La Corée du Nord sort sa propre version de l’iPad

Baptisée Ryonghung iPad, cette tablette est la dernière-née des usines de contrefaçon de la Corée du Nord. Une pratique aussi illégale que courante au royaume de Kim Jong-Un

De l'industrie spatiale aux réseaux sociaux, la Corée du Nord viole allègrement des milliers de brevets.

Et si Steve Jobs avait copié Pyongyang ?


Avec son processeur à 1,2 Ghz, son giga de RAM et 8GB de stockage, la Ryonghung iPad est la dernière "création" de Myohyang IT Company, l'une des grandes entreprises d'Etat dirigée par Pyongyang. Vendue (ou plutôt distribuée aux hautes personnalités du régime) avec coque-clavier, elle est livrée avec 40 applications. Utilisant sans vergogne le nom de la tablette d'Apple, la Ryonghung iPad fut la vedette du 3e salon de la high-tech de Pyongyang en 2016. Salon baptisé également, comble de l'ironie, « salon de la propriété intellectuelle » !

La Corée du Nord n'en est pas à son coup d'essai en matière de copie des produits high-tech américains. D'ailleurs, à en croire la propagande de Pyongyang, c'est le monde entier qui l'envie et s'en inspire ! Sûrement que Steve Jobs a piqué l'idée de l'iPad à un Nord-Coréen. Le Ryonghung iPad ne ferait au final que récupérer son nom !

ipad coree nord


Oubliez iOS, passez à Red Star OS


En 2002, le monde découvrit ainsi Red Star OS, le système d'exploitation installé sur tous les ordinateurs nord-coréens fabriqués par le Korea Computer Center. Baptisé Naenara (Mon Pays), c'était en fait une version modifiée de Mozilla Firefox. Les utilisateurs de Mac ne devraient pas s'y perdre : toute l'interface est une copie à l'identique de Mac OS X.

Pour faire tourner Red Star OS, les Nord-Coréens possèdent d'ailleurs un ordinateur construit par Blue Sky, qui ressemble comme deux gouttes d'eau à l'iMac. On ne manquera pas non plus de citer StarCon, le réseau social nord-coréen, qui n'est autre qu'un clone politiquement redressé de Facebook ! La contrefaçon n'est pas l'apanage exclusif de l'industrie informatique de Kim Jong-Un. Son agence spatiale, qui inquiète régulièrement le monde avec ses essais de missiles balistiques, s'appelle la NADA, et le logo rappelle un peu plus que vaguement celui de sa rivale américaine (Kim Jong-Un aime en tout cas l'idée de cette rivalité).


Modifié le 05/06/2017 à 16h55
Commentaires