Comparatif des plateformes de blog gratuites

02 février 2007 à 19h30
0

Vox : entre blog et réseau social ?

00444404-photo-logo-vox-six-apart.jpg
La société Six Apart, connue pour sa plateforme payante Typepad, a lancé fin 2006 une plateforme de blogs gratuite à destination des particuliers baptisée Vox (la voix, en latin). Financée par la publicité, celle-ci mise sur sa simplicité d'utilisation, les interactions avec de nombreux services en ligne tels que YouTube ou Flickr, sa dimension communautaire et la possibilité d'alimenter son espace personnel par mail ou par téléphone, afin d'attirer les particuliers qui se lancent dans l'aventure du blog.

Pour faire bref, Six Apart ambitionne avec Vox de renouveler le concept du réseau social sur Internet, en proposant une plateforme de blog complète, associée à des fonctionnalités de type communautaire : partage d'informations et de billets, création de groupes d'utilisateurs privés, afin de limiter la diffusion de certains contenus à sa famille ou à ses proches, mise en valeur des contenus jugés de bonne qualité sur la page d'accueil du service... Test sur onesque.vox.com.

000000DC00445955-photo-vox-accueil-blog.jpg
000000DC00445956-photo-vox-accueil-blog-identifi.jpg

Une fois identifié (à gauche), la page d'accueil du blog comporte les liens d'administration


L'inscription à Vox ne demande qu'une adresse email valide. Aucune option payante, ou « service premium », n'est proposé à l'utilisateur, qui en contrepartie ne pourra pas débarrasser sa page des quelques bandeaux de publicité qui l'habitent. En revanche, pour une plateforme gratuite, Vox propose d'intéressantes conditions en ce qui concerne le stockage de données. Incitant les utilisateurs de la plateforme à user et abuser d'images et de vidéos, afin de rendre leurs pages attractives et de générer de l'audience, Vox les autorise à envoyer sur ses serveurs jusqu'à 2 Go de données par mois, avec une limite fixée à 50 Mo par vidéo uploadée, 25 Mo par fichier audio (pour les amateurs de podcasts par exemple) et 10 Mo par image. De surcroit, il est possible d'incorporer à ses billets des contenus hébergés sur d'autres services.

000000DC00445957-photo-accueil-vox-com.jpg
000000DC00445965-photo-vox-identification.jpg

Page d'accueil du service et page d'authentification


Inscription et création d'un premier billet

L'inscription ne revêt aucune difficulté particulière, puisqu'il suffit de choisir le nom de son espace Vox, qui sera également son pseudonyme sur la plateforme, puis d'entrer ses coordonnées ainsi qu'une adresse email valide. Après avoir reçu un courrier de confirmation et cliqué sur le lien qu'il contient, nous sommes en mesure de partir à la découverte de notre nouvel espace. L'accès à l'administration peut se faire depuis la page d'accueil du service Vox, ou directement depuis l'un des blogs qu'elle héberge. Sachez en effet qu'il est pour le moment indispensable de s'enregistrer pour pouvoir commenter l'un des blogs Vox. Un champ d'identification est donc présent sur toutes les pages de la plateforme.

000000DC00445968-photo-vox-inscription.jpg

Formulaire d'inscription


Création d'un billet : l'interface de publication

Une fois dans l'administration de son blog, il suffit de cliquer sur l'onglet « Créer » pour pouvoir entamer la rédaction d'un nouveau billet. Comme toujours, nous avons affaire à une interface de type WYSIWYG, enrichie de quelques options propres au récent service de Six Apart. L'édition proprement dite s'effectue au moyen d'une série de boutons de type traitement de texte qui permet d'appliquer un style au texte, de jouer avec l'alignement des paragraphes, de créer des liens hypertextes ou de mettre en place des listes à puces. Les conventions sont ici parfaitement respectées et l'internaute ne devrait éprouver aucune difficulté à prendre ses marques s'il a l'habitude d'utiliser ce type d'outils.

Vox propose bien sûr à l'utilisateur l'insertion de liens hypertextes « classiques », visant à associer une page Web à ses contenus, mais la plateforme propose également d'autres catégories de liens, censés renforcer l'aspect communautaire. Il est ainsi possible de lier directement depuis l'un des boutons du WYSIWYG une adresse email, ainsi qu'un profil Vox. L'édition de cette dernière catégorie de liens passe par un moteur de recherche interne, qui permet de retrouver les coordonnées Vox d'un internaute sans effort.

