La baisse de la pollution booste-t-elle la production solaire en Europe ?

 le 23 avril 2020 à 12:00


À toute chose, malheur pourrait être bon. Ces dernières semaines, les mesures liées à l'épidémie de Covid-19 ont entraîné une baisse des niveaux de pollution de l'air en Chine, en Europe et aux États-Unis.

Mais il se pourrait également que ces baisses participent à améliorer la production du solaire photovoltaïque européen.



Des records un peu partout en Europe

Selon un tracker mis au point par l'université de Sheffield, la production solaire britannique a atteint un nouveau record lundi 20 avril. Celle-ci s'est établie autour de 9,68 gigawatts : l'université de Sheffield admet que malgré une légère incertitude, mais que le chiffre réel est de toutes façons compris entre 9,65 et 9,71 Gw. Il brise un précédent record établi en mai 2019 (à 9,55 Gw), une association britannique ajoutant que ce pic avait fourni, pendant un temps, suffisamment d'énergie pour alimenter un tiers de la population du Royaume-Uni.

Nina Skorupska, P.D.-G. de la REA, une association professionnelle britannique engagée en faveur des énergies renouvelables, se dit enthousiaste. Elle affirme que ce n'est là « que le début de ce dont l'industrie est capable ».

Dans d'autres pays, des records ont également été enregistrés. L'Allemagne a établi le sien le même jour, à 32,23 gigawatts. Plus loin dans le temps, le 29 mars dernier, l'Espagne a établi un pic de production d'électricité solaire à 6,34 Gw, selon l'opérateur national Red Electrica de España. Le pays venant d'inaugurer un nouveau parc comprenant 1,4 million de panneaux solaires, sa puissance crête a logiquement augmenté.



Météo clémente et nouvelles installations en hausse

La question se pose donc : à quel point la récente amélioration de la qualité de l'air, entraînée par l'épidémie de Covid-19 et par les mesures de confinement, est-elle responsable d'une meilleure production du secteur solaire ? Pour certains, ces performances tiennent davantage à une météo particulièrement clémente. Andreas Friedrich, porte-parole au service météorologique DWD souligne qu' « il n'y a pratiquement pas de nuage au-dessus de l'Allemagne », ajoutant qu' « un système à haute pression présent sur la Scandinavie maintiendra ces conditions en place jusqu'à au moins vendredi ».

Pour d'autres, ces nouveaux records sont à relativiser, mais témoignent d'une puissance installée toujours plus importante. Jenny Chase, analyste au média spécialisé BloombergNEF signale que « chaque année, il y a plus de panneaux solaires installés, donc le record est battu presque chaque printemps ». D'après un rapport de SolarPower Europe, l'année 2019 a été la troisième meilleure année pour l'installation de panneaux solaires après 2011 et 2012.

Mais Jenny Chase admet néanmoins que le confinement et une pollution de l'air plus faible ont pu faire grimper, même temporairement, l'offre venant du solaire. Mais ce n'est qu'un pic de production et, si celui-ci a été favorisé par les mesures liées au nouveau coronavirus, cet impact prendra fin une fois la crise sanitaire terminée. L'Europe, qui doit encore compter sur ses énergies fossiles, aura au moins profité d'une bouffée d'air frais.

Sources : TIME et Engadget, Solarpower
Voir les 6 commentaires sur le site

Les dernières actualités