le vendredi 09 novembre 2012

Lumia 920 en test : le smartphone haut de gamme Windows Phone 8 selon Nokia

Photographie : PureView dans la pratique


Capture photo

00c8000005499293-photo-lumia-920-7.jpg
Le Lumia 920 est annoncé par Nokia comme étant la Rolls des photophones, technologie PureView à l'appui. Le téléphone embarque un capteur de 8,7 MPix rétro-exposé qui peut délivrer des images de 8 MPix (3 264 x 2 448 pixels au ratio 4/3) ou 7,1 MPix (3 552 x 2 000 pixels au ratio 16/9). Comme sur le Lumia 900 en somme. L'optique Carl Zeiss est de retour, mais avec quelques modifications notables : l'ouverture passe à f2,0 (contre f2,2), la longueur de focale s'est raccourcie à 26 mm (contre 28 mm) et surtout, le Lumia 920 adopte une technologie de stabilisation optique (et non numérique), une première sur un smartphone. Tous ces éléments valent au dernier Lumia l'appellation PureView.

De façon purement objective, l'efficacité du dispositif est difficile à démontrer, puisque cette stabilisation n'est pas désactivable et que l'appareil ne donne pas la main sur le réglage de la vitesse d'obturation (ce qui aurait permis de voir précisément jusqu'à quelle valeur on parvient à avoir une photo nette). Mais dans la pratique, on constate effectivement un gain conséquent de stabilité, à la prise de vue et sur l'image capturée. Il suffit de prendre le Lumia 920 ainsi que n'importe quel autre smartphone en main et de se forcer à trembloter pour mettre en évidence l'efficacité du dispositif.

Voilà qui nous amène à l'autre force du Lumia 920 : ses aptitudes en basses lumières. Son capteur fait un excellent travail, bien devant ses concurrents phares tels que l'iPhone 5 et le Galaxy S3. Les images conservent une finesse étonnante tout en contenant bien la montée de bruit. Il faut dire que l'appareil, fort de sa stabilisation optique et de son ouverture supérieure, va automatiquement privilégier une sensibilité moindre pour un temps de pose plus long (1/8 s à 640 ISO dans notre exemple contre 1/15 s à 800 ISO pour l'iPhone 5 et le Galaxy S3).

00c8000005505053-photo-lumia-920-de-nuit.jpg
00c8000005505049-photo-iphone5-de-nuit.jpg
00c8000005505037-photo-galaxy-s3-de-nuit.jpg

De gauche à droite, le Nokia Lumia 920, l'iPhone 5 d'Apple et le Samsung Galaxy S3


00c8000005505051-photo-lumia-920-de-nuit-extrait.jpg
00c8000005505047-photo-iphone5-de-nuit-extrait.jpg
00c8000005505035-photo-galaxy-s3-de-nuit-extrait.jpg

Les extraits à 100 % correspondant, dans le même ordre


À mains levées, les clichés perdent un peu de netteté par rapport à ceux effectués sur trépied, mais beaucoup moins qu'avec les autres smartphones. Et quand l'obscurité devant vraiment intense, le Lumia 920 s'en sort bien mieux que l'iPhone 5, tandis que le Galaxy S3 sort un aplat noir.

00c8000005505063-photo-lumia-920-penombre.jpg
00c8000005505045-photo-iphone-5-penombre.jpg
00c8000005505039-photo-galaxy-s3-penombre.jpg

De gauche à droite, le Nokia Lumia 920, l'iPhone 5 d'Apple et le Samsung Galaxy S3 : photo de notre scène prise pas très faible lumière


0096000005505067-photo-nokia-lumia-920-extrait1-800-iso.jpg
0096000005505041-photo-iphone-5-extrait1-3200-iso.jpg
0096000005505071-photo-nokia-lumia-920-extrait2-800-iso.jpg
0096000005505043-photo-iphone-5-extrait2-3200-iso.jpg

Les extraits à 100 % du Lumia 920 (800 ISO) et de l'iPhone 5 (3 200 ISO) alternés. Les smartphones sont calés sur trépied


En revanche, l'iPhone 5 fournit une prévisualisation juste par rapport au résultat, alors que l'écran du Lumia 920 reste beaucoup plus sombre, voire noir. C'est un défaut assez pénible, on ne peut pas anticiper sur ce qui sera capturé !

0190000005505137-photo-nokia-lumia-920-sc-ne-100-iso.jpg

00c8000005505065-photo-nokia-lumia-920-extrait1-100-iso.jpg
00c8000005505069-photo-nokia-lumia-920-extrait2-100-iso.jpg

Notre scène de test à 100 ISO


Un excellent challenger de nuit, mais une déception surprenante de jour. D'abord, l'objectif n'est pas du tout homogène : toute la périphérie de l'image est embuée, seul le centre profite d'un piqué correct.

012c000005505061-photo-lumia-920-piqu-bord-originale.jpg
012c000005505059-photo-lumia-920-piqu-bord.jpg

La perte de piqué sur les bords


Ensuite, on observe un étrange tramage sur les zones de netteté, produisant un effet d'escalier qui n'est visible heureusement qu'en visionnage écran à 100 %. Enfin, la colorimétrie apparaît peu naturelle par défaut car très saturée. Mais on peut aimer, ça dépend des goûts. Nokia indique qu'une mise à jour logicielle est prévue pour corriger le problème. Attendons la disponibilité de cette dernière pour en juger sur pièce.

012c000005505057-photo-lumia-920-effet-escalier.jpg
012c000005505055-photo-lumia-920-effet-escalier-extrait.jpg

L'effet d'escalier lié au tramage que produit le capteur


Capture vidéo

Le Lumia 920 capture des séquences MP4 à 30 images par secondes d'une définition de 1920 x 1080. L'image est riche en détail, et aucun phénomène de saccades ne vient perturber la lecture. On apprécie également la rapidité de rafraîchissement de la mise au point continue.


Scène de test : le Lumia 920 se montre particulièrement efficace


De plus, la stabilisation optique se montre à nouveau efficace. Ce dispositif parvient à absorber une bonne partie des vibrations, ce qui améliore de fait la fluidité des vidéos.


Vidéo capturée en marchant




Les logiciels photo additionnels de Nokia

Trois nouveaux « Filtres » sont disponibles depuis l'appareil photo. Le premier se nomme Cinemagraph. Ce programme permet de réaliser des petites séquences animées à partir d'une rafale de photos. Après avoir capturé plusieurs photos d'une même scène en mouvement, il est possible de choisir finement les zones que l'on souhaite animer, ou non. L'œuvre finale peut être exportée au format .GIF. Si l'idée est sympathique, on regrette qu'aucune possibilité d'export au format vidéo, ou d'upload sur YouTube n'ait été prévue.


Demonstration vidéo de Cinemagraph


En complément, Nokia propose un second filtre nommé Smart Shoot. L'application se base toujours sur une rafale de photo, mais contrairement à Cinemagraph, Smart Shoot génère une image fixe en fin de process. Le but consiste à sélectionner une ou plusieurs zones à conserver sur chacune des photos provenant de la rafale. À titre d'exemple, lorsqu'on capture une photo de groupe, on peut sélectionner le visage le plus souriant pour chacun des sujets. Le programme se charge alors d'effectuer des raccords propres pour générer un fichier JPG unique.


Démonstration vidéo de Smart Shoot


Enfin, comme son nom l'indique, le filtre panorama assemble plusieurs photos capturées horizontalement pour n'en faire qu'une.
Modifié le 13/02/2018 à 17h51
Commentaires