La nouvelle bombe d'AMD : Athlon 64 FX-57

le 27 juin 2005
 0

Asus A8N-SLI Premium



000000B400054969-photo-logo-asus.jpg
Pour ne pas tester seul, l'Athlon 64 FX-57 nous avons décidé de nous pencher sur la dernière carte mère haut de gamme d'Asus dédiée à la plate-forme K8 : l'A8N-SLI Premium. Succédant au best-seller du genre, l'A8N-SLI Deluxe, la dernière-née du fabricant taïwanais exploite la même base et y apporte diverses améliorations. Autant vous le dire de suite, il ne faut hélas pas s'attendre à de grands chambardements, Asus s'étant principalement contenté de corriger les défauts du modèle précédent. Premier défaut soulevé par nombre d'utilisateurs : le bruit strident du ventilateur du chipset dont la vitesse de rotation était à peine croyable. Pour notre part, sur les deux A8N-SLI Deluxe dont nous disposons encore, le ventilateur chipset ne s'est heureusement pas emballé, mais le problème semble être pour le moins fréquent au vu des remontées d'utilisateurs. Du coup, Asus a pris le taureau par les cornes et l'A8N-SLI Premium est dépourvue d'un quelconque ventilateur. Les ingénieurs de la firme ont dans ce but opté pour un caloduc baptisé AI Cool Pipe comme nous le verrons plus loin. Deuxième point négatif de l'A8N-SLI Deluxe : la nécessité de requérir à une petite carte SO-DIMM pour reconfigurer le mode de fonctionnement SLI (une ou deux cartes graphiques). Cette manipulation n'est pas vraiment fastidieuse, mais si on peut l'économiser c'est toujours un plus. Pour le reste, l'A8N-SLI Premium est en tout point identique au modèle Deluxe.

0000017C00134657-photo-asus-a8n-sli-premium-4.jpg

Carte mère Asus A8N-SLI Premium

Passons maintenant à la description de la carte, pour souligner que celle-ci, au format ATX, adopte un PCB noir aux embouts arrondis. Le chipset nForce4 SLI animant la carte mère est donc recouvert d'un épais radiateur métallique, qui repose sur un fin feuillet plastique et est relié à un heat-pipe dont l'extrémité donne naissance à un radiateur à ailettes apposé sur les composants MOSFETs de la carte. L'A8N-SLI Premium embarque trois ports PCI, deux slots PCI-Express 16x, un connecteur PCI-Express 1x et un connecteur PCI-Express 4x (alors que l'A8N-SLI Deluxe comportait deux connecteurs PCI-Express 1x). Dépourvue de la carte SO-DIMM autrefois nécessaire à la reconfiguration des ports PCI-Express pour le SLI, l'A8N-SLI Premium fait appel à des puces Pericom qui se charge de reconfigurer automatiquement les lignes PCI-Express. À noter que le connecteur Molex délivrant un surplus d'alimentation aux ports PCI-Express lorsque le SLI est activé est toujours de la partie. La carte offre par ailleurs quatre connecteurs mémoire au format DDR et l'alimentation se fait par un branchement ATX 24 broches qui, comme toujours, est complété par un connecteur ATX 12 volts. Munie de huit ports Serial-ATA, dont quatre sont gérés par le chipset, la carte a recours à un composant Silicon Image Sil3114 pour gérer les quatre ports supplémentaires. On regrettera ici qu'Asus n'ait toujours pas opté pour un circuit plus récent interfacé en PCI-Express et supportant le Serial-ATA 3Gb/s. La partie réseau est fort complète puisqu'en sus du contrôleur NVIDIA, Asus a disposé une puce Marvell 88E8001 supportant le Gigabit Ethernet. Le FireWire est également au programme, via un composant Texas Instruments et on retrouve deux ports IDE sur la carte-mère. L'audio enfin est pour sa part pris en charge par une puce Realtek ALC850. La connectique externe met à la disposition de l'utilisateur deux ports PS/2, un port parallèle, quatre ports USB 2.0, deux connecteurs RJ45, un port FireWire, une rampe de six minijacks audio complétée par deux connecteurs SPDIF dont l'un est optique.

000000B400134656-photo-asus-a8n-sli-premium-3.jpg
000000B400134654-photo-asus-a8n-sli-premium-1.jpg
000000B400134655-photo-asus-a8n-sli-premium-2.jpg