000000DC00445963-photo-vox-dition-billet.jpg


Vox propose également d'identifier chaque billet, ainsi que chacun de ses contacts, à l'aide de tags. Particulièrement à la mode, ces tags sont des mots clé qui permettent de catégoriser finement les contenus publiés. Notons également la présence d'un correcteur orthographique, dont la portée semble toutefois limitée pour le moment à l'anglais. Activé sur un billet écrit en français, celui-ci se révèlera donc inefficace. Il est toutefois permis de supposer que Vox introduira un jour des dictionnaires localisés.

Contrairement à d'autres services, Vox n'autorise pas l'édition du code HTML qui compose les billets, ce qui signifie qu'il faudra se contenter des fonctionnalités permises par le WYSIWYG. On ne pourra donc pas intégrer directement des vidéos en provenance de Dailymotion ou user de ses propres balises de mises en forme du texte.

Par défaut, les billets publiés seront visibles de tous, mais Vox propose d'en limiter l'accès à certaines catégories de visiteurs, afin que le blog puisse être utilisé comme un outil d'expression publique tout en restreignant les contenus « personnels » à ses proches ou sa famille. Nous reviendrons sur ces communautés, qui constituent l'un des principaux arguments de Vox face à des solutions concurrentes. Précisons enfin, avant de nous intéresser à la gestion des images et des contenus multimédias, que des liens sponsorisés Google AdSense prennent place sur la page d'édition des billets, ainsi que sur la plupart des pages d'administration de Vox.

Gestion des images et des contenus multimédias

Nous l'avons vu, Vox offre d'intéressantes possibilités en matière de stockage de contenus multimédia. Surfant sur la tendance de services « web 2.0 » basés sur les contenus générés par les utilisateurs (notion définie dans le jargon par le sigle UGC - User Generated Content), Vox incite en effet ses visiteurs à diffuser au moyen de leur blog leurs photos, leurs créations audio - sous forme de podcasts par exemple - et leurs vidéos. Les contenus qui seront proposés sur le blog sont rassemblés dans une « bibliothèque », accessible directement depuis l'interface d'édition d'un billet. Celle-ci sépare les images des contenus sons et vidéo.

000000DC00445966-photo-vox-chargement-images.jpg
000000DC00445964-photo-vox-gestion-images.jpg

Envoi et placement des images


La gestion des images passe par l'ouverture d'une fenêtre pop-up en flash, qui vient donc se superposer à la zone d'édition. Les images peuvent être uploadées depuis son ordinateur, ou importées depuis les services d'hébergement compatibles. Flickr, propriété de !, est du nombre, ainsi que Photobucket et iStockPhoto. Une fois importées, les photos apparaissent au sein de la « bibliothèque Vox ». En sélectionnant une image, l'utilisateur se voit proposer les options d'insertion : miniature, image de taille moyenne ou taille originale, ainsi que le positionnement : aligné à gauche, à droite, ou centré. Sélectionnées dans l'interface WYSIWYG, ces images peuvent être déplacées à l'intérieur du billet par simple glisser/déposer, tandis que des boutons explicites permettent d'en modifier la position. Chaque image peut être enrichie de tags et d'une description. Il est également possible d'en restreindre l'accès à sa communauté (famille ou amis par exemple), ainsi que de signaler un contenu comme « explicite » afin d'éviter qu'il ne soit trop facilement accessible de l'extérieur.

Côté visiteur, les images sont cliquables et peuvent être visualisées dans le cadre d'une interface qui semblera familière aux habitués de Flickr. L'image est proposée dans une taille standard de 500 pixels de large, mais il est possible d'afficher la version originale, si cette dernière est hébergée chez Vox. Pour les images hébergées sur Flickr par exemple, l'utilisateur est conduit vers le site de ce dernier, où il retrouvera la possibilité d'afficher l'image originale. Le système est tout à fait fonctionnel, mais il induit un nombre de clics et de pages à afficher important.

