenir davantage de stockage ou d'y greffer un nom de domaine personnel.

« La meilleure manière de défendre notre droit à la vie privé est de donner les outils nécessaires au public aussi vite que possible et de replacer les décisions dans les mains des gens et non dans celles des gouvernements », explique l'équipe sur son blog officiel. Proton Technologies pointe les modèles publicitaires de Google et Facebook et revendique son indépendance et sa stratégie est plus transparente.

Sur le même sujet :

ProtonMail se présente comme un service de messagerie strictement centré autour de la sécurité de l'internaute. Ce dernier fut conçu par des ingénieurs du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire), de Harvard et du MIT outrés par les pratiques de la NSA. L'équipe explique qu'aucune métadonnée n'est collectée comme l'adresse IP ou l'heure de connexion.

ProtonMail souhaite simplifier le chiffrement PGP et chaque compte dispose de deux mots de passe. Le premier permet d'authentifier l'utilisateur pour lui retourner sa boite tandis que le second mot de passe ne transite jamais vers les serveurs de la société. Il sert à déchiffrer les données de l'utilisateur directement au travers du navigateur. De son côté, l'internaute peut envoyer des messages chiffrés et en plus paramétrer son expiration.


Jusqu'à présent ProtonMail n'était disponible que sur invitation mais désormais, tout le monde est en mesure de créer un compte utilisateur. Les applications mobile pour iOS et Android sont quant à elles disponibles dans tous les pays.

La société Proton Technologies a peu à peu implémenté de nouvelles fonctionnalités, qu'il s'agisse de pouvoir améliorer la gestion des messages, de personnaliser l'apparence du service ou encore de renforcer la sécurité. Pour mener à bien ce projet, l'équipe levé 2 millions de dollars en mars dernier. La société a également introduit un modèle payant permettant d'obtenir davantage de stockage ou d'y greffer un nom de domaine personnel.

« La meilleure manière de défendre notre droit à la vie privé est de donner les outils nécessaires au public aussi vite que possible et de replacer les décisions dans les mains des gens et non dans celles des gouvernements », explique l'équipe sur son blog officiel. Proton Technologies pointe les modèles publicitaires de Google et Facebook et revendique son indépendance et sa stratégie est plus transparente.

Sur le même sujet :

ProtonMail se présente comme un service de messagerie strictement centré autour de la sécurité de l'internaute. Ce dernier fut conçu par des ingénieurs du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire), de Harvard et du MIT outrés par les pratiques de la NSA. L'équipe explique qu'aucune métadonnée n'est collectée comme l'adresse IP ou l'heure de connexion.

ProtonMail souhaite simplifier le chiffrement PGP et chaque compte dispose de deux mots de passe. Le premier permet d'authentifier l'utilisateur pour lui retourner sa boite tandis que le second mot de passe ne transite jamais vers les serveurs de la société. Il sert à déchiffrer les données de l'utilisateur directement au travers du navigateur. De son côté, l'internaute peut envoyer des messages chiffrés et en plus paramétrer son expiration.


Jusqu'à présent ProtonMail n'était disponible que sur invitation mais désormais, tout le monde est en mesure de créer un compte utilisateur. Les applications mobile pour iOS et Android sont quant à elles disponibles dans tous les pays.

La société Proton Technologies a peu à peu implémenté de nouvelles fonctionnalités, qu'il s'agisse de pouvoir améliorer la gestion des messages, de personnaliser l'apparence du service ou encore de renforcer la sécurité. Pour mener à bien ce projet, l'équipe levé 2 millions de dollars en mars dernier. La société a également introduit un modèle payant permettant d'obtenir davantage de stockage ou d'y greffer un nom de domaine personnel.

« La meilleure manière de défendre notre droit à la vie privé est de donner les outils nécessaires au public aussi vite que possible et de replacer les décisions dans les mains des gens et non dans celles des gouvernements », explique l'équipe sur son blog officiel. Proton Technologies pointe les modèles publicitaires de Google et Facebook et revendique son indépendance et sa stratégie est plus transparente.

Sur le même sujet :

ProtonMail se présente comme un service de messagerie strictement centré autour de la sécurité de l'internaute. Ce dernier fut conçu par des ingénieurs du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire), de Harvard et du MIT outrés par les pratiques de la NSA. L'équipe explique qu'aucune métadonnée n'est collectée comme l'adresse IP ou l'heure de connexion.

ProtonMail souhaite simplifier le chiffrement PGP et chaque compte dispose de deux mots de passe. Le premier permet d'authentifier l'utilisateur pour lui retourner sa boite tandis que le second mot de passe ne transite jamais vers les serveurs de la société. Il sert à déchiffrer les données de l'utilisateur directement au travers du navigateur. De son côté, l'internaute peut envoyer des messages chiffrés et en plus paramétrer son expiration.


