Spectrum sharing : la "fausse 5G" s'invite au bal, les opérateurs vont-ils danser la valse des économies ?

Alexandre Schmid Contributeur
03 décembre 2019 à 15h08
0
antenne 5G

Pour couvrir en un temps record la France en 5G, sans avoir besoin de trop investir, les opérateurs pourraient se tourner vers le DSS, qui n'offre pas de « vraie 5G », mais un compromis entre la quatrième et la cinquième génération de réseau mobile.

Pour limiter les coûts du déploiement de la 5G, les opérateurs pourraient être tentés d'utiliser la technologie « Dynamic Spectrum Sharing » (DSS), quitte à offrir de la « fausse 5G » à leurs clients.

De la 5G basée sur les infrastructures 4G

Le DSS permet en effet de ré-exploiter les bandes de fréquence et les équipements utilisés avec la 4G LTE et de les adapter au standard 5G. Le tout via une simple mise à jour logicielle et sans nécessiter d'intervention physique sur les antennes. Selon Ericsson, qui fait partie du Top 3 des équipementiers 5G avec Huawei et Nokia, il s'agit de la meilleure solution pour proposer rapidement au public une couverture étendue.

Fredrik Jejdling, vice-président exécutif d'Ericsson, parle d'une « avancée majeure » pour décrire cette le DSS. « Sans ça, les opérateurs doivent réaménager leurs fréquences, couper le gâteau en plusieurs morceaux. À mon avis, c'est le seul moyen économiquement viable pour faire de la 5G », explique-t-il dans des propos rapportés par Les Echos.

Cela pose tout de même plusieurs problèmes : tout d'abord, il faut réquisitionner des bandes et équipements fournissant jusqu'ici de la 4G, affaiblissant de fait cette génération de réseau. De plus, cette technique ne permet pas de bénéficier de la 5G à son plein potentiel, ne tenant donc pas la promesse d'une explosion des débits.

Un moyen de limiter les investissements

L'intérêt de cette technologie réside bien entendu dans le fait d'aider les opérateurs à déployer la 5G plus rapidement que ce qui avait été fait avec la 4G, mais sans les obliger à investir lourdement. Pour rappel, la portée de la 5G est plus faible que celle de la 4G, rendant indispensable l'installation d'un plus grand nombre d'antennes, et faisant ainsi drastiquement augmenter les coûts.

En France, les opérateurs regrettent déjà que les enchères sur les fréquences 5G démarrent à 2,17 milliards d'euros. La seule attribution des blocs de fréquences va donc déjà constituer un investissement important pour eux. Le DSS est une solution pour commencer à couvrir une partie de la population dans la foulée de l'obtention des fréquences. En 2020, quand les premiers forfaits commerciaux seront lancés en France, ne vous attendez donc pas à profiter de la « vraie 5G », qui ne devrait finalement arriver que bien plus tard.

Source : Les Échos
14 réponses
13 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le MIT met au point un outil de captation du CO2 plus efficace et moins cher
Une Tesla Model S dépasse le million de kilomètres
L'ancien salarié d'une auto-école condamné pour un avis négatif posté sur Google+
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
La Volkswagen e-up! 2.0 électrique affiche ses prix en France
Recyclage, consommation et énergie, la technologie est-elle un problème... ou une solution ?
Taxe GAFA : les USA prêts à taxer les produits français jusqu'à... 100 %
Apple renouvellerait ses iPhone deux fois par an à partir de 2021, et c’est une très mauvaise idée
L'Escobar Fold 1 : un smartphone pliable à 349 dollars par le frère de Pablo Escobar
D'après Porsche, sa Taycan électrique lui attirerait les clients de Tesla

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top