000000DC00445967-photo-vox-images-flickr.jpg
000000DC00445972-photo-vox-visualisation-images.jpg

Gestion des images sur Flickr et affichage côté visiteur


Vidéos et fichiers audio sont gérés de la même façon que les images. L'envoi vers les serveurs de Vox passe par la même fenêtre flash, et les fichiers peuvent être identifiés à l'aide de tags. Là encore, il est possible d'en restreindre l'accès à sa communauté, de même qu'il est possible d'inclure directement des vidéos en provenance des sites YouTube, Amazon et iFilm. Les vidéos hébergées directement chez Vox sont lues dans un lecteur flash maison, très sobre. Un lien, présent sous chaque vidéo, permet d'afficher une version plus large du lecteur (500 pixels). Comme les images, les vidéos peuvent être commentées, mais seulement par les utilisateurs enregistrés sur Vox.

000000DC00445971-photo-vox-video.jpg
000000DC00445969-photo-vox-livres-amazon.jpg

Gestion des vidéos ou des dernières lectures


Vox permet également d'écrire au sujet de ses dernières lectures. Les livres sont accessibles comme les images ou les vidéos, au moyen de la « bibliothèque » (ce qui tombe finalement plutôt bien pour des livres ;-)). Il est également possible d'intégrer directement des livres en provenance d'Amazon, au moyen d'un moteur de recherche interne à l'administration. Ainsi, l'utilisateur n'a pas à charger manuellement l'image de la couverture, ou les renseignements relatifs au livre. Pour Vox, ce service est un moyen d'insérer un lien vers le site d'Amazon. En cas de vente à partir d'un blog Vox, une commission est alors reversée à la plate-forme, sur le principe de l'affiliation.

Personnalisation : thèmes et apparence

Vox ne permet pas de modifier manuellement les modèles de pages proposés, ce qui signifie qu'il n'est pas possible d'importer manuellement ses propres modules dans les colonnes latérales par exemple. Pour autant, un certain nombre d'options de personnalisation sont proposées, à commencer par une galerie de plusieurs dizaines de thèmes, accessibles depuis le lien « design » de l'interface d'administration.

000000D200445958-photo-design-1-vox.jpg
000000D200445959-photo-design-2-vox.jpg
000000D200445960-photo-design-3-vox.jpg

Thèmes et options de personnalisation proposés


Rangés dans une dizaine de catégories, ces thèmes permettent d'opter pour différentes couleurs de fonds et de polices. Tous ces thèmes s'adaptent ensuite à la configuration retenue pour le blog. Vox propose en effet de choisir l'agencement de son blog, parmi quatre modèles de mise en page : design sur deux colonnes, avec menu à droite ou menu à gauche, ou design sur trois colonnes, avec une colonne de part et d'autre du contenu principal, ou deux colonnes de menu prenant place à gauche de la colonne principale. Il est également possible de choisir quels sont les modules optionnels à faire figurer dans les colonnes de menu : archives, derniers commentaires, dernières vidéos, tags, contacts ou photos peuvent être (ou ne pas être) affichés.

000000DC00445961-photo-design-colonnes-vox.jpg
000000DC00445962-photo-design-personnalis-vox.jpg

Gestion des colonnes et design personnalisé


Il est également possible de personnaliser dans une certaine mesure l'affichage de son blog, en intégrant par exemple sa propre bannière, ou en appliquant des motifs prédéfinis sur les côtés de son blog.

Communauté : l'argument phare ?

Mise en avant dans l'interface d'administration comme sur la page d'accueil de votre blog, la dimension communautaire de Vox est l'une des principales facettes utilisées par les concepteurs du service pour en assurer la promotion. Rappelons que Vox fonctionne comme un écosystème fermé : il est par exemple nécessaire de s'enregistrer chez Vox pour pouvoir laisser des commentaires. Vox propose deux façons de se rapprocher des autres utilisateurs de services : les communautés, qui fonctionnent sur le principe de l'affinité réciproque ; et les groupes, qui reposent quant à eux sur les proximités thématiques. Ainsi les passionnés de cuisine se retrouveront-ils au sein du groupe du même nom, alors que les mordus d'informatique iront hanter ensemble les groupes consacrés à l'univers du PC ou du Mac.

