Le point sur l'internet par satellite

02 janvier 2008 à 11h41
0

Faiblesses du procédé

Ping et pong sont dans un bateau...

0064000000715638-photo.jpg
Le principal problème de la technologie satellite réside dans les scores catastrophiques des pings obtenus. Le ping permet de connaître la durée d'«aller et retour» d'une information sur le réseau. Avec l'Internet par satellite, cette durée est tout bonnement énorme (comparé aux autres modes de connexion haut débit). Par satellite, la valeur du ping varie de 600 millisecondes à une seconde. Cette faiblesse n'handicapera pas le simple surf ou les téléchargements, mais si vous être amateurs de jeu en ligne, ce problème risque de vous gêner. Il ne sera pas totalement impossible de jouer en réseau, mais vous devrez faire une croix sur tous les jeux réclamant une grande rapidité (comme les FPS, par exemple). Ce problème est dû à la grande distance parcourue par le signal (36 000 km du pôle de transmission au satellite, puis 36 000 km du satellite au client final = 72 000 km).

Le problème de l'upload

0096000000715634-photo.jpg
Comme nous l'avons indiqué précédemment, le particulier n'a accès aux abonnements bidirectionnels (liaison satellite dans les deux sens) que depuis très peu de temps. Avant 2007, l'upload était obligatoirement assuré par une simple liaison RTC 56k. Ceux et celle qui ont vécu la douloureuse époque des modems téléphoniques classiques savent qu'une liaison de ce type présente de très nombreux inconvénients (occupation de ligne, tarif prohibitif, débit déplorable).Fort heureusement, la démocratisation des abonnements bidirectionnels est amorcée. Aujourd'hui, le prix d'un abonnement permettant d'émettre et de recevoir les données par le biais d'une liaison satellite s'approche de ce qui est réclamé pour les différentes formules ADSL.

Un débit de download important ?

0064000000715540-photo.jpg
Pour certaines personnes l'internet par satellite garde l'image d'un mode de connexion permettant d'obtenir de grands débits de téléchargement. Ce qui pouvait être vrai à l'époque des anciennes liaisons téléphoniques RTC (en 56K) n'est plus vraiment d'actualité de nos jours. Lorsque l'on consulte les offres de Filiago (FAI par satellite Allemend), on constate que le débit descendant maximum plafonne à 1024 Kbits/s (1 méga). A prix égale (l'offre 512 Kbits est facturée 30 €), une connexion ADSL pourra vous offrir un débit 40 fois supérieur. Bien sûr, l'intérêt de l'Internet par satellite dépasse le débat des vitesses de téléchargement. En zone rurale non desservie par l'ADSL, ce mode de connexion s'avèrera tout bonnement idéal.

Remarque : Techniquement, la technologie satellite pourrait permettre d'atteindre des débits bien supérieurs. Toutefois, la bande passante proposée par les satellites n'est pas illimitée et cette dernière est partagée entre tous les utilisateurs. Les valeurs maximum proposées permettent d'assurer un service de qualité.

Downoad/upload : des bridages obligatoires

008C000000715632-photo.jpg
Avec l'Internet par satellite, la bande passante est partagée entre tous les Internautes. Pour que chaque utilisateur puisse atteindre des vitesses optimales (en download et en upload), Astra a mis en place un système d'auto régulation global du débit. Le procédé est nommé Fair Use Policy (règle d'utilisation équitable). Dans la pratique, le débit maximum des «gros consommateurs de bande passante» diminue à mesure qu'il est utilisé. Ce bridage permet d'optimiser la bande passante de façon à ce que les «petits» consommateurs disposent ponctuellement du meilleur débit possible. Que les croqueurs de mégas se rassurent, lorsque la bande passante est disponible (principalement la nuit), les débits retrouvent leur vitesse maximum. Il faut également savoir que le malus Fair Use Policy des gros téléchargeurs est systématiquement remis à zéro en début de mois.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

L'union sacrée des télécoms européens, qui vont partager leurs données pour lutter contre le coronavirus
Coronavirus : le traçage numérique
Coup dur chez HPE : des SSD destinés aux entreprises pourraient se briquer après 40 000 heures
L'empreinte carbone issue de la consommation des Français a chuté de deux-tiers avec le confinement
Xiaomi lancera la très attendue Mi TV 4S 65
Le stockage d’énergie sous forme d’hydrogène fait un bond en avant
Folding@home dépasse l'ExaFLOP pour lutter contre le Coronavirus
Des Macbook propulsés par des processeurs ARM prévus pour l'an prochain
ESET commercialise un antivirus dédié aux terminaux Linux
Covid-19 : Dyson (aussi) va produire des respirateurs durant la crise

Discussions sur le même sujet

Notre charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top