Gros plan sur le Heat-Pipe de l'A8N-SLI Premium et sur les puces Pericom

Côté bundle, la carte n'a pas grand-chose de Premium, Asus n'ayant pas jugé bon d'intégrer le moindre support Wi-Fi comme il le fait habituellement avec sa gamme Premium. On retrouvera donc dans la boîte une avalanche de câbles (SATA, nappes IDE/Floppy), le pont SLI, quelques équerres pour des connecteurs externes ainsi qu'un clip de rétention pour le pont SLI. Côté BIOS, celui-ci est strictement identique à l'A8N-SLI Deluxe et propose en conséquence toutes les options que l'on peut attendre d'une telle carte avec réglages des tensions, réglage du coefficient multiplicateur avec toute la latitude pour overclocker son système. Entendez par là qu'outre les temps de latence mémoire vous pourrez régler la fréquence CPU par pas de 1 MHz, modifier la fréquence du bus PCI-Express et appliquer un PCI-Lock. La fréquence mémoire est également réglable, mais Asus ne fait pas apparaître en clair les ratios. On notera pour l'anecdote que le PEG-Link est toujours activé par défaut et que la fréquence du générateur d'horloge n'est pas propre puisqu'elle s'établit à 201,5 MHz quand vous la réglez à 200 MHz dans le BIOS.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités Processeur

Selon des ingénieurs du moteur de recherche, la faille d’origine matérielle sera impossible à combler par un ou plusieurs patchs. Seule une nouvelle architecture pourra venir à bout des problèmes de sécurité engendrés par Spectre.
Il y a un près d'un mois, TSMC annonçait à ses actionnaires que sa production de wafers 12 et 16 nm avait été compromise par le contact avec des produits chimiques contaminés. Un problème de production qui devait impacter plusieurs milliers de galettes de semi-conducteur destinées notamment à Nvidia. On apprend aujourd'hui de la firme que la défaillance constatée dans usine 14B lui coûtera un total de 550 millions de dollars sur le premier trimestre 2019.
21/02 | Processeur
Utiliser l'intelligence artificielle pour révolutionner l'application des tensions au travers de matériaux cristallins : c'est le projet un peu fou, mais pas tant que cela, des chercheurs du MIT et de l'université technologique de Nanyang. Une fois concrétisées, ces recherches pourraient déboucher sur des progrès considérables sur le terrain des semi-conducteurs. L'exploitation de processeurs troquant l'habituel silicium pour du diamant serait alors envisageable, avec à la clé des retombées pour le moins substantielles en termes de performances.
17/02 | Processeur
Après avoir constaté l'attrait de ses différents partenaires industriels pour la gravure en 7nm, TSMC s'apprête à pousser tous les curseurs à fond sur ce procédé. Son entrée en production de masse est ainsi prévue dès le mois de mars, nous apprend TechPowerUp (via DigiTimes).
14/02 | Processeur
La société GlobalFoundries chercherait-elle un acheteur ? C'est la question que posait hier le quotidien taïwanais DigiTimes dans un article pointant les récentes mesures adoptées par le fondeur américain sur le marché. Incluses dans une stratégie globale de dégraissage, elles pourraient suggérer de prochains changements en matière d'investisseurs principaux.
13/02 | Processeur
Google entend réaliser ses puces à la fois pour ses futures gammes de smartphones et pour ces data centers. Les constructeurs cherchent de plus en plus à s’émanciper des fabricants de processeurs.
12/02 | Processeur
Exploité depuis le troisième trimestre 2018 chez TSMC, le procédé de gravure en 7 nm (qui profite à AMD sur ses nouveaux GPUs et CPUs ou encore à Qualcomm pour son Snapdragon 855) a d'ores et déjà gagné le rang de process le plus rémunérateur chez le fondeur taïwanais au cours de son quatrième trimestre 2018. Il représente en effet 23% des revenus enregistrés par TSMC sur cette période.
18/01 | Processeur
Samsung va équiper les véhicules de la marque Audi de puces Exynos pour améliorer l’affichage en multi-écrans et l’audio dans la voiture.
04/01 | Automobile
Qualcomm a présenté son nouveau processeur mobile Snapdragon 855. Cette puce sera la première dans la gamme du constructeur à gérer les réseaux 5G.
06/12/2018 | Processeur
C’est une rumeur insistante provenant de certains forums taïwanais. Intel préparerait pour 2019 sa nouvelle gamme de processeurs « grand public » possédant 10 cœurs.
27/11/2018 | Processeurs Intel
Samsung semble prêt à passer à une nouvelle méthode de production, attendue de longue date, pour ses puces gravées en 7 nm LPP (Low Power Plus) avec la technologie de gravure aux ultraviolets extrêmes (EUV). Une première mondiale pour Le géant sud- coréen !
19/10/2018 | Samsung
Apple espère avec cette acquisition renforcer son équipe spécialisée dans les processeurs, notamment dans la gestion de l’énergie.
12/10/2018 | Apple
Le fondeur TSMC a dévoilé hier avoir fait de grands progrès sur sa deuxième génération de puces gravées en 7 nm. Fort de cette annonce, l'entreprise, qui fournit entre autres ses SoC à Apple, a annoncé démarrer la production en masse de SoC en 5 nm dès avril 2019.
11/10/2018 | Processeur
Au cours d’une interview à ITHome, le directeur produit de Huawei affirme que jamais les SoC Kirin qui équipent les smartphones de la marque ne seront vendus à la concurrence.
28/09/2018 | Huawei
scroll top