Montage vidéo : comparatif de 7 logiciels pour PC/Mac

Stéphane Ruscher
Spécialiste informatique
04 mai 2010 à 18h25
0

Cyberlink PowerDirector 8 : effets, transitions et titres

Power Director 7 s'avérait assez fourni en transitions et en effets et la version 8 ne faillit pas à la règle, au contraire. Ainsi, aux nombreux effets disponibles, vient s'ajouter un module de génération de particules permettant de générer des feux d'artifice, des pluies d'étoiles ou des fontaines d'étoiles multicolores. Expliqué comme tel, le concept peut paraître effrayant, mais l'implémentation est plutôt bien vue : le module permet de choisir un élément de base parmi de nombreuses images disponibles (étoiles, flammes, cœurs, notes de musique...), de sélectionner un mode de diffusion (à partir d'un point, sous forme de pluie, ou de rayonnement), de positionner les sources de particules dans l'image et enfin d'influer sur de nombreux paramètres (intensité, vagues, vitesse, gravité...). L'effet est à utiliser avec parcimonie étant donné les résultats extrêmement kitsch qu'il peut occasionner, mais il faut reconnaître que Cyberlink propose ici une fonctionnalité amusante et originale.

0190000002583052-photo-powerdirector-8-particules.jpg


Les effets de la version précédente ne subissent pas d'amélioration fondamentale. Ils sont toujours aussi nombreux et peuvent être ajoutés à un clip en particulier (par glisser/déposer sur celui-ci) ou à tout un segment du film via la piste d'effets dédiée. On notera que certains effets bénéficient d'optimisations spécifiques pour les cartes graphiques dans la version 8. Les transitions n'ont pas bougé : elles sont nombreuses, variées et proposent des effets intéressants (à utiliser avec modération, comme d'habitude). On appréciera les couleurs moins criardes de leurs aperçus.

000000FA02583054-photo-powerdirector-8-transitions.jpg
000000FA02583056-photo-powerdirector-8-effets.jpg


Au niveau des titres, on profite là encore d'un module privilégiant une certaine simplicité d'utilisation. Le logiciel propose de nombreux styles de polices et des animations prédéfinies assez faciles à intégrer. Les plus paresseux trouveront évidemment des titres prédéfinis. Notons au passage que PowerDirector bénéficie comme son prédécesseur de la DirectorZone, un espace communautaire où les utilisateurs peuvent proposer leurs modèles de titres, de menus de disques ou encore d'effets de particules. Comme tout contenu communautaire, sa qualité peut être variable, mais cette ressource peut s'avérer utile.

0190000002583058-photo-powerdirector-8-titres.jpg


Gestion du son

Au niveau du son, on ne notera pas d'améliorations fondamentales. Le logiciel propose une piste de commentaires et une piste de fond sonore par défaut, et permet d'ajouter deux pistes musicales supplémentaires. Une table de mixage est disponible pour régler le niveau et le panoramique des différentes pistes vidéo et des deux pistes son. On notera pour chaque piste deux boutons permettant de créer automatiquement des fondus en ouverture et en fermeture. En outre, le logiciel propose évidemment l'édition de la courbe de volume au sein des clips audio et vidéo, avec ajout de points. Au rang des améliorations, on notera la possibilité de convertir une bande-son stéréo en surround lors de la création d'un disque (voir plus bas).

0190000002583060-photo-powerdirector-8-son.jpg


Exportation et gravure

PowerDirector 8 se montre très complet au niveau de ses possibilités d'exportation. Le logiciel permet d'exporter ses montages sous forme de fichier (AVC, MPEG-1, MPEG-2, AVI, MPREG-4, WMV, RM et MOV), la réexportation vers un camescope et la publication sur YouTube ou Facebook. Le logiciel propose en outre une prise en charge exhaustive de la gravure de disques sur VCD, DVD, Blu-ray et DVD AVCHD. Plusieurs modèles de menus sont disponibles et peuvent être modifiés. L'utilisateur peut également créer ses propres menus, mais l'éditeur proposé manque de précision malgré une certaine simplicité. On appréciera en revanche le réglage assez simple d'options telles que le sens de navigation (menu ou premier titre au démarrage du disque, lecture de tous les titres ou uniquement de celui sélectionné...). Déjà proposé dans une mise à jour mineure de la version 7, on retrouve enfin la prise en charge de l'accélération matérielle via CUDA ou ATI Stream pour l'encodage des vidéos.

000000FA02583064-photo-powerdirector-8-menu-dvd.jpg
000000FA02583066-photo-powerdirector-8-export-facebook.jpg


Performances

PowerDirector 8 semble se comporter correctement au niveau des performances. Le logiciel n'atteint jamais les consommations gargantuesques de Premiere Elements 8 et l'interface, si elle semble toujours souffrir d'une certaine mollesse, nous a paru un peu plus réactive que celle de la version 7.

En ce qui concerne l'encodage d'un projet de 10 minutes (avec transitions, titres, effets et bande sonore) en H264 et 1080p, PowerDirector profite lui aussi de son accélération CUDA : le projet est encodé en 33 minutes sur notre configuration de test ! En revanche, les bénéfices semblent limités concernant l'occupation du processeur, largement supérieure à celle de VideoStudio Pro : 93% ! La consommation mémoire est correcte avec environ 690 Mo. C'est plus que VideoStudio X3 mais moins que tous les autres !


Notre avis

Que manque-t-il à PowerDirector 8 ? Comme son prédecesseur, le logiciel de Cyberlink nous a séduits par sa facilité d'utilisation, alors que plusieurs défauts constatés avec la version 7 ont été corrigés dans cette nouvelle mouture. On regrettera peut-être une gestion du son des plus basiques, notamment au niveau du son multi-canal. Plutôt destiné à un usage familial ou personnel, il marche ouvertement sur les plates-bandes de Pinnacle Studio et confirme son intérêt pour des utilisateurs cherchant un produit simple capable de produire des résultats efficaces. Problème : la dernière version de VideoStudio Pro fait aussi bien voire mieux dans à peu près tous les domaines, reléguant PowerDirector un cran en dessous. Les utilisateurs cherchant une plus grande complexité devront quant à eux passer leur chemin et se tourner vers Magix Video Deluxe ou Vegas Movie Studio.

Cyberlink PowerDirector 8

Les plus
+ Simple d'utilisation
+ Nombreux effets et transitions
+ Fonctionnalités assez complètes
+ Encodage rapide (accélération matérielle)
Les moins
- Manque de réactivité
- Gestion du son rudimentaire
- Effets un peu kitsch (générateur de particules)
Fonctionnalités
Ergonomie
Performances
2.5
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La planète est confinée ! Le ralentissement est visible depuis l'espace.
L'union sacrée des télécoms européens, qui vont partager leurs données pour lutter contre le coronavirus
La dernière mise à jour de Windows 10 provoque une fois de plus pannes et ralentissements
Confinement : la nouvelle attestation de déplacement dérogatoire est disponible en téléchargement
L'empreinte carbone issue de la consommation des Français a chuté de deux-tiers avec le confinement
Comment choisir la bonne diagonale pour son téléviseur ?
Elon Musk fait un don de 50 000 masques et 1200 respirateurs... pour se racheter ?
Confinement : le gouvernement durcit les restrictions
Coronavirus : le traçage numérique
Des Macbook propulsés par des processeurs ARM prévus pour l'an prochain
scroll top