000000DC00445970-photo-vox-organiser.jpg

La page Organiser permet de gérer ses communautés comme ses contenus multimédia


Les groupes constituent sans doute l'une des plus habiles trouvailles de Vox en matière de développement de l'esprit communautaire. Les membres d'un groupe peuvent agréger les contenus en provenance de leurs blogs respectifs au sein d'un espace, qui constitue au final un blog thématique alimenté par la communauté. Les groupes et communautés peuvent ensuite être promus au moyen des colonnes latérales de chacun des blogs membres.

Certains de ces groupes sont publics, et peuvent donc être rejoints par tous les utilisateurs de Vox qui le souhaitent. D'autres sont privés, l'objectif étant par exemple de simplifier la communication entre membres d'une famille éloignés géographiquement les uns des autres, sans pour autant exposer sa vie privée au tout venant. Les groupes sont régis par un administrateur, qui choisit par exemple le design qu'adoptera la page commune. Lancée courant janvier, cette fonctionnalité est encore à l'état de bêta aujourd'hui.

Afin de renforcer cet esprit communautaire, Vox adopte également différents systèmes comme les avatars qui permettent d'identifier à l'aide d'une petite vignette les visiteurs de passage, ou une messagerie privée, semblable à celle que l'on retrouve sur les forums de Clubic, qui permet de converser, en privé, directement depuis le site Vox.

Divers, le mot de la fin

En bon service « Web 2.0 », Vox utilise au maximum les possibilités de l'agrégation de contenus, notamment via les flux RSS. Blogs et groupes disposent tous de leurs propres fils de suivi, et tous peuvent être explorés au travers d'une navigation chronologique ou thématique, via le moteur de recherche et l'utilisation des tags. Une page baptisée Voxoscope symbolise d'ailleurs les ambitions de Vox en matière de syndication de contenus : elle agrège l'ensemble des billets, commentaires et contenus multimédia publiés non seulement sur le blog de l'utilisateur, mais également sur les blogs de sa communauté ou les groupes auxquels il appartient, l'objectif étant de multiplier les niveaux de navigation. A l'aide de cette imbrication de contenus, Vox incite le visiteur de passage à poursuivre sa visite sur le site, plutôt que de poursuivre ses déambulations sur le reste de la toile.

000000DC00445980-photo-vox-commentaires.jpg

Consultation et rédaction d'un commentaire


L'auteur d'un blog est en mesure de supprimer les commentaires laissés par les visiteurs, mais ne peut les modifier. Du côté du référencement, nous avons pu constater que notre blog de test a très rapidement été indexé par Google, sans aucun effort particulier de notre part. Ce dernier nous a paru s'afficher correctement à l'aide des principaux navigateurs du marché. L'administration requiert toutefois l'installation d'un composant flash, indispensable par exemple pour la gestion des images, ce qui ne devrait guère poser de problème.

Au final, Vox se présente donc comme une plateforme à mi-chemin entre le blog traditionnel et le réseau social. On appréciera la possibilité de limiter la lecture de certains contenus à ses proches, sans pour autant devoir utiliser une autre adresse que celle de son blog « public ». Le multimédia, de l'image à la vidéo, fait par ailleurs partie intégrante de la stratégie de Vox qui, non content de proposer une capacité de stockage importante - surtout pour un service gratuit - intègre assez bien les services déjà existants sur le Web. En revanche, il faudra tirer un trait sur les statistiques, non disponibles à l'heure actuelle pour les utilisateurs de Vox, et accepter d'animer un blog sur lequel la publicité est intégrée de façon relativement discrète mais omniprésente. On appréciera toutefois que Vox soit un véritable service de blogs, doté de réelles innovations, et que Six Apart ne se soit pas contenté d'en faire un produit d'appel pour ses plateformes payantes comme Typepad.

Vox

Les plus
+ Dimension communautaire
+ Stockage important
+ Vidéo
Les moins
- Publicités
- Réservé aux membres
Simplicité
Ergonomie
Fonctionnalités
3
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
2 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla apporte des améliorations à sa Model 3 (et des hausses de prix)
Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
L'Agence internationale de l'énergie met en garde contre la popularité des SUV
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays
L'armée américaine n'utilisera plus d'antiques disquettes pour coordonner ses frappes nucléaires
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Le navigateur Brave atteint les huit millions d'utilisateurs
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Lime officialise le retrait de sa flotte de trottinettes électriques à Marseille
Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top