Un site web sans ligne de code : 4 solutions en test

Stéphane Ruscher
Spécialiste informatique
13 novembre 2007 à 17h28
0

Shop Factory

Comme son nom l'indique, Shop Factory est destiné principalement à la création de boutiques en ligne. Par boutique en ligne, on ne parle pas bien sûr d'utiliser cette solution pour gérer un nouveau Amazon, Alapage ou . En revanche, Shop Factory pourra s'avérer utile pour des artisans ou des petits commerces en ligne.

Les premiers pas sur Shop Factory vous invitent à choisir le thème de votre site parmi de nombreuses propositions. Ces thèmes peuvent présenter plusieurs caractéristiques indiquées par des pictogrammes : on trouve ainsi des modèles aux résolutions de 800x600, 1024x768 ou 1280x1024, des modèles « extensibles » (dont la mise en page s'adapte à la fenêtre) ou encore des thèmes incluant des animations Flash.

Une fois le thème choisi, Shop Factory affiche une interface qui peut paraître plus rebutante que celle d'un TOWeb ou tout est balisé par étapes. Il suffit néanmoins de quelques minutes pour y trouver ses repaires.

012C000000661756-photo-choix-du-th-me.jpg
012C000000661760-photo-shop-factory-page-sp-ciale.jpg


Dans le panneau latéral de gauche se situe l'arborescence du site. Celle-ci est automatiquement générée par Shop Factory et comprend deux types de pages. Les pages spéciales apparaissent en rouge. Ce sont des pages prédéfinies et obligatoires pour le site. Il est possible de les rendre invisibles, mais pas de les supprimer de la structure. Il s'agit par exemple de la page d'accueil, des conditions de vente, du panier d'achat ou encore de la page de contact. En plus de ces pages, il est tout à fait possible d'ajouter d'autres pages, qui sont cette fois-ci représentées en bleu dans l'arborescence.

À droite se situe la fenêtre d'édition. On pourrait penser que Shop Factory est un éditeur WYSIWYG dans la lignée de Frontpage ou Dreamweaver, mais l'édition comporte quelques subtilités. Ainsi, vous ne pouvez pas éditer directement du contenu et le mettre en page comme vous le feriez dans Dreamweaver : vous ne pouvez qu'ajouter des paragraphes ou des produits. La notion de paragraphe est similaire à l'approche de TOWeb. Un paragraphe contient un titre, une introduction, une description, et peut également contenir une image. Le produit est un type de paragraphe particulier, qui se caractérise également par un titre, une introduction (qui, ici, s'appelle « manchette ») et une description, mais il possède également un prix, un poids et un numéro de catalogue. En pratique, ajouter un produit dans une page génère automatiquement les boutons d'ajout au panier, ou les champs de formulaires pour gérer les quantités.

012C000000661758-photo-shop-factory-interface.jpg
012C000000662722-photo-shop-factory-dition-de-paragraphes.jpg


Voilà pour l'ajout de contenu dans une page, mais qu'en est-il de la présentation ? Même s'il n'est pas aussi souple qu'un Dreamweaver, Shop Factory permet également de modifier le style des pages. Pour cela il faut passer sur l'onglet « Personnaliser l'aspect ».La fenêtre principale affiche alors un aperçu de la page en cours d'édition, et le panneau latéral les paramètres d'édition. Ce mode ne permet pas de faire des miracles : il se limite aux couleurs de la page (en têtes, fond, texte...) et aux polices de caractères. Inutile d'espérer réaliser des mises en pages compliquées : Shop Factory se limite, dans ce domaine, à une succession de paragraphes et de produits. Là encore, il est clair que le but est avant tout d'obtenir rapidement un site opérationnel. Le design ne fait pas partie des priorités, mais les sites générés sont au moins propres, et les thèmes, s'ils peuvent paraître quelque peu impersonnels, sont assez bien faits et variés.

0190000000662720-photo-shop-factory-designer.jpg


ShopFactory étant spécialisé dans la création de boutiques en ligne, il propose plusieurs services liés à la gestion des clients et des stocks : configuration des comptes clients, suivi des revendeurs, mise à jour automatique des niveaux de stocks ou encore protection contre les fraudes. Ces services requièrent la souscription d'un compte chez GlobeCharge, le partenaire du logiciel. L'hébergement peut en revanche se faire depuis un compte standard, et ne nécessite pas de serveur PHP et MySQL.

Que penser de Shop Factory ? Là encore, si on ne saurait le recommander pour une grande structure, il est indéniable que le logiciel peut s'avérer tout à fait efficace pour une petite entreprise ou un artisan qui souhaite monter un site pour vendre ses produits ou services. L'interface paraît moins claire que celle de TOWeb au premier abord, mais on s'y retrouve assez vite. On regrettera néanmoins le recours à des services payants pour certaines fonctionnalités de commerce, pas forcément clairs au premier abord, et l'utilisation de technologies quelque peu passées de mode pour les sites générés, comme des frames.

  • Télécharger la version d'évaluation de ShopFactory pour Windows

Shop Factory

6

Les plus

  • Idéal pour les PME ou les artisans
  • Thèmes variés et réussis
  • Relativement simple à utiliser

Les moins

  • Repose sur des services parfois payants
  • Sites pas toujours standards (frames...)

0

Ergonomie8

Fonctionnalités8

Qualité des sites7

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Donald Trump sanctionné par Twitter et Facebook, pour une vidéo qualifiée de
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Découvrez la 2CV R-Fit 100% électrique, conçue en rétrofit
Une usine de production de cellule de batteries pour véhicules électriques bientôt en France ?
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
La version chinoise de la Tesla Model 3 remporte le prix de la qualité de fabrication
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
Clean Network, le projet des États-Unis pour préparer leur avenir technologique sans les Chinois
Des experts en sécurité inquiets à l'approche de la présentation du premier prototype Neuralink d'Elon Musk
scroll top