Comparatif des plateformes de blog gratuites

02 février 2007 à 19h30
0

Blogger : le blog vu par Google



0096000000446239-photo-logo-blogger-google.jpg
Propriété de Google depuis l'acquisition de la société Pyralabs en 2003, le service d'hébergement de blogs Blogger présente depuis quelques semaines aux internautes sa version dite « définitive », comprenez sortie de la période de bêta-test. La plateforme, qui héberge notamment les blogs institutionnels de Google, présente donc un certain nombre de nouveautés plus ou moins intéressantes, parmi lesquelles on notera par exemple de plus importantes possibilités de personnalisation, une meilleure gestion des flux RSS, ou l'introduction d'un tableau de bord permettant de contrôler l'ensemble de l'activité du blog. Une bonne occasion de faire le tour du service, avec un nouveau blog de test.

Accessible à tout internaute, Blogger est un service gratuit qui n'embarque pas pour autant de publicités dont les revenus iraient à Google. Ceci ne signifie pas qu'il n'est pas possible de placer des réclames sur un blog Blogger, mais ce choix serait le fait de l'utilisateur et non celui de la plateforme. Fait relativement rare en matière de service de blogs, l'internaute dispose également de la possibilité d'héberger son blog au moyen de son propre serveur FTP, tout en utilisant l'interface de Blogger.

Inscription et création d'un premier billet



Une adresse mail, qui peut tout à fait correspondre à un autre service que Gmail, la messagerie en ligne de Google, est simplement requise pour valider l'inscription, qui passe toutefois par la création d'un compte Google. Ce dernier permet à Google d'identifier automatiquement les utilisateurs de l'un de ses services lorsqu'ils arrivent sur un des autres sites dépendants du moteur de recherche. Pour le reste, il suffit de choisir un pseudonyme, ainsi qu'une adresse pour son blog (à l'image de notre adresse de test, loutreunjour.blogspot.com, l'adresse d'un blog Blogger se termine par l'extension blogspot.com). Blogger permet à ses utilisateurs de créer autant de blogs qu'ils le souhaitent. Tous sont ensuite accessibles depuis la page d'accueil du service. L'interface, ainsi que les rubriques d'aide, sont depuis peu traduites en français.

000000DC00446227-photo-blogger-cr-ation-blog.jpg
000000DC00446231-photo-blogger-param-tres-blog.jpg

Création du blog, configuration des paramètres de base


Les paramètres du blog, à définir dès l'inscription, peuvent être modifiés ultérieurement. Ils permettent notamment d'éditer la description de son blog, en 500 caractères maximum, de choisir ou non d'apparaître dans les listes de blogs Blogger et d'afficher des liens donnant accès à l'édition des billets directement sur ces derniers lorsque l'on consulte son blog et que l'on est identifié au service.

Premier billet : loutre un jour...

Loutre toujours, évidemment ! Comme toute plateforme de blogs grand public qui se respecte, Blogger adopte une interface de type WYSIWYG. L'application d'un style tel que le « gras » ne fera donc pas apparaître de balises autour des mots concernés, mais affichera effectivement ce texte en gras. Les options les plus courantes de mise en forme sont là encore présentes : gras, italique, alignement du texte, listes à puces (numérotées ou non), liens hypertextes ou blocs de citation.

000000DC00446228-photo-blogger-dition-billet.jpg
000000DC00446246-photo-blogger-apercu-billet-dition.jpg

Edition d'un billet, aperçu du billet


Un correcteur orthographique, qui a le bon goût d'interpréter le français, est également de la partie, ainsi qu'une palette de couleurs permettant de rompre avec les sempiternels caractères noirs. Le bouton gomme permet quant à lui d'effacer le style appliqué à une sélection. Enfin, à gauche prennent place la taille des polices et le type de ces derniers, sous forme de menus déroulants. Les options sont donc relativement peu nombreuses, mais elles correspondent tout à fait aux besoins les plus courants. Un mode aperçu est également disponible, afin de prendre conscience du rendu d'un billet de façon plus explicite que ne le permet l'interface WYSIWYG.

L'édition se partage entre deux onglets, entre lesquels il est possible de naviguer sans effectuer de rechargement de la page, et sans perdre les contenus déjà saisis. Le premier correspond au mode WYSIWY que nous venons d'évoquer, tandis que le second permet la modification manuelle du code HTML qui régit l'ordonnance des billets. A l'aide de ce dernier, on pourra par exemple mettre en forme de son billet à l'aide de balises HTML qui ne sont pas disponibles au moyen de l'interface et de ses boutons, ou intégrer des contenus en provenance de sites tiers, comme des vidéos venant de YouTube par exemple. Les balises « object » et « embed » ne sont en effet pas bloquées par Blogger qui les interprète correctement.

