Retour au Convention Center : dossier E3 2008

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
05 août 2008 à 14h00
0
00307102-photo-logo-plateforme-nintendo-wii-75x75.jpg

MadWorld (c) Sega

Dans un futur indéterminé, la real TV a achevé sa mue vers sa forme la plus macabre mais aussi la plus logique en mettant en scène la mort d'êtres humains. Dans un jeu nommé «Mad World», des participants doivent survivre en éliminant, si possible avec sauvagerie, toutes les brutes dégénérées mises en travers de leur route. Tel Arnold Schwarzennegger dans l'excellent Running Man, Jack est la nouvelle star du show. Et pour sauver sa peau il n'a d'autre choix que d'avancer et massacrer tout ceux qui tenteront de l'en empêcher. Voilà pour le pitch, simple, efficace et, surtout, prétexte à une flambée de violence comme la Wii n'en a plus connu depuis ... No More Heroes (encore lui).


Le trailer ci-dessus est assez clair sur le parti pris esthétique du jeu. D'aucuns ont pu souligner la proximité de ce choix graphique avec le style de Frank Miller (Sin City), mais Atsushi Inaba, s'il admet volontiers être un inconditionnel de l'auteur américain, réfute toute inspiration directe de l'œuvre sus-citée. Et en, définitive, peu importe tant la radicalité visuelle du titre est en soi un évènement sur Wii. On avait plus assisté à tel contre-pied depuis Killer 7 sur GameCube (tiens, encore Suda 51). Et le plus beau dans l'histoire c'est que Mad World s'annonce techniquement très abouti. L'esthétique du jeu ne souffre pas des capacités limitées de la console, au contraire la convergence entre direction artistique et moyens techniques est ici harmonieuse. Une ambiance qui s'annonce donc tonitruante, servie en cela par un humour décalé mâtiné d'une pointe de sadisme. Jeu télévisé oblige, les performances de Jack sont décryptées par un duo de commentateurs énergique et complètement vrillé. Si leurs répliques semblent pour l'heure relativement limitées, elles participent au décalage comique en assimilant la sauvagerie des meurtres à des performances sportives. Enfin, Inaba a su dédramatiser la brutalité de l'action en l'habillant de quelques onomatopées. On espère que cela suffira à tromper la vigilance des biens pensants.

00D2000001466004-photo-mad-world.jpg
00D2000001466002-photo-mad-world.jpg
00D2000001466000-photo-mad-world.jpg

Drôle et délicieusement sadique, Mad World l'est aussi dans son gameplay. Si vous avez déjà décortiqué les deux trailers disponibles à ce jour, vous aurez certainement apprécié les quelques finish moves illustrés. Tout au long de sa quête, Jack pourra s'équiper de différents types d'armes, improvisées ou non, et s'amuser gaiement avec les corps de ses victimes. A chaque objet sont ainsi associées plusieurs exécutions dont la réalisation convoque l'utilisation du combo Wiimote / Nunchuk. Passons sur la polémique que pourrait susciter la reproduction de mouvements, qui, en somme, ne concerne que d'acariâtres moralisateurs ignorant tout de la notion de jeu, et saluons plutôt l'utilisation maligne des possibilités offertes par la console de Nintendo. Une estocade pour planter une dague, une coupe latérale pour décapiter à coups de tronçonneuse ou horizontale pour traverser son ennemi de part en part, tels sont quelques uns des mouvements démontrés par Inaba san. Jouissif, comme ont pu en témoigner les rires parcourant l'assemblée à chaque exécution. Un aspect primordial du gameplay, d'autant que le nombre de points acquis dépendra de la variété des coups réalisés tout autant que de leur degré de violence. A noter enfin que Jack hérite du même mouvement d'esquive que Gene, le héros de God Hand, réalisable en secouant simplement le nunchuk.

00D2000001465998-photo-mad-world.jpg
Comme nous l'a expliqué Inaba, il existe dans Mad World une deuxième manière d'en finir avec ses assaillants. Peut-être l'avez-vous déjà entrevue en vidéo : il s'agit d'utiliser le décor. Par exemple, après avoir copieusement molesté quelques imprudents venus le défier, Inaba s'est fait un plaisir de les projeter un par un contre un mur hérissé de pointes. Le résultat était aussi macabre qu'amusant : un chœur de râles d'agonies poussé à l'unisson par quelques carcasses empalées. D'autres interactions de ce genre nous ont été présentées, dont certaines apparaissent d'ailleurs dans la vidéo accompagnant cette preview. Et comme vous pourrez l'apprécier par vous-même, Mad World se plaît à multiplier les outrages aux bonnes moeurs. Et souiller à ce point l'immaculée conception des choses de Nintendo vaut bien toutes les louanges ... ou presque. On regrettera tout de même une certaine apathie de la part des ennemis et l'on croise les doigts pour que l'IA n'ait pas encore été tout à fait implémentée. Car, pour l'heure, les punks post-apocalyptiques de Mad World s'apparentent plus à des sacs de frappe qu'à de véritables adversaires.

00D2000001323514-photo-mad-world.jpg
Enfin, terminons cette petite preview en abordant les deux dernières séquences jouées par Inaba. Avec, pour commencer, un premier boss tout juste aperçu. Sorte de gigantesque troll façon Lord Of The Rings, il s'agissait, selon les dires de son créateur, du tout premier boss de l'histoire. Si tous sont aussi impressionnants, gageons que les combats de fin de niveau devraient être haletants. Enfin, nous avons pu assister à premier mini-jeux. Après avoir engrangé le nombre de points nécessaire, le joueur pourra accéder, via une borne, à plusieurs épreuves, toutes placées sous le ton de l'humour et, une fois encore, du sadisme. Le jeu en question, intitulé «Man Darts», imposait au joueur de se servir d'ennemis comme projectiles. Un bon coup de batte bien placé envoie le pauvre hère se fracasser contre une cible dont il faudra, évidemment, atteindre le centre pour un maximum de points.

Au terme d'une petite demi-heure de présentation, Mad World a su imposer son style avec force. Sans aucun doute LE jeu à surveiller sur Nintendo Wii, aux antipodes de toutes les mièvreries dont la console de Nintendo est malheureusement abreuvée. Il n'y a donc plus qu'à espérer voir l'IA retravaillée et faire confiance au talent d'Inaba pour savoir renouveler le challenge du titre. Ces conditions remplies, le titre d'Inaba pourrait tutoyer celui de Suda 51.

00D2000001465986-photo-mad-world.jpg
00D2000001465988-photo-mad-world.jpg
00D2000001465990-photo-mad-world.jpg
00D2000001465992-photo-mad-world.jpg
00D2000001465994-photo-mad-world.jpg
00D2000001323516-photo-mad-world.jpg
Modifié le 20/09/2018 à 14h31
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La centrale nucléaire de Fessenheim va cesser définitivement ses activités cette nuit
Convention citoyenne pour le climat : Macron promet 15 milliards d'euros et des réponses
Vraiment efficace le toit solaire de Tesla ? Une famille fait le bilan après trois mois d'utilisation
Amazon : des hackers auraient réussi à contourner la double authentification
Les émissions de CO2 dues à l'automobile ont encore augmenté en 2019, la faute aux SUV
Aux États-Unis, la mortalité des abeilles depuis un an est inquiétante
L’iPhone 12, livré sans chargeur ni écouteurs ?
Pour Steve Sinofsky, ex boss de Windows, le Mac sous ARM sera
Reddit bannit un forum pro-Trump, accusé de promouvoir la haine, Twitch suspend sa chaîne
Selon Epic Games, la PS5 est
scroll top