5G : l'UE va confirmer les conditions techniques d’utilisation de la bande 26 Ghz

01 mai 2019 à 16h15
0
5G illustration

Alors que 28 États membres se sont mis d'accord au début du mois d'avril, la Commission européenne devrait prochainement établir les contours d'utilisation de la bande 26 Ghz, priorité de l'UE.

La Commission européenne devrait bientôt publier sa décision visant à établir les conditions techniques pour l'utilisation de la bande millimétrique 26 Ghz, annonce l'Agence nationale des fréquences (ANFR) ce 29 avril 2019. La décision, déjà adoptée par les États membres le 11 avril dernier, prendra un caractère obligatoire avec une attribution des autorisations 5G dans au moins 1 Ghz de la bande 26 Ghz avant la fin de l'année 2020, en fonction de la demande du marché. Le but, pour la Commission, est de créer les conditions d'un vrai marché unique de la 5G en Europe.

Bande 26 Ghz : gare à la saturation

Pour remettre les choses dans leur contexte, précisons qu'avec la 5G, trois bandes de fréquence vont être mises à contribution, chacune avec leurs propres spécificités. La 700 Mhz, par exemple, est déjà attribuée depuis 2015 et même utilisée par plusieurs opérateurs français pour la 4G. La bande 3,5 Ghz, elle, commence à grimper dans les débits, même si sa pénétration dans les bâtiments est moins efficace. Elle est par ailleurs la bande générique de la 5G.

La bande 26 Ghz, elle, constitue la fréquence la plus élevée, à tel point que l'on peut comparer son débit à celui de la fibre. Elle permet de monter très haut dans les débits sur une zone rétrécie, ciblée. Le problème, c'est qu'elle est déjà utilisée au sein de secteurs technologiques pointus comme la recherche spatiale, le service fixe par satellite ou divers services scientifiques. De fait, elle est à réglementer si on ne veut pas qu'elle soit encombrée.

L'Union européenne doit trancher sur le niveau d'autorisation d'utilisation à appliquer

L'UE veut donc instaurer un cadre réglementaire qui puisse accorder des autorisations individuelles exceptionnelles d'exploitation 5G, « à l'exemple des autorisations attribuées par l'Arcep aux opérateurs mobiles en France », note l'ANFR.

Compte tenu des caractéristiques de la bande et du potentiel de la technologie, l'Agence indique ainsi avoir sollicité la Conférence européenne des administrations des postes et télécommunications (CEPT), afin qu'elle puisse établir les conditions d'une bonne harmonisation entre une autorisation générale (des bandes libres) et une combinaison entre autorisations individuelles et générales.

11
0
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
La Maison-Blanche s'en prend aux pays qui taxent les géants numériques américains
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Davantage d'animaux sauvages : la solution pour réconcilier éleveurs et loups ?
Gaia-X : le projet européen de cloud computing visant à concurrencer la Silicon Valley se précise
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA
scroll top