Coronavirus : une application en Chine pour savoir si on a côtoyé des personnes contaminées

12 février 2020 à 17h12
0
masque chirurgical

La Chine a lancé une nouvelle application mobile, pour endiguer la propagation du coronavirus. Son objectif : permettre à ses utilisateurs de savoir s'ils ont été en contact avec des personnes infectées, pour les inciter, le cas échéant, à rester confinés chez eux.

Vous connaissez Happn ? Il s'agit d'une application de rencontres, offrant la possibilité de retrouver en ligne les personnes croisées dans la journée. La Chine a pensé à une déclinaison de ce concept, mais appliqué à l'épidémie de coronavirus. Cela vous paraît glauque ? Attendez de lire les détails du fonctionnement.

« Contact étroit » ou « contact général » ?

L'application mobile « Close contact detector » a été lancée par l'entreprise China Electronics Technology Group, appartenant à l'État chinois. Son développement a été soutenu par plusieurs organismes gouvernementaux, dont la Commission nationale de la santé et le ministère des Transports.


Concrètement, elle propose aux citoyens chinois de vérifier s'ils ont été en « contact étroit » (close contact) avec des personnes infectées par le coronavirus, ou même simplement soupçonnées d'en être atteintes. Si la réponse est positive, l'application demandera à son utilisateur de rester chez lui et de se tourner vers les autorités sanitaires du pays.

Mais qu'est-ce qu'un « contact étroit » ? D'après l'agence de presse chinoise Xinhua, cela correspond, par exemple, aux collègues de travail, aux camarades de classe ou aux personnes vivant dans la même maison. La question se complique dans d'autres situations, comme lors d'un voyage en avion. Dans ce cas, on parlera de « contact étroit » si l'individu contaminé se trouvait à moins de trois rangées de l'utilisateur. Sinon, il ne s'agira que d'un « contact général ».

Vérifier la situation de ses proches

Pour obtenir ces renseignements, les utilisateurs sont invités à scanner un QR code via une application comme WeChat ou Alipay. Ensuite, il leur suffit d'entrer leur nom et leur numéro national d'identification. Et pour ne rien enlever au côté malsain de la démarche, chaque personne peut effectuer ces vérifications sur trois individus différents (à condition de connaître leur numéro d'identification).


Sans surprise, cet outil a soulevé des inquiétudes chez les défenseurs de la vie privée, déjà préoccupés par le recours de plus en plus systématique à la surveillance des citoyens. Mais d'autres observateurs ont souligné que la fin justifiait les moyens. Face à un virus qui a déjà fait plus de 1 000 morts dans le pays, la question de la confidentialité des données passerait donc au second plan.

Source : Engadget
Modifié le 12/02/2020 à 17h25
3
4
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Davantage d'animaux sauvages : la solution pour réconcilier éleveurs et loups ?
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA
Les employés de Facebook s'insurgent contre le refus de Zuckerberg de censurer les posts de Donald Trump
ITER : le premier élément du Tokamak est installé
scroll top