Les solutions pour numériser vos cassettes vidéos

Frédéric Cuvelier
04 octobre 2007 à 15h56
0

Seconde méthode : le module externe

0064000000600376-photo-tv-acquisition-vid-o-pinnacle-systems-studio-plus-700-usb.jpg
Pinnacle est l'une des entreprises les plus reconnues en matière de solution multimédia. Comment un module comme le Pinnacle Studio 700 USB se comporte-t-il ? Est-il simple d'effectuer cette opération avec un tel périphérique ? Quelques pistes...

Le branchement

Pour mettre en oeuvre cette solution, vous pourrez utiliser tout aussi bien un câble composite ou un câble S-Vidéo, le son transitant par la classique connectique RCA. Prenez garde de bien brancher les fiches dans la partie de la tranche de l'appareil réservée à l'entrée du signal, puisque le Studio 700 USB offre aussi des sorties vidéos. Le module peut être relié via un câble USB (en 2.0), ce qui assure un débit suffisant.

Pour ce qui est du son, vous pouvez également relier les sorties de votre source à l'entrée en ligne (bleue) de la carte son de votre ordinateur, notamment si votre logiciel préféré n'arrive pas à reconnaître le module externe comme source potentielle d'entrée pour le signal audio.

Le logiciel qui va bien

Nous allons vous présenter un logiciel tout à fait surprenant pour un programme gratuit. En effet, CaptureFlux, de Paul Glagla (!), nous a vraiment surpris par ses fonctionnalités, son ergonomie (il est en français), et pour sa grande compatibilité avec les trois types de périphériques que nous avons utilisés. CaptureFlux s'est acquitté de toutes les situations, reconnaissant le module de Pinnacle comme source audio-vidéo (là où Movie Maker échouait), et se permettant même d'encoder à la volée en XviD les vidéos que nous lui proposions. Seul bémol, il n'a pas fonctionné avec la clé USB de Terratec. C'est pourquoi nous allons vous présenter ce logiciel pour appuyer le tour d'horizon du module de Pinnacle.

Proposé en français, le logiciel de Paul Glagla (je ne m'en lasse pas...) pourrait paraître beaucoup plus simple à configurer que Virtual VCR par exemple. En réalité, si l'ensemble possède une présentation beaucoup plus agréable, les fenêtres de réglages resteront les mêmes que pour le logiciel précédent. En effet, tant Virtual VCR que CaptureFlux (ou Movie Maker et VirtualDub) ne sont que des interfaces qui vont utiliser les pilotes des périphériques pour les différents réglages. Sous le menu déroulant permettant d'effectuer le choix du périphérique d'acquisition, vous trouverez donc une petite équerre qui affichera un menu propre à chaque périphérique, selon les possibilités qu'il offre ou non.

012C000000608554-photo-menu-config-captureflux.jpg
Le menu déroulant va proposer divers réglages qui dépendent des possibilités du périphérique


Au niveau des réglages de la capture, rien ne diffère de ceux préconisés dans la page précédente, le domaine de couleur YUV2, le standard SECAM_L, l'entrée composite, les 25 images par seconde et la définition de 720 colonnes pour 576 lignes étant toujours de mise. Pour arriver à entrer ces différentes valeurs, sachez que le « filtre de capture vidéo » désigne le standard, la « broche de capture vidéo » propose le choix de l'espace de couleur, de la définition et de la fréquence d'images, et le « Crossbar vidéo » est le menu qui va vous permettre de choisir le type de connectique utilisée dans votre montage.

00DC000000608556-photo-format-du-flux-captureflux.jpg
00DC000000608558-photo-propri-t-s-crossbar.jpg
00DC000000608562-photo-secam-l.jpg

Les fenêtres de réglages sont identiques à celles évoquées avec Virtual VCR


Pour ce qui est de la capture du son, des réglages concernant l'échantillonnage du signal sonore sont également disponibles, mais les valeurs par défaut sont tout à fait opportunes. Notez que vous pouvez également choisir le type de source audio, à savoir le périphérique utilisé si le logiciel le reconnait comme source sonore, ou la carte son dans le cas contraire (à vous d'effectuer les branchements en conséquence).

Quelques autres fonctions dignes d'intérêt :
  • Pour vérifier que la capture audio se passe correctement, vous pouvez cliquer sur le bouton « enceinte » en haut de la fenêtre.
  • Notez la présence du bouton « Grab », qui vous permet de faire une impression d'écran dans le format de votre choix (bmp ou jpg).
  • Le petit module d'ajustement de la bande-son par rapport à la vidéo que vous trouvez en bas à gauche de la fenêtre.
  • La barre de volume, enfin, située sous l'écran de visualisation, permet de régler le volume de capture ; laissez le curseur sur 50%, l'augmenter risquant d'affubler votre vidéo d'un son saturé.

Pour clore la capture, cliquez sur « Stop capture ». La vidéo sera alors enregistrée dans un répertoire que vous pouvez définir dans les options (icônes en haut à droite de la fenêtre), la valeur par défaut étant le dossier « Mes Vidéos » sous Windows XP.

012C000000608560-photo-r-glages-divx.jpg


Vous pouvez également choisir le type de compression appliqué à la vidéo : DivX, wmv, dv... ces formats correspondent à des réglages que vous pouvez faire via la touche F10. Différentes options sont également présentes :
  • possibilité d'incruster la date et l'heure dans le format de notre choix et l'alignement et la police qu'il nous plait d'appliquer ;
  • présence de profils par défaut : High, médium, Low, Internet pour le type « wmv » qui vont correspondre à un taux de compression plus ou moins important ;
  • possibilité d'encodage via le codec de notre choix : DivX, XVid ou autre pour le format « divx » de la fenêtre principale ;
  • possibilité de réglage de la qualité de l'acquisition sans compression (fréquence, standard, ratio...).

Dans la pratique

Sans montrer une interface surchargée par des options trop nombreuses et inadaptées, CaptureFlux propose des possibilités variées et complètes pour une opération relativement simple, avec des résultats tout à fait satisfaisants. Deux bémols à ce tableau idyllique :
  • la clé USB de Terratec n'a pas voulu fonctionner correctement lors de la capture alors qu'elle était convenablement reconnue tant en source audio que vidéo ;
  • l'utilisation du codec XViD fait planter l'application en fin de capture, sans toutefois corrompre le fichier obtenu. Le logiciel n'est toutefois peut-être pas en cause, le codec étant probablement la source du problème.
Pour ce qui est du module de Pinnacle, il remplit parfaitement sa tâche. Notons que ce périphérique est alimenté via le port USB et ne nécessite pas d'alimentation supplémentaire.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Actualités récentes

Cinq mangas à lire sans modération, même hors confinement !
10 jeux bacs à sable et simulateurs de promenades pour explorer l'univers malgré le confinement
Le TOP des promos high-tech à saisir ce samedi soir en attendant le Black Friday
Test vélo électrique VanMoof S3 : une jolie réussite
Le smartphone POCO M3 est (déjà) en promo chez Amazon !
Test Creative Outlier Air V2 : des écouteurs toujours aussi bien pensés, à l’autonomie monstrueuse
La célèbre enceinte Ultimate Ears Megaboom à moins 46% ce week-end
Qu'est-ce qu'un spyware et comment s'en protéger avec un antivirus ?
100€ de remise immédiate sur le Marshall Monitor II ANC chez Amazon
Une TV QLED TLC de 65 pouces à un prix imbattable pour le Black Friday (100 € ODR)
Haut de page