La 3D serait nocive pour les enfants ? Un rapport bien tardif...

Enfant 3D
Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail publie aujourd'hui un rapport déconseillant l'usage d'écran 3D pour les enfants de moins de 6 ans. Un avertissement qui arrive bien tardivement...

Un groupe d'experts (ophtalmologistes, orthoptistes, spécialistes des sciences cognitives, physiciens entre autres) ont passé une année entière à consulter les publications scientifiques au sujet des effets de la 3D sur l'œil humain, particulièrement sur celui des enfants. Ils ont auditionné quelques experts supplémentaires pour arriver à la conclusion suivante : « Pas d'exposition d'enfants de moins de 6 ans et une exposition limitée des moins de 13 ans en étant attentifs, pour ces derniers, aux éventuels symptômes induits.»

Olivier Merckel, chef de l'unité d'évaluation des risques liés aux nouvelles technologies de l'agence, précise ainsi que ce « qui nous permet d'émettre de telles recommandations, c'est que le système visuel des jeunes jusqu'à 12 ou 13 ans et, surtout, avant 6 ans est en phase de développement critique. »

Après 6 ans, il est également conseillé de limiter cet usage, au moins jusqu'à 13 ans, car « la zone du cerveau qui sert à interpréter les images est encore en développement jusqu'à l'adolescence », indique encore Olivier Merckel.

Des conseils sages, donc, mais qui arrivent un peu tard. D'une part, parce que le soufflé 3D est clairement retombé, remplacé depuis plusieurs mois par un nouvel argument commercial fort, l'Ultra HD. On peut d'ailleurs se demander pourquoi une telle étude n'est pas intervenue plus tôt, au moment de l'apparition des écrans 3D, il y a plusieurs années.

Certains acteurs, pourtant partie prenante du domaine, avaient même déjà tiré la sonnette d'alarme dès 2010. Nintendo, qui proposait alors sa 3DS, avertissait : « Nous allons indiquer que les très jeunes enfants ne doivent pas regarder des images 3D. Les muscles de leurs yeux ne sont pas totalement formés ». C'était il y a 4 ans, donc. Même si aucune preuve scientifique ne permettait alors d'affirmer les effets néfastes de la 3D sur l'œil des enfants, le constructeur japonais avait préféré jouer la carte du principe de précaution. Une voie que choisit seulement aujourd'hui l'Anses.

Contenu relatif :

Modifié le 06/11/2014 à 10h37
Commentaires