Jolla jette l'éponge sur sa tablette

La société Jolla a finalement décidé d'abandonner ses projets de commercialiser une tablette. Seules quelques centaines d'unités seront produites.

Au mois de novembre nous rapportions que la société Jolla était en difficultés financières. Le constructeur finlandais, composé en partie d'anciens employés de Nokia, affirmait ainsi avoir amorcé un programme de recouvrement de dettes en Finlande. En effet, Jolla « licenciera une grande partie de son personnel », le temps que la situation économique du groupe soit rétablie à bon équilibre.

L'une des conséquences directes pour le consommateur concerne la disponibilité de la tablette annoncée en novembre 2014. Celle-ci devait être livrée au mois de mai 2015 et certains internautes soutenant le projet l'ont finalement reçue en septembre dernier. Pour les autres, la livraison a été de nouveau repoussée.

Sur son blog officiel, Jolla explique avoir rencontré un certains nombre de problèmes : des composants livrés en retard, des écrans de mauvaise qualité ou encore des fournisseurs devant changer d'usine de production à plusieurs reprises. Ces obstacles - et donc ces retards - ont naturellement eu un impact sur la gestion du projet.

La société avait levé au total 2,5 millions de dollars suite à une campagne de financement sur Indigogo. Elle a envoyé 121 tablettes l'année dernière et à partir du mois de février, elle procédera à l'envoi de 540 unités supplémentaires pour quelques autres personnes ayant soutenu l'initiative.

Jolla Tablet


L'équipe ajoute qu'elle n'est pas en mesure de continuer la production. La tablette est donc définitivement abandonnée. Pour les autres participants à la campagne Indigogo, la société souhaite alors procéder à un remboursement totale des fonds. La moitié de ces versements sera effectuée au premier trimestre 2016, l'autre devra attendre début 2017. De leurs côtés, les personnes ayant pré-commandé la tablette directement depuis le site de Jolla seront aussi remboursés.

Jolla ajoute tout de même qu'au regard de sa santé financière, elle est en mesure de continuer ses développements portés sur le système SailFish OS. La société précise qu'elle est d'ailleurs en discussion avec plusieurs partenaires potentiels et notamment pour le projet Fairphone, un terminal équitable avec un strict contrôle de la chaîne de production. Ironie ?.

A lire également

Modifié le 29/01/2016 à 17h50
Commentaires