000000DC00446245-photo-blogger-mode-dition-html.jpg
000000DC00446232-photo-blogger-premier-billet.jpg

Mode d'édition HTML, et notre premier billet publié


La zone d'édition permet également de définir l'heure de publication d'un billet et d'autoriser ou de refuser au coup par coup le dépôt de commentaires par les visiteurs. Notons pour finir que certains raccourcis clavier fonctionnent au sein de cette interface. Par exemple, une pression simultanée sur CTRL et B appliquera un style gras à la sélection, y compris en mode HTML où l'on verra alors apparaître une balise de mise en forme.

Gestion des images



L'upload des images vers les serveurs de Blogger passe par une fenêtre pop-up, qui permet d'indiquer l'emplacement du fichier en local, sur son ordinateur. Il est également possible de faire apparaître, au moyen de cette fenêtre, une image déjà hébergée sur le Web, mais rappelons qu'il n'est guère courtois de remplir son blog à l'aide de contenus hébergés par d'autres personnes, qui assumeront alors les coûts engendrés par la bande passante utilisée.

000000E600446233-photo-blogger-upload-images.jpg

Module d'envoi des images


Les formats Gif, Jpeg, BMP et PNG sont indiqués comme étant pris en charge par Blogger, dans une limite de 8 Mo par fichier. Avant de lancer l'envoi de son fichier, il est nécessaire de sélectionner la position et l'alignement que devra adopter l'image dans le corps du billet, ainsi que de déterminer la taille de l'affichage. Trois choix sont proposés, mais il est possible d'ajuster manuellement la taille de l'image au sein de l'interface d'édition, une fois l'image chargée. Notons qu'il est également possible de charger plusieurs images à la fois, afin de ne pas avoir à répéter la procédure.

000000E600446230-photo-blogger-insertion-image.jpg


Côté visiteur, les images peuvent être affichées dans leur taille originale à partir de la miniature insérée dans un billet. Il suffit de cliquer sur cette dernière pour que l'image originale s'ouvre dans un nouvel onglet.

Personnalisation et design



Depuis le passage à la nouvelle mouture de Blogger, l'utilisateur dispose d'un important champ d'action pour personnaliser son blog. Pour commencer, la plateforme fournit plusieurs dizaines de thèmes prédéfinis, qui permettront de varier les couleurs employées. Blogger fournit ensuite une interface de gestion des « modules », ces petits pavés d'informations qui prennent place dans les colonnes latérales de votre blog. Par défaut, une dizaine de blocs prédéfinis sont proposés. Mais surtout, Blogger permet d'insérer soi-même son propre code dans les colonnes latérales du blog. Les amateurs pourront donc insérer les bannières publicitaires de leurs choix ou plus généralement profiter des centaines de « widgets » (petite application complétementaire) disponibles sur le Web, à commencer par ceux que propose Google lui-même.

000000DC00446895-photo-blogger-mod-les-de-page.jpg
000000DC00446896-photo-blogger-choix-des-couleurs.jpg

Modèles de page, choix avancé des couleurs


Au niveau de l'apparence, disons que Blogger permet trois niveaux de personnalisation. Le premier consiste à choisir un thème parmi les quelques dizaines de modèles proposés. Excepté un modèle colonne unique, Blogger ne propose que des mises en page sur deux colonnes, le menu pouvant être placé à droite ou à gauche du flux des billets. Une fois le thème de base choisi, l'internaute accède s'il le souhaite à un second niveau de personnalisation, qui lui permet de définir manuellement la couleur et le type de chaque police. Plus fastidieuse, cette étape permet de choisir manuellement la couleur de tous les éléments présents sur la page, du fond adopté sur certains blocs de contenu aux liens hypertextes. Pour chaque niveau de texte (titre, corps, etc.), Blogger propose le choix entre six polices, agrémentées de tailles diverses et des styles gras et italiques.

000000DC00446897-photo-blogger-design-1.jpg
000000DC00446898-photo-blogger-design-2.jpg

Choix du thème, organisation des modules


Blogger dispose également d'une page qui permet d'organiser les éléments qui composent la page par glisser/déposer, comme le permet par exemple Windows Live Spaces. Les modules sont à sélectionner dans la liste, puis peuvent être positionnés très simplement, un simple clic sur le bouton « enregistrer » permettant d'appliquer les modifications au blog.