Jusqu'à présent ProtonMail n'était disponible que sur invitation mais désormais, tout le monde est en mesure de créer un compte utilisateur. Les applications mobile pour iOS et Android sont quant à elles disponibles dans tous les pays.

La société Proton Technologies a peu à peu implémenté de nouvelles fonctionnalités, qu'il s'agisse de pouvoir améliorer la gestion des messages, de personnaliser l'apparence du service ou encore de renforcer la sécurité. Pour mener à bien ce projet, l'équipe levé 2 millions de dollars en mars dernier. La société a également introduit un modèle payant permettant d'obtenir davantage de stockage ou d'y greffer un nom de domaine personnel.

« La meilleure manière de défendre notre droit à la vie privé est de donner les outils nécessaires au public aussi vite que possible et de replacer les décisions dans les mains des gens et non dans celles des gouvernements », explique l'équipe sur son blog officiel. Proton Technologies pointe les modèles publicitaires de Google et Facebook et revendique son indépendance et sa stratégie est plus transparente.

Sur le même sujet :

ProtonMail se présente comme un service de messagerie strictement centré autour de la sécurité de l'internaute. Ce dernier fut conçu par des ingénieurs du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire), de Harvard et du MIT outrés par les pratiques de la NSA. L'équipe explique qu'aucune métadonnée n'est collectée comme l'adresse IP ou l'heure de connexion.

ProtonMail souhaite simplifier le chiffrement PGP et chaque compte dispose de deux mots de passe. Le premier permet d'authentifier l'utilisateur pour lui retourner sa boite tandis que le second mot de passe ne transite jamais vers les serveurs de la société. Il sert à déchiffrer les données de l'utilisateur directement au travers du navigateur. De son côté, l'internaute peut envoyer des messages chiffrés et en plus paramétrer son expiration.


Jusqu'à présent ProtonMail n'était disponible que sur invitation mais désormais, tout le monde est en mesure de créer un compte utilisateur. Les applications mobile pour iOS et Android sont quant à elles disponibles dans tous les pays.

La société Proton Technologies a peu à peu implémenté de nouvelles fonctionnalités, qu'il s'agisse de pouvoir améliorer la gestion des messages, de personnaliser l'apparence du service ou encore de renforcer la sécurité. Pour mener à bien ce projet, l'équipe levé 2 millions de dollars en mars dernier. La société a également introduit un modèle payant permettant d'obtenir davantage de stockage ou d'y greffer un nom de domaine personnel.

« La meilleure manière de défendre notre droit à la vie privé est de donner les outils nécessaires au public aussi vite que possible et de replacer les décisions dans les mains des gens et non dans celles des gouvernements », explique l'équipe sur son blog officiel. Proton Technologies pointe les modèles publicitaires de Google et Facebook et revendique son indépendance et sa stratégie est plus transparente.

Sur le même sujet :

ProtonMail se présente comme un service de messagerie strictement centré autour de la sécurité de l'internaute. Ce dernier fut conçu par des ingénieurs du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire), de Harvard et du MIT outrés par les pratiques de la NSA. L'équipe explique qu'aucune métadonnée n'est collectée comme l'adresse IP ou l'heure de connexion.

ProtonMail souhaite simplifier le chiffrement PGP et chaque compte dispose de deux mots de passe. Le premier permet d'authentifier l'utilisateur pour lui retourner sa boite tandis que le second mot de passe ne transite jamais vers les serveurs de la société. Il sert à déchiffrer les données de l'utilisateur directement au travers du navigateur. De son côté, l'internaute peut envoyer des messages chiffrés et en plus paramétrer son expiration.


Jusqu'à présent ProtonMail n'était disponible que sur invitation mais désormais, tout le monde est en mesure de créer un compte utilisateur. Les applications mobile pour iOS et Android sont quant à elles disponibles dans tous les pays.

La société Proton Technologies a peu à peu implémenté de nouvelles fonctionnalités, qu'il s'agisse de pouvoir améliorer la gestion des messages, de personnaliser l'apparence du service ou encore de renforcer la sécurité. Pour mener à bien ce projet, l'équipe levé 2 millions de dollars en mars dernier. La société a également introduit un modèle payant permettant d'obtenir davantage de stockage ou d'y greffer un nom de domaine personnel.

« La meilleure manière de défendre notre droit à la vie privé est de donner les outils nécessaires au public aussi vite que possible et de replacer les décisions dans les mains des gens et non dans celles des gouvernements », explique l'équipe sur son blog officiel. Proton Technologies pointe les modèles publicitaires de Google et Facebook et revendique son indépendance et sa stratégie est plus transparente.

Sur le même sujet :

Les bons plans !

flechePublicité