Volvo veut totalement abandonner le diesel

Le constructeur suédois se tourne vers l'électrification totale de son catalogue. Les modèles actuels pourraient être les derniers de Volvo à moteur thermique.

Un virage ambitieux, alors que la réglementation va se durcir.

Hommage à Elon Musk


Pour Volvo, l'avenir de l'industrie automobile réside tout entier dans l'électrique. Cette conviction, le patron du constructeur Håkan Samuelsson l'a exprimée avec force dans une interview au journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung. Les modèles actuels de Volvo pourraient bien être la dernière génération à motorisation thermique.

Le tournant est d'autant plus remarquable pour Volvo, qui a bâti sa notoriété sur la sécurité et la fiabilité de ses automobiles, que les moteurs diesel 2 litres représentent, et de loin, l'essentiel de ses ventes sur le marché européen. Le constructeur envisage la bascule sous deux ans. Volvo vient d'annoncer que son premier véhicule totalement électrique (le Suédois possède déjà des modèles hybrides) arriverait sur le marché en 2019. Dans cette même interview, Håkan Samuelsson rend d'ailleurs un hommage appuyé à son concurrent américain Elon Musk, parvenu le premier avec Tesla à susciter l'envie du public pour des modèles tout électrique.

Essai Volvo V90 Cross Country (2017)


PSA ne croit pas à l'électrique


La conversion de Volvo à l'électrique est une prise de conscience devant les dangers des émissions polluantes de l'automobile en particulier des NOx, les oxydes d'azote, responsables en 2015, selon les défenseurs de la qualité de l'air, de 38 000 décès prématurés.

Ce virage correspond aussi à un durcissement du cadre réglementaire en Europe : d'ici 2021, les standards d'émission carbone imposeront à l'industrie automobile de tomber de 130 g/km à 95 g/km. Un seuil inatteignable avec les motorisations diesel actuelles selon Volvo. Ce qui n'est pas le cas en revanche du Français PSA, qui vient de présenter ses nouveaux moteurs diesel plus économes et équipés d'un système de dépollution. PSA pense que l'électrique, pour lequel il prépare lui aussi des modèles, ne sera rien de plus qu'une niche n'excédant pas 15 % du marché automobile à l'horizon 2030.




Modifié le 24/05/2017 à 18h27
Commentaires