Le maître d’un puissant botnet identifié et arrêté au Bélarus

Alexandre PAULSON
06 décembre 2017 à 15h29
0
Ar3s, le maître présumé d'Andromeda, l'un des plus puissants et des plus anciens botnets de la Toile, a été arrêté fin novembre au Belarus. Il a fallu, pour l'identifier et l'arrêter, la collaboration pendant de longs mois des plus puissantes agences anti-crimes de la planète.

En 6 ans, Andromeda a contaminé plus de 2 millions de machines, et a permis de bâtir plus de 400 botnets.

Trahi par ICQ



Il aura fait courir le FBI, Europol, et toutes les sociétés de cybersécurité de la planète pendant plusieurs années. Les autorités du Bélarus viennent d'annoncer lundi 4 décembre l'arrestation du maître présumé d'Andromeda, le kit logiciel à l'origine d'un gigantesque réseau de botnets qui avaient réduit à l'état d'esclave plus de 2 millions de machines dans 223 pays.

Le maître en question est un certain Sergey Jarets, 33 ans, directeur technique d'une chaîne de télé régionale bélarusse. Mais derrière cette activité légale, Sergey était aussi Ar3s, une figure respectée de l'underground criminel du Net. C'est sa présence sur de nombreux forums whitehat, notamment son identifiant ICQ, qui a permis aux enquêteurs de remonter sa piste.



Un champion de la dissimulation



Andromeda, connu aussi sous le nom de Gamarue, restera comme son chef-d'oeuvre : il s'agit en fait d'un kit couteau-suisse permettant de bâtir des malwares sur mesure. Ses plug-ins permettaient pour 150 dollars de transformer Andromeda en keylogger (collecteur de frappes de clavier), de prendre le contrôle de la machine infectée et de la transformer en serveur de diffusion de malwares. C'est cette fonctionnalité qui a fait le succès d'Andromeda, devenu l'agent de contamination de 464 botnets autour de nombreuses attaques en déni de service. On retrouve Andromeda à la racine de plus de 80 familles de virus en tous genre : rançongiciels (Petya ou Cerber), des diffuseurs de spams, trojans (chevaux de Troie), etc.

Andromeda avait aussi la particularité d'être sélectif : il épargnait volontairement les machines localisées en Russie, Ukraine, Kazakhstan et... Belarus. Sournois, il s'effaçait de lui-même s'il repérait un antivirus, et contournait aisément les firewalls et les mises à jour Windows. Andromeda porte aussi bien son nom, car c'est véritablement une constellation de 1.200 domaines et adresses IP que les autorités ont identifiés comme postes de contrôle des machines infectées. Rien que sur les 6 derniers mois, Microsoft en a identifié plus d'un million.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Sommée de cesser de diffuser les chaines d'Altice, Free opérerait la coupure dès vendredi
Les poids-lourds électriques eCascadia de Daimler prêts à prendre la route
Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
La Chine ouvre la plus grande station-service d'hydrogène au monde
Salto, la réponse des chaînes TV françaises à Molotov et Netflix sera lancée début 2020
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
Un faux câble de charge iPhone permet de pirater le PC ou le Mac qui s'y connecte
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top