le mercredi 06 décembre 2017

IA : Les réseaux neuronaux composent un album de musique

Décidément, l'intelligence artificielle sait tout faire ou presque ! Après des tableaux créés par les réseaux neuronaux, voici le premier album musical créé de toutes pièces par un ordinateur.

Réseaux neuronaux : un travail minutieux d'apprentissage


« Coditany of Timeness » : c'est le titre d'un album de black metal pas comme les autres. Sa particularité : il a été créé sans intervention humaine, les ordinateurs ont décidé de tout, même de son titre.

« Inventé », pas tout à fait, car tout comme un être humain, avant de déployer sa créativité, l'ordinateur a besoin d'apprendre en étudiant « l'état de l'art ». Au cours de leur expérience, Zack Zukowski et CJ Carr (qu'on connaît surtout par leur surnom « Dadabots ») ont disséqué « Diotima », un vrai album de black metal du groupe américain Krallice, en mini-morceaux de huit secondes chacun. Certains morceaux ont été utilisés pour apprendre à l'ordinateur comment était « structurée » cette musique. Car ces milliers de morceaux appartenant à un même genre musical et à un même auteur ont forcément beaucoup de ressemblances, chacune desquelles peut être identifiée et « décrite » par l'intelligence artificielle. Après tout, c'est cela, la spécialité des ordinateurs : traiter des volumes de données importants et notamment trouver des similitudes.

intelligence artificielle artificial AI IA ban


Un album de 20 titres musicaux créé de toutes pièces par l'IA


Une fois ces « connaissances » obtenues, tout comme le ferait un cerveau humain, l'ordinateur a créé de toutes pièces une œuvre originale, en s'appuyant sur les « règles » qu'il a pu déduire lors de l'apprentissage. Par exemple, en analysant une suite de morceaux, il a pu déduire comment les morceaux pouvaient s'enchaîner et, au contraire, quels types d'enchaînements n'étaient pas possibles.

La création de l'album a pris trois jours aux Dadabots. Ce délai important aux vues des capacités de calculation d'un ordinateur s'explique par le fait qu'un tri humain était de la partie. Concrètement, lorsque les « œuvres » résultant de cette « créativité » n'étaient pas intelligibles, les deux musiciens en herbe les supprimaient et ordonnaient à l'ordinateur de produire une nouvelle « œuvre ». Au final, ils ont obtenu 20 titres musicaux de quatre minutes chacun. Qui sait, dans quelques années on écoutera peut-être tous de la musique composée par les réseaux neuronaux !

Modifié le 06/12/2017 à 16h23
Commentaires