nForce 2 (Leadtek Winfast K7 NCR18D Pro)

Julien
31 octobre 2002 à 13h08
0

Design de la carte mère

012C000000055184-photo-leadtek-winfast-k7ncr18d-pro-box.jpg
Pour sa K7NCR18D Leadtek ne s'est pas bien cassé la tête. En effet le design reste à peu de choses près identique à celui utilisé par les cartes nForce 1 de la marque. Arborant un PCB quatre couches de couleur or, la carte au format ATX semble au premier coup d'oeil un peu dépouillée. Au sommet de la carte on retrouve un support Socket 462 destiné à accueillir le processeur AMD de votre choix. Comme on ne badine pas avec la sécurité ces temps-ci, Leadtek a pourvu sa carte du système OTS (Over Temperature Shutdown) qui, via la présence d'une sonde positionnée juste sous le processeur, arrêtera immédiatement le système si celui-ci chauffe trop. Le connecteur d'alimentation ATX est plutôt mal positionné et se retrouve en dessous du support CPU. Non loin de là on retrouve deux bancs mémoire positionnés côte à côte alors qu'un troisième banc, déplacé par rapport aux deux premiers, permet d'accueillir une troisième barette mémoire portant la capacité totale à 3Go. Afin d'activer le mode DualDDR il faudra mettre une barette dans le premier banc et une seconde barette dans le banc numéro 3. Pour raccorder vos Disques durs et autres périphériques IDE deux connecteurs ATA133 sont présents sur la carte en sus du traditionnel connecteur pour lecteur de disquette.

La carte que nous avons reçue pour test embarque la révision A02 du SPP, ce qui correspond à la version finale du chipset. Le northbridge du nForce 2 est recouvert d'un élégant radiateur métallique frappé du logo Leadtek. Curieusement ce dissipateur thermique n'est pas doté d'un ventilateur (alors qu'un emplacement prévu pour un ventilateur chipset est dessiné sur la carte), pire l'alliage dans lequel il est réalisé s'avère être un très mauvais conducteur de chaleur. La meilleure preuve étant qu'au bout d'une heure de fonctionnement le radiateur est tout simplement bouillant. Il conviendra donc de remplacer ce radiateur pour garantir la fiabilité du système en cas d'overclockage.

Question connectique la carte offre un connecteur AGP 8x, doté d'un ergot de maintien, et quatre connecteurs PCI. Le nombre de connecteurs d'extension au format PCI est clairement insuffisant pour garantir une évolutivité maximale de votre système. Ce critère détournera malheureusement nombre d'utilisateurs de la carte Leadtek. A proximité des quatre connecteurs PCI, on note la présence d'un cinquième connecteur ressemblant à un connecteur PCI, ayant le goût d'un connecteur PCI sauf que ce n'en est pas un. En effet en regardant avec attention ce cinquième connecteur on s'aperçoit que c'est en réalité un connecteur PCI inversé destiné à recevoir la carte fille NVIDIA offrant une connectique audio supplémentaire. Malheureusement cette carte dont l'utilité est incontestable n'est pas livrée par LeadTek. L'alimentation de la carte mère est assurée par un connecteur ATX standard. Pour relier les ventilateurs de votre boîtier trois connecteurs prévus à cet effet sont présents sur la carte.

Les connexions disponibles à l'arrière de la carte mère sont des plus classiques, jugez plutôt : deux connecteurs PS/2 pour souris & clavier, deux ports USB 2.0, un connecteur RJ45, deux ports série et un port parallèle. Vu la multiplication des périphériques USB il est fréquent de voir sur les Cartes mères récentes six ou dix connecteurs USB. Il n'en est ici point question du moins de manière native. Si les ingénieurs de Leadtek ont bien pensé à inclure deux connecteurs pour relier des brackets USB supplémentaires à la carte, aucun connecteur d'extension n'est fourni dans la boîte !

