L’histoire des cartes perforées, ancêtres de nos supports de stockage

Vidéo : Cette semaine, l'écrivain Daniel Ichibiah revient aux origines des supports de stockage informatique en évoquant la naissance des cartes perforées.

Chaque semaine, nous retrouvons l'écrivain Daniel Ichbiah pour nous replonger dans notre passé informatique ou vidéoludique.

Aujourd'hui, nous reviendrons aux origines de nos supports de stockage en retraçant l'histoire de leur ancêtre : la carte perforée. L'inconscient collectif l'associe souvent à l'orgue de barbarie, mais c'est en réalité le monde du textile qui lui donnera naissance.

Dans un premier temps, Basile Bouchon inventera le métier à tisser semi-automatique en s'appuyant sur un ruban perforé pour effectuer des motifs textiles complexes.

À lire aussi :


Par la suite, l'idée sera reprise, puis améliorée par Joseph Marie Jacquard qui donnera naissance au célèbre métier à tisser éponyme. Ce dernier pourra utiliser des supports perforés interchangeables en fonction des motifs que l'on souhaite réaliser.

La troisième étape majeure verra le jour à Long Island, île située dans le prolongement de New York aux États-Unis. C'est ici que débarquent les immigrants provenant du monde entier en 1889. À cette date, l'état américain confie à Herman Hollerith la mission de comptabiliser et surtout, catégoriser l'ensemble des nouveaux arrivants.

Il mettra au point une machine capable de lire des cartes perforées qui seront préalablement trouées par les agents recenseurs en fonction des critères correspondants aux personnes comptabilisées (sexe, âge, pays d'origine, etc.).

En 1896, Herman Hollerith quitte l'administration pour fonder la Tabulating Machine Co. (CTR). Société qui sera renommée par la suite en…. IBM.

Modifié le 27/05/2016 à 16h20
Commentaires

Tous les commentaires

  • tower41000
    31/05/2016 14:45:39

    sami17220 aaaah le jcl... c est d ailleurs de la techno des cartes perforees que vient la terminologie du langage : carte job, carte DD.... ca m aura donné des migraines cette vacherie de langage...job failed jcl error...

  • Stellvia
    30/05/2016 10:43:24

    Le monsieur à pas dormis depuis 1 mois on est d'accord ? On dirait walking dead.

  • sami17220
    30/05/2016 07:42:05

    Mes premiers programmes en Cobol ainsi que le JCL on été stockés par les dactylo-codeuses (appelées "perfos"), c'était en 80 et IBM3031 avait une mémoire de 4 Mo, c'était l'époque où on donnait son paquet de cartes à un guichet et que l'on récupérait le résultat sur listing quelques "temps" après. Quelques programmeurs certifiés avaient quand même accès à un écran pour coder :)

  • ota1998
    29/05/2016 19:54:58

    Attention aux oreilles: à partir de 5:23  il y a aussi le son du micro de clubic qui est perforé !

  • alberich
    29/05/2016 15:23:11

    danicela Le principe reste le même, chaque caractère du programme est codé par des trous.

BE GEEK ! Avec clubic