Démarchage : la CNIL épingle Emmanuel Macron

La campagne de démarchage téléphonique d'électeurs par Emmanuel Macron n'est pas du goût de nombreux particuliers. Ayant reçu plusieurs signalements de la part d'abonnés mécontents, la Commission nationale Informatique et Libertés (CNIL) a décidé de « rappeler les bonnes pratiques » au candidat.

La prospection téléphonique d'Emmanuel Macron n'est pas du goût de tout le monde


Depuis le 18 avril 2017, de nombreux Français ont reçu sur leur téléphone fixe un appel préenregistré de moins de deux minutes, où Emmanuel Macron parle de son projet politique et appelle à voter pour lui. En cas d'absence, un autre message est laissé, où le candidat demande de lui consacrer une minute en rappelant un numéro qu'il donne. Selon l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron, ces messages devraient toucher 6 millions de personnes (soit 1 électeur sur 7), et leur diffusion devrait s'arrêter le 21 avril 2017 à 20 heures, heure de fin de la campagne du premier tour.


A en juger par les réactions postées sur Twitter, ces appels ont agacé nombre de Français. « Hallucinant ! #Macron fait du spam téléphonique », écrit @0ursblanc. « #macron, hier sur mon répondeur téléphonique, aujourd'hui sur mon paillasson... pire que les témoins de Jehova ! », s'exaspère @mellecox96. Un autre utilisateur, @rene_chiche, va encore plus loin : « J'envisage de porter plainte contre #Macron pour harcèlement téléphonique. J'invite les six millions de Français dans ce cas à faire de même ».

Macron


Le dispositif Bloctel ne serait être invoqué


Effectivement alertée par plusieurs abonnés mécontents, la CNIL a décidé de se limiter à « rappeler les bonnes pratiques ». En cas de démarchage politique par un automate téléphonique, la Commission recommande qu'un consentement préalable soit recueilli auprès de personnes prospectées. Ce consentement doit notamment porter sur une plage horaire précise pour recevoir de tels appels. Le message doit également commencer par la mention de la possibilité de s'opposer à la réception de ces appels et des modalités pour le faire, une exigence qui a été peu ou prou respectée, car aucun appel ultérieur par l'automate n'était prévu et la personne devait taper "1" pour écouter le message d'Emmanuel Macron. En cas d'absence, un numéro à rappeler lui était donné, la personne étant là aussi libre de rappeler ou non.

Rappelons que le dispositif Bloctel ne saurait protéger de ce type d'appels non sollicités, car son fonctionnement est différent. Bloctel concerne les sociétés constituant des fichiers d'abonnés téléphoniques et les revendant aux sociétés mandatées pour passer ces appels. Ici, il s'agit d'un démarchage à partir de Pages Blanches, un annuaire où votre opérateur propose de vous inscrire au moment de la souscription de votre ligne. Vous pouvez toujours vous opposer à cette inscription en cochant la case prévue à cet effet, ou bien le faire ultérieurement, à tout moment.

Voir aussi :
Modifié le 21/04/2017 à 17h33
Commentaires