Alors que le southbridge du nForce 2 propose des fonctionnalités audio avancées, Leadtek se contente d'offrir une connectique des plus dépouillée : seulement trois jacks audio sont présents à côté du connecteur MIDI. Deux connecteurs audio pouvant recevoir le son en provenance des lecteurs CD sont également de la partie. En étudiant le design de la K7NCR18D on constate qu'elle dispose d'un chip Realtek censé permettre le remapping des ports audios analogiques pour offrir une connexion 6.1. Leadtek fournit toutefois un T bracket doté d'un connecteur SPDIF permettant de sortir le son Dolby digital sur 6 canaux. La K7NCR18D supporte bien entendu le FireWire grâce au nForce 2. L'étrangeté réside dans le fait que, Leadtek recourt à une carte fille dotée d'un chip Agere chargé de distribuer les ports gérés par le nForce 2 sur les trois connecteurs de la carte. Le seul hic, est que cette carte ne peut s'enficher que dans le connecteur propriétaire au format PCI inversé. Cette contrainte fera que si jamais Leadtek vend séparément la carte fille audio NVIDIA qui décuple le nombre de connecteurs audio, il vous faudra choisir entre audio et firewire.

012C000000055182-photo-leadtek-winfast-k7ncr18d.jpg

Carte mère Leadtek Winfast K7NCR18D



Le BIOS

0099000000047976-photo-logo-leadtek.jpg
Le BIOS de la K7NCR18D est tout à fait standard. Le système XBIOS II de Leadtek permet d'overclocker son système avec une certaine liberté car il est possible de changer les fréquences, les voltages et bien d'autres paramètres encore. Si le BIOS est plug and play et jumperless son comportement est plutôt curieux. En effet avec un processeur Athlon XP 2000+, le CPU est nativement reconnu comme un Athlon XP 2000+ mais la carte mère configure par défaut le Front Side Bus en 100MHz ! De ce fait le processeur ne tourne pas à sa pleine vitesse et les performances s'en retrouvent dégradées. Il faut donc modifier manuellement dans le BIOS la fréquence du FSB pour la passer à 133MHz. Le même phénomène se reproduit avec les Processeurs AMD utilisant un FSB de 166MHz : non seulement la vitesse du FSB doit être changée dans le BIOS mais il faut aussi manoeuvrer un petit cavalier présent sur la carte, non loin du socket CPU.

Contacté à ce sujet, Leadtek explique que cette attitude est volontaire afin d'éviter d'endommager des CPU de type Duron. Si cette argumentation est plausible, il ne faut pas oublier que les Duron sont en voie de disparition. De plus un utilisateur qui monte lui-même son système pourra ne pas prendre garde à la vitesse du FSB définie dans le BIOS d'autant que celui-ci est censé adapter automatiquement l'intégralité des paramètres en fonction du CPU détecté.


Drivers

Comme à l'accoutumée, NVIDIA ne fournit qu'un seul driver UDA unifié (Unified Driver Architecture) qui installe tous les pilotes requis par le nForce : à savoir les pilotes IDE, AGP, Chipset, son, vidéo & Ethernet. Il est à noter que les pilotes IDE de NVIDIA vous permettent de changer le mode DMA de vos périphériques directement depuis le gestionnaire de périphériques Windows comme montré dans les captures ci-dessous. De même les drivers audio s'intègrent dans NVDVD (le logiciel de lecture DVD maison) pour vous permettre de contrôler avec précision la répartition du son sur vos diverses enceintes. Forts complets, les drivers audio incluent une myriade d'options telles le réglage des graves et des aigus, l'inversion de phase fort appréciable pour adapter le rendu sonore à son environnement, la façon dont le son est réparti, etc. De plus un système proche du Dolby Pro Logic permet de recréer, en temps réel, un environnement sonore de type cinéma qui procure un son criant de réalisme et enveloppant lors de la lecture de simples CD Audio ou de DivX.

00C8000000054435-photo-apu-drv-1.jpg
00C8000000054436-photo-apu-drv-2.jpg

Les pilotes Audio du nForce 2


012C000000055202-photo-nforce-2-ide-drivers.jpg

Pilote IDE du nForce 2

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Actualités récentes

Test iPhone 12 mini : exactement le même... En plus petit
Un nouveau forfait mobile spécial Black Friday débarque chez Free 🔥
Le TOP des promos high-tech ce dimanche en attendant le Black Friday
Cinq mangas à lire sans modération, même hors confinement !
10 jeux bacs à sable et simulateurs de promenades pour explorer l'univers malgré le confinement
Test vélo électrique VanMoof S3 : une jolie réussite
Le smartphone POCO M3 est (déjà) en promo chez Amazon !
Test Creative Outlier Air V2 : des écouteurs toujours aussi bien pensés, à l’autonomie monstrueuse
La célèbre enceinte Ultimate Ears Megaboom à moins 46% ce week-end
Qu'est-ce qu'un spyware et comment s'en protéger avec un antivirus ?
Haut de page