le lundi 09 mars 2015

ResearchKit : Apple se fait médecin

A l'occasion du dernier keynote organisé par Apple, le groupe américain livre des détails quant à son approche de la santé connectée. Apple présente ResearchKit, un outil permettant de créer des applications pour la médecine.

Apple lève le voile sur l'initiative ResearchKit. Il s'agit d'une collaboration entre la firme et des centres de recherche et de médecine américains. Les deux entités visent à rassembler des informations sur les patients utilisant les applications de santé présentes sur l'iPhone. L'objectif est ici de mettre au point de nouvelles études sur des cas médicaux tels que sur l'asthme, le cancer du sein, les maladies cardio-vasculaires, le diabète ou bien encore la maladie de Parkinson.

0190000007944641-photo-keynote-apple-2015-spring.jpg


Il s'agit donc de mettre en avant plusieurs applications, qui, lorsqu'elles sont corrélées, permettent de dégager des données relatives à l'état de santé d'un utilisateur. Si ce dernier autorise l'application à le faire, elle pourra accéder aux données contenues dans le cluster Santé. On y retrouve des informations pour le moins personnelles comme le poids, la pression artérielle, la glycémie...

A l'occasion de la dernière conférence organisée par Apple, la société a détaillé le fonctionnement d'une série de services de santé fonctionnant avec un terminal de la marque. Ces services doivent permettre de livrer un premier diagnostic médical sans que le patient n'ait à quitter son domicile. Démonstration est ainsi faite d'une application permettant de réaliser des exercices simples comme le fait de tapoter son écran de téléphone à répétition ou de mesurer son équilibre via l'utilisation de l'accéléromètre.

ResearchKit a donc recours à des fonctionnalités présentes dans le smartphone comme le micro, le gyroscope ou bien encore le GPS afin de tester certaines fonctions comme son élocution, sa motricité...

0190000007944649-photo-keynote-apple-2015-spring.jpg


Qui détient les informations personnelles ?


Au quotidien, ResearchKit fonctionne comme un outil d'études permanent. Les participants peuvent accomplir des tâches ou compléter des questionnaires et les envoyer. Les utilisateurs décident eux-mêmes s'ils souhaitent participer à une étude et de quelle façon leurs données seront partagées. Ils devront cependant préciser les informations qu'ils souhaitent fournir pour chaque opération.

De son côté, Apple est resté discret sur la manière dont ces informations sont traitées. Durant la dernière conférence de la marque, elle indique simplement qu'elle « ne verra pas les informations » des utilisateurs.

Toujours est-il que les applications ResearchKit sont disponibles sur l'App Store aux États-Unis pour les utilisateurs d'iPhone allant de l'iPhone 5 au 6 Plus. La marque précise qu'elles seront déployées dans d'autres pays sans toutefois préciser à quelle date elles pourront être utilisées.

A lire également
Modifié le 13/02/2018 à 17h40
Commentaires