Dorcel regrette que les producteurs ne se mouillent pas sur la réalité virtuelle

Vidéo : Gregory Dorcel, fils de et patron de la marque Dorcel, doute du potentiel de la réalité virtuelle dans l'industrie du porno, la faute à des producteurs trop frileux à son goût.

Lorsqu'on pense aux applications de la réalité virtuelle, l'industrie pornographique se pose comme une évidence. Pourtant, Gregory Dorcel, patron de la célèbre marque française, n'en est plus convaincu.

En octobre dernier, la société a produit deux films destinés aux casques de réalité virtuelle, avec des vidéos à 360°. Les tourner a impliqué un investissement important, avec l'utilisation de 18 caméras tournant un plan-séquence sans réalisateur dans le champ. Malheureusement, le chiffre d'affaire de ces deux films n'a été que de 150 000 euros, pour une production qui en a couté 200 000.

Pour Gregory Dorcel, c'est donc la frilosité des autres acteurs du porno qui est responsable du succès très modéré de ses films. Le patron reste cependant convaincu du bien-fondé de son initiative dans le domaine.

Modifié le 14/03/2016 à 16h36
Commentaires

BE GEEK ! Avec clubic