Baccalauréat : le mode examen des calculatrices expliqué

Vidéo : L'utilisation d'une calculatrice dotée d'un mode examen sera bientôt obligatoire pour les épreuves du collège et au baccalauréat. Qu'est-ce que cela implique ? La réponse en vidéo !

À lire aussi :


Évolution technologique oblige, les calculatrices programmables des étudiants se sont transformées en véritables petits ordinateurs dotés d'une mémoire suffisante pour emmagasiner des antisèches parfois utilisées en examen.

Mais à partir du 1er janvier 2018, la loi anti-triche interdira définitivement leur utilisation aux examens de l'enseignement secondaire, c'est-à-dire au brevet des collèges et au baccalauréat.

Mais ces calculatrices embarquaient aussi des fonctions de calcul avancées utilisées dans les filières scientifiques ou technologiques, par exemple. Pour mettre tout de monde d'accord, la loi du 17 mars 2015 précise que les calculatrices à mémoire alphanumérique et/ou avec écran graphique autorisées doivent impérativement disposer d'un mode Examen.

Ce dernier doit être activé par le candidat pour toute la durée de l'épreuve sur instruction du surveillant de salle lorsque le sujet de l'épreuve autorise l'usage de la calculatrice. Une fois activé, une LED rouge clignote sur la tranche haute de la calculatrice, mais concrètement hormis ce marqueur visuel, que se passe-t-il lorsqu'on bascule en mode Examen ?

La loi précise que la calculatrice doit neutraliser temporairement l'accès à sa mémoire, ou effacer cette dernière totalement, mais ce n'est pas tout. Les communications n'ont pas été oubliées puisque le mode examen doit également bloquer toute transmission de données, que ce soit par WiFi, Bluetooth ou par tout autre dispositif de communication à distance.

Pour finir, le texte de loi aborde également la question de la désactivation de ce fameux mode examen : ce dernier doit être irréversible pendant toute la durée de l'épreuve. La sortie de mode examen doit nécessiter une connexion physique par câble avec un ordinateur, ou une autre calculatrice.

Modifié le 09/06/2016 à 11h50
Commentaires

Tous les commentaires

  • critor
    27/12/2016 16:45:03

    KP2 fatalfury Oh que si ça consomme... la LED seule peut-être rien du tout, mais en réalité la calculatrice n'est jamais totalement éteinte, car il faut contrôler le clignotement de la LED. Certains modèles sont à plat en moins d'une semaine à compter de l'activation du mode examen.

  • critor
    27/12/2016 16:42:56

    ideo85 Sauf que ça n'existe pas, vu que si tu prends le temps d'y penser c'est très compliqué techniquement.

  • critor
    27/12/2016 16:39:49

    jackseg Vous n'avez pas suffisamment creusé la question alors. Le clignotement doit être régulier et permanent, se poursuivant même calculatrice éteinte. Un programme normal cesse son exécution à l'extinction de la machine. Alors je me garderai bien de dire que c'est impossible, mais c'est tout sauf facile. D'ailleurs, depuis 1 an et demi ce n'est toujours pas sorti.

  • critor
    27/12/2016 16:37:10

    Dexity Il faut creuser la question plus profondément : il ne s'agit pas juste d'allumer la LED, mais de la faire clignoter, de façon régulière et permanente, et ce même calculatrice éteinte. Or un programme normal, cesse de s'exécuter lorsque la calculatrice s'éteint. Pour conclure, non un programme simulant le clignotement qu'il faut est tout sauf facile/évident.

  • critor
    27/12/2016 16:34:32

    StevenR2 Pensez-vous réellement que cela supprime des avantages et mette les candidats à égalité réelle ? Pour rappel, les candidats ont des machines différentes avec des fonctionnalités très différentes. Certains modèles ne font ni le calcul matriciel, ni le calcul vectioriel, ni même les lois de probabilité. Rentrer un programme comblant ces défaillances était parfaitement légitime, et au contraire contribuait à l'égalité de chances.

BE GEEK ! Avec clubic