Prévisions météorologiques perturbées par la 5G : l'ANFR fait une mise au point

Alexandre Boero Contributeur
06 juin 2019 à 11h47
0
antenne-pixabay.png
Pixabay

Si l'Europe ne devrait pas poser de problème, des perturbations dans le ciel des États-Unis auraient des effets sur le reste de la planète.

Beaucoup redoutent ou craignent les effets pervers de la 5G, à commencer par une plus grande vulnérabilité faisant poindre des risques accrus de cybercriminalité ou de potentielles conséquences sur notre santé. Il y a quelques jours, Neil Jacobs, Directeur intérimaire de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), a jeté une bombe en détaillant les causes que pourraient avoir la 5G sur les prévisions météorologiques.

L'Europe n'y est pour rien, soutient l'ANFR


Les explications de Neil Jacobs ont été reprises dans le monde entier. Le docteur indique notamment que l'arrivée de la 5G dans la bande millimétrique 26 Ghz (celle privilégiée par l'Union européenne) pourrait affecter les satellites d'observation de la Terre, causant une possible réduction de 30 % de la fiabilité des prévisions météorologiques. Jacobs va même plus loin en parlant d'un retour aux années 80, ce qui n'est pas très optimiste, il faut l'avouer.

L'Agence nationale française des fréquences (ANFR) a tenu à faire le point sur cette question. Dans un communiqué publié le mardi 4 juin, elle rappelle que du côté européen, les conditions techniques imposées n'auront aucune conséquence sur les prévisions météorologiques et garantissent la protection des satellites.

Un brouillage américain des satellites 100 fois plus élevé que les limites européennes


En revanche, le problème viendrait d'outre-Atlantique, aux États-Unis. Là-bas, « des décisions de mise aux enchères de la partie basse de la bande 26 GHz (proche de la bande passive) ont été prises sans que l'administration américaine n'étudie le brouillage des satellites d'observation de la Terre », indique l'ANFR. Le pendant américain de l'Arcep, qui a un rôle prépondérant de régulateur, n'inclut en réalité pas de limite pour protéger la bande et éviter sa surcharge.

Le gouvernement américain s'estime sûr de son fait et considère que sa réglementation est suffisante, et qu'elle ne sera pas modifiée. Sauf que celle-ci « permet un brouillage des satellites 100 fois plus élevé que les limites européennes », note l'agence française.

Ainsi, et même si l'Europe n'a aucune incidence directe, il suffit qu'un seul acteur sorte des clous pour que les prévisions météorologiques soient affectées. La faute à l'atmosphère, qui est unique... Tout ce beau monde aura en tout cas l'occasion d'en débattre lors de la prochaine Conférence Mondiale des Radiocommunications, en novembre prochain. Cette dernière permettra de fixer les limites apposées au Règlement des Radiocommunications appliqués par l'ensemble des États, USA compris.

Source : ANFR
4 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
L'Anses confirme l'impact du trafic automobile sur la santé et invite à promouvoir l'électromobilité
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
SFR dévoile sa Box 8, une box barre de son
scroll top