Le bitcoin n'est plus la monnaie préférée des criminels

le dimanche 24 décembre 2017
Alors que son cours connaît des soubresauts ces derniers jours après une folle ascension, le bitcoin inquiète de plus en plus la France. Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, va demander aux Etats-membres du G20 de réfléchir à un cadre juridique commun pour encadrer la plus célèbre des cryptomonnaies et freiner la spéculation qui l'entoure.

Paris met en avant la possibilité de financement illicite qu'offre le bitcoin, alors que plusieurs rapports récents montrent que l'économie parallèle en bitcoins tend à devenir marginale.

Peur de la spéculation et du blanchiment


Haro sur le bitcoin. Déstabilisé mercredi 20 décembre par la nouvelle du piratage d'une plateforme sud-coréenne, le bitcoin commence à payer le prix du succès : il est aujourd'hui dans le radar des pouvoirs publics de nombreux pays. Si la Chine et la Russie ont, un temps, envisagé purement et simplement de l'interdire avant de se raviser, la France et l'Allemagne veulent pousser le G20, le groupe des 20 premières puissances de la planète, à adopter pour lui un cadre juridique commun.

Porté par Bruno Le Maire, le ministre français de l'Economie, le projet trouve de l'écho en Allemagne, et en Italie. Les trois Etats veulent discuter des risques spéculatifs autour des monnaies virtuelles. Ils sont déjà main dans la main pour renforcer la lutte contre le blanchiment d'argent en bitcoins, et le financement du terrorisme sur ses plateformes d'échange.

01f4000008761974-photo-bitcoin6000.jpg


Les terroristes peu attirés par le bitcoin


Sur ce dernier point, les dernières études s'avèrent plutôt rassurantes. Exceptés quelques rares cas isolés, comme cette femme à Long Island arrêtée pour avoir tenté d'envoyer 85.000 dollars en bitcoins à l'Etat Islamique, il semble que les cryptomonnaies n'intéressent pas beaucoup les groupes terroristes, car elles offrent peu d'anonymat. Un rapport daté d'avril 2017 de la Rand Corporation, un think tank américain, est assez catégorique sur ce point.

Le bitcoin est aussi de plus en plus évité par la cybercriminalité. Facilement traçable et transparent (chaque transaction est gravée dans le marbre numérique de la blockchain), le bitcoin doit être blanchi numériquement sur des plateformes spécialisées, comme Coinmixer, ou Darklaunder. Les criminels lui préfèrent des monnaies numériques moins en vue et plus discrètes, comme Zcash ou Monero. Europol confirme le phénomène, en estimant que la part des transactions en bitcoins liées à un commerce illégal ne représentent plus que 3% à 6% du volume total.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top