VOD : comparatif de 19 offres

Frédéric Cuvelier
11 juillet 2007 à 12h21
0

Avant d'aborder les offres

Qu'est ce que la VOD ?

La vidéo à la demande est une technique de diffusion de contenus vidéo numériques offerts ou vendus par les réseaux câblés, comme Internet, ou les réseaux non câblés, comme la téléphonie 3G. Elle se développe depuis le début des années 2000 suite à l'explosion des accès très haut débit proposés aux particuliers. Elle permet aux téléspectateurs de s'affranchir des horaires de diffusion et, à l'aide d'un décodeur numérique ou d'un ordinateur, de commander des films ou des émissions de télévision qui stockés sur des serveurs dédiés. L'utilisateur dispose d'un temps de location prédéterminé pour le film ou l'émission qu'il a commandé. Ces contenus sont généralement payants, facturés à l'unité ou par le biais de forfaits. Un site commercial de VOD permet de louer des vidéos comme des dessins animés ou des films de cinéma voire un contenu dit « adulte » pour un public majeur.

Concernant les méthodes de diffusion, on peut distinguer deux modes de fonctionnement :
  • le streaming : le système de visionnage lit un flux vidéo sur un serveur distant ;
  • le téléchargement progressif : la vidéo se charge sur votre disque dur et vous la lisez au fur et à mesure ;
  • le visionnage après téléchargement du document vidéo qui s'effectue sur un support de stockage (disque dur).

Quelques données économiques

00AA000000068727-photo-euros-monnaie.jpg
Le marché de la vidéo à la demande reste quasi inexistant d'un point de vue économique : il a représenté en 2006 un chiffre d'affaires de 16,5 millions d'euros en France, soit 1% du marché du DVD. C'est donc un média sous exploité compte tenu des possibilités offertes. Mais selon une étude NPA Conseil publiée en décembre 2006, la VOD devrait représenter 339 millions d'euros en 2011, dont 334 millions pour la VOD sur TV par ADSL. En effet, l'avenir de la vidéo à la demande ne se joue pas sur PC mais bien sur la télévision par ADSL. La consommation de programmes en VOD y est beaucoup plus forte que sur l'ordinateur, du fait de l'absence des entraves que sont le paiement en ligne (les utilisateurs sont directement débités sur leur facture Internet) et le visionnage sur ordinateur, moins confortable que sur téléviseur.

Sachez enfin que la France est située à la première place en termes de nombre d'offres proposées, avec une vingtaine de services disponibles.

La chronologie de diffusion

0078000000525260-photo-sablier.jpg
La chronologie de diffusion est le sujet de discussion majeur entre les fournisseurs de VOD et les autres acteurs de la diffusion de contenus vidéo. En effet, la législation actuelle autorise la vente de DVD 6 mois après la sortie en salles, et la diffusion par VOD 7 mois et demi après. Ce calendrier est le fruit d'âpres négociations entre les fournisseurs d'accès à Internet (qui aimeraient voir le délai de disponibilité des films en VOD s'aligner sur celui appliqué aux DVD), et des protagonistes de poids tels Canal+ (qui investit plusieurs dizaines de millions d'euros par an dans le cinéma). Quand le piratage vient par ailleurs troubler la problématique, les calculs destinés à satisfaire tout le monde deviennent vite complexes.

Toutefois, les producteurs peuvent prendre des décisions qui vont à l'encontre de cette chronologie. Ainsi, « The Astronaut Farmer » ou « 300 » de Zack Snyder sont deux productions de la Warner qui seront proposés en VOD aux Etats-Unis en même temps que la sortie DVD. En France, Karl Zero et ont décidé de bousculer les traditions en proposant en VOD le film Ségo et Sarko sont dans un bateau pendant le mois précédant sa sortie en salle. De même, M6 a mis à disposition la saison 2 de la série à succès Desperate Housewives en VOD avant sa diffusion télévisuelle et a ainsi bouleversé son calendrier habituel. Nul doute que si l'on ajoute à cela les pressions exercées par Hollywood sur cette exception française, cette chronologie risque de se voir de plus en plus souvent bafouée et remise en question.

