Growth hacking : les 4 recettes pour faire connaître son produit

Vidéo : Aujourd’hui, de nombreuses start-up utilisent le \"Growth Hacking\" afin d’accélérer leur croissance. Un ensemble de bonnes pratiques permettent de sortir du lot.

Oussama Ammar est le fondateur de l'incubateur « The Family », qui aide de nombreuses start-up parisiennes à se développer. Cet entrepreneur et enseignant de Sciences Po Paris était au salon Blend Web Mix de Lyon, afin d'y tenir une conférence sur le Growth Hacking.

Le Growth Hacking nous vient des Etats-Unis. Il s'agit d'un ensemble de pratiques ayant pour vocation de promouvoir, et d'accélérer la croissance d'un produit ou d'un service. La stratégie se segmente en quatre phases : il faut d'abord acquérir un public, avant de le rendre actif (inscription sur le site, enregistrement à une newsletter…). Puis, pratiquer une forme de rétention pour conserver ses utilisateurs, et enfin, les transformer en clients payant.

Il est toutefois compliqué, aujourd'hui, de sortir du lot avec ces techniques de Growth Hacking simples. L'acquisition d'utilisateurs est devenue de plus en plus difficile à mesure que les start-up se sont mises à employer ces méthodes. Pour faire la différence, il faudrait plutôt miser sur la phase de rétention.

Dérouler le tapis rouge aux clients


Accorder une attention particulière à ses clients peut alors se révéler très utile. Oussama Ammar explique l'importance de développer une communauté autour de ses produits. Il ne faut pas hésiter à accorder beaucoup de temps à ses clients, surtout si sa base d'utilisateurs est encore faible. Le but étant de nouer une relation directe avec ces derniers.

A l'heure des réseaux sociaux, il faut également maximiser ses chances de transformer ses clients en ambassadeurs. Pour développer sa communauté, le fondateur de « The Family » préconise alors de cibler les influenceurs et leur offrir des cadeaux par exemple.

Toutes ces techniques ont pour vocation de fournir un service et une expérience « exceptionnelle » au client. Car pour Oussama Ammar, ce n'est plus tant le produit en lui-même qui compte, mais le service qui l'entoure. Ce qui expliquerait pourquoi le Growth Hacking tend de plus en plus vers ce que l'on pourrait appeler : l'hyper assistance, une sorte de service « client de luxe ».

Modifié le 15/12/2014 à 10h11
Commentaires

BE GEEK ! Avec clubic