Télécoms : un retour à trois opérateurs évoqué

Depuis l'arrivée de Free Mobile en 2012, sur le terrain de jeu d'Orange, Bouygues Telecom et SFR, les rumeurs sur une consolidation du secteur sont légion. En 2014, Numericable rachetait SFR, réduisant le nombre d'opérateurs dans la téléphonie fixe mais au niveau de la téléphonie mobile, rien n'a changé. Ce qui n'empêche pas le secteur d'envisager un retour à trois opérateurs.

Les rumeurs, récurrentes, se révèlent souvent infondées et les tentatives connues pour une fusion entre l'un et l'autre des acteurs du secteur, comme les discussions entre Bouygues et Orange début 2016, ont toutes échouées.


Bouygues Telecom au centre de toutes les rumeurs de consolidation


Actuellement, dans la téléphonie mobile, quatre opérateurs se partagent le marché ce qui a provoqué une chute des prix des abonnements : depuis que Free Mobile a cassé les prix, tous les opérateurs ont dû plus ou moins s'aligner à la baisse permettant aux ménages français de faire des économies, mais entraînant une baisse des marges des entreprises. Un retour à trois opérateurs est, de fait, le bienvenu pour ces derniers.

Bouygues Telecom, dont la santé économique est mise à rude épreuve, est le centre de toutes les spéculations : s'il y a un opérateur qui pourrait se vendre à un autre c'est celui-là. Le 13 février 2017, la Lettre de l'Expansion alimente à nouveau la rumeur d'une fusion : ce serait Patrick Drahi, propriétaire de SFR via sa holding luxembourgeoise Altice, qui aurait relancé les discussions d'une fusion entre Bouygues et l'un de ses trois concurrents.

Opérateurs


Le retour à trois opérateurs mobiles : simple rumeur mais...


La Bourse de Paris a largement spéculé sur cette rumeur le 14 février 2017 faisant progresser tous les titres boursiers. Mais les opérateurs ont été clairs : il n'est pas question de discussions en bonne et due forme pour une fusion.

Orange a toutefois précisé que « les acteurs du secteur concernés n'ont pas fermé la porte à la possibilité d'une consolidation », laissant supposer que si le projet n'est pas d'actualité, il pourrait l'être.

Reste à savoir si et quand ça se produira... et quelles seront les conséquences sur les prix des abonnements.


Modifié le 15/02/2017 à 12h38
Commentaires