Les DRM

00A0000000525261-photo-drm.jpg
Devant l'ampleur prise par le piratage des oeuvres cinématographiques, l'industrie du films a mis en place un système de droits, appelé DRM (pour Digital Right Management) qui, associé à des lecteurs tels que le Windows Media Player ou le DivX Player, permet de garantir le respect du copyright. Dans le cadre de contenus non libres de droits, ce système peut permettre par exemple de limiter la copie ou le visionnage sur plusieurs machines, et est utilisé par les organismes de diffusion de contenus payant. Dans la pratique, il ne vous sera quasiment jamais possible de graver un film acheté et vous ne pourrez le visionner que sur l'ordinateur pour lequel la licence a été acquise. Pour regarder votre vidéo sur votre téléviseur, le passage pour la sortie vidéo de votre carte graphique sera nécessaire, ou encore l'utilisation d'une XBox ou de Microsoft Media Center.

Par ailleurs, les utilisateurs des systèmes d'exploitation Mac ou de Linux ne pourront pas bénéficier pleinement des services de vidéo à la demande, étant donné que les DRM n'ont été prévus que pour la plateforme Windows.

Les offres, généralités

La VOD a pris un essor certain en Europe ces dernières années, et particulièrement en France où l'on a vu fleurir de nombreux sites spécialisés. Tous ont une façon bien à eux de proposer du contenu vidéo en ligne, et nous préciserons ces différences par la suite. Mais il est des impératifs lorsque l'on traite de ce genre de technologies auxquels les sites en question ne peuvent déroger, et en voici une partie :
  • la possibilité de faire du streaming pour visionner la vidéo avant qu'elle ne soit téléchargée complètement (enfin en théorie, nous verrons qu'en réalité, certains sites ne permettent pas cette fonction pourtant annoncée) ;
  • la présence d'un test permettant de s'assurer que le client pourra bénéficier en toute simplicité du service proposé, ces vérifications portant sur le débit de la connexion Internet, la présence d'un navigateur, d'un lecteur adapté et des fameuses DRM ;
  • une inscription est obligatoire sur chaque site, permettant de vous connecter à votre compte contenant l'historique de vos achats, mais parfois aussi vos coordonnées bancaires ;
  • l'utilisation systématique de la carte bleue et de transactions sécurisées, certains sites faisant appel à de grandes banques pour assurer les transactions ;
  • la proposition d'abonnement à une newsletter au client ;
  • l'envoi d'un mail de confirmation après une commande ;
  • la présence d'un lien d'aide plus ou moins complet ;
  • enfin d'un point de vue technique, la vitesse d'émission des serveurs contenant les films est largement suffisante pour saturer les meilleures connexions disponibles actuellement en ADSL.
Pour vous donner une idée de ce dernier point, sachez qu'une vidéo de 1 800 Mo (ce qui est une valeur haute pour un film en SD) sera téléchargée en 30 minutes avec un débit de 1Mo/s. Cependant, le temps de téléchargement dépend bien évidemment de la taille du fichier, de l'utilisation de votre bande passante et de la stabilité de votre connexion.

0064000000525289-photo-windows.jpg
Une dernière chose est commune à l'ensemble des solutions testées : la nécessité avant de se lancer dans la VOD de mettre à jour son lecteur Windows Media Player ainsi que les DRM associés afin d'éviter tout problème avec l'acquisition des licences nécessaires à la lecture d'un fichier vidéo. De même, il est vivement conseillé d'effectuer une sauvegarde de ses licences pour ne pas perdre le droit de lire vos fichiers achetés.

Les Box

0096000000481040-photo-dossier-vid-o-freebox-hd-1.jpg
Si nous avons décidé de nous intéresser aux sites Internet mettant à disposition de la vidéo à la demande, nul n'ignore que les fournisseurs d'accès à Internet incluent maintenant pour la plupart d'entre eux une offre VOD dans leurs services. Les « box » propres aux forfaits « Téléphonie + Internet » sont reliées au téléviseur et permettent la sélection et le visionnage des films ou documentaires disponibles. Les programmes diffusés sont ceux de fournisseurs aguerris qui ont passé des accords avec les FAI afin de proposer leurs contenus aux différents abonnés. Ainsi Alice, Noos Numéricable, Neuf Cegetel ou Club Internet mettent à disposition les vidéos de Glowria, Vidéo ou Vodeo.

Cependant deux FAI jouent à l'heure actuelle sur les deux tableaux. Il s'agit d'Orange et Free qui proposent tous deux leurs propres contenus, ou du moins des programmes qui ne dépendent pas des acteurs habituellement sollicités. L'avantage est considérable, les prix, le contenu et tout ce qui concerne la politique de diffusion en général étant de leur responsabilité et non plus dictés par des diffuseurs intermédiaires.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales

Notre charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top