Les amateurs devraient donc parvenir à peaufiner l'habillage de leur blog selon leurs souhaits. Pour les plus exigeants, un troisième niveau permet de modifier l'intégralité des codes source qui régissent la mise en page du blog. La feuille de style (CSS) et le squelette de la page sont réunis au sein d'un document général qu'il est possible de modifier à loisir. Les plus habiles sauront donc modifier la largeur des colonnes ou l'espacement entre les blocs en manipulant ce document, qu'il est possible de réinitialiser en cas de mauvaise manipulation, ou de le télécharger (format XML) pour l'étudier en local, à l'aide d'un éditeur de texte doté de la coloration syntaxique par exemple. Notons toutefois qu'à la différence de plateformes comme WordPress ou Dotclear où l'on peut aller jusqu'à modifier les fonctions qui régissent les relations avec la base de données, les possibilités de Blogger se limitent à l'apparence, et l'ajout de modules externes.

000000DC00446899-photo-blogger-dition-html-mod-le.jpg
000000DC00446900-photo-blogger-choix-modules.jpg

Edition du modèle de page, en HTML, et liste de modules proposés par Blogger


Fonctionnalités annexes et perspectives



Au chapitre des options étendues, citons par exemple la possibilité de demander à utiliser son propre nom de domaine directement depuis l'interface (sous réserve de déjà détenir ce dernier), la restriction du dépôt de commentaire aux membres enregistrés sur Blogger, l'activation d'une modération à priori de ces commentaires, la possibilité de paramétrer le nombre de billets à afficher sur chaque page ou l'archivage automatique et périodique des contenus. Les flux RSS peuvent également être paramétrés (affichage de tout ou partie du billet par exemple), tout comme il est possible d'avertir automatiquement par email les personnes de son choix de la publication d'un nouveau billet. Notons enfin que Blogger permet d'écrire à titre privé, en limitant l'accès aux internautes choisis par l'utilisateur, voire en cantonnant le blog à ses seuls auteurs.

000000DC00446894-photo-blogger-commentaires.jpg

Rédaction d'un commentaire, côté visiteur


Côté visiteur, il est possible de proposer automatiquement un lien « envoyer par email » et d'afficher archives, flux RSS en provenance d'autres sites, archives, textes libres, derniers billets ou derniers commentaires, sans parler des modules externes tels qu'une recherche personnalisée, un outil communautaire comme MyBlogLog (récemment acquis par !) ou un badge de photos Flickr (là encore, une propriété de Yahoo !). Notons qu'une barre de navigation Blogger surplombe toujours la page. A défaut d'autoriser la suppression, Google permet le choix de la couleur. La syndication de contenus est rendue possible via un lien ATOM.

Signalons également la possibilité offerte par Google d'utiliser l'interface de Blogger pour administrer un blog hébergé par ses propres moyens. Il suffit pour ce faire d'entrer les identifiants qui permettent d'accéder à son espace FTP pour que les fichiers soient automatiquement mis à jour à distance. Cette option se révèle particulièrement pratique pour les blogs hébergés en propre et animés à plusieurs. Pour ce qui est des statistiques, Blogger ne fournit pas d'outil en interne, mais part vraisemblablement du principe que les amateurs n'auront aucun mal à intégrer la portion de code JavaScript permettant d'utiliser un service tiers. Avant de conclure, précisons que Google permet d'alimenter son blog depuis son mobile, via l'envoi d'un email à une adresse prédéfinie. Il faut auparavant avoir pris soin d'activer l'option correspondante.

Conclusion



Gratuit, le service Blogger se révèle assurément complet, même si certains progrès pourraient sans doute être faits en matière d'ergonomie. La gestion des commentaires, côté visiteur, n'est peut-être pas la plus agréable qui soit, et de plus nombreux modules de contenus seraient bienvenus pour l'administrateur d'un blog. Adapté aux bloggeurs occasionnels, qui souhaitent juste disposer d'une page personnelle pour diffuser leurs photos ou leurs écrits, comme aux bloggeurs avertis désireux de personnaliser au mieux le site qui leur servira à promouvoir leur image ou leurs idées, Blogger est sans nul doute un service réussi. Comme pour toutes les autres plateformes évoquées dans cet article, de nouvelles fonctionnalités pourraient en outre faire leur apparition dans un avenir proche. Un simple lien permettant de revenir à l'accueil du blog en cliquant sur son titre, comme sur la plupart des sites Web, serait pour commencer une excellente idée.

Blogger

Les plus
+ Espace de stockage important
+ Fonctionnalités avancées
+ Hebergement et nom de domaine perso possibles
Les moins
- Bandeau Blogger obligatoire
- Pas de lien sur le titre
Simplicité
Ergonomie
Fonctionnalités
3
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
2 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top