Test de l'iPhone 6s : Apple a-t-il vraiment "tout changé" ?

Photo et vidéo


Comme sur le reste, année en « S » oblige, Apple a surtout procédé à des améliorations. Bonne nouvelle tout de même : les iPhone 6s et 6s Plus voient enfin les définitions de leurs capteurs s'accroître, à l'avant comme à l'arrière. En effet, les compteurs étaient restés bloqués à 8 mégapixels au dos depuis l'iPhone 4s et 1,2 en façade depuis l'iPhone 5. Nous voilà donc avec 12 mégapixels sur l'appareil photo principal (soit un gain de 50 %) et 5 mégapixels pour la « caméra FaceTime HD » (un gain de 316 % !). C'est surtout cette dernière évolution qui est significative, à une époque où la pratique du selfie bat son plein. Parce que les 8 mégapixels de l'appareil principal suffisaient bien dans l'absolu, en photo. Mais pas pour proposer le nouveau mode vidéo en UHD. Eh oui, la « 4K », c'est du 3 840 x 2 160 pixels en 16/9 (8,3 mégapixels) alors que le capteur de l'iPhone 6 totalisait 3 264 x 2 448 pixels. Comme Apple souhaite rester sur un ratio de 4/3, il faut donc un capteur plus pixelisé, dans lequel on recadre la bonne définition 16/9.

IPhone6s 3

IPhone6s 6
Les nouveaux iPhone intègrent donc un CMOS rétro-exposé de 12 mégapixels, à priori toujours de fabrication Sony. Puisque la superficie du capteur ne change pas (type 1/3 pouce, soit 4,8 x 3,6 mm environ), ce sont donc les photodiodes qui rétrécissent : de 1,5 µ à 1,22 µ. Ils sont toujours plus grands que ceux du Galaxy S6 (1,12 µ) mais de taille inférieure à ceux du OnePlus 2 (1,3 µ). Apple précise que cette densification n'aura pas d'impact négatif sur la qualité d'image puisqu'il a mis en place un procédé dit « Deep Trench Isolation ». En effet plus les pixels sont tassés, plus il y a un risque de parasitage électrique entre chaque pixels. Cette technique consisterait donc à creuser des tranchées entre les photodiodes et à remplir les espaces formés d'une substance isolante. Apple n'a en revanche rien changé à sa formule optique : un ensemble de cinq lentilles couvrant une focale de 29 mm, ouvrant à f:2,2 et toujours sans stabilisation optique (cette dernière reste réservée à la version Plus). Les meilleurs concurrents proposent des optiques plus lumineuses : OnePlus 2 à f:2,0, Galaxy S6 à f:1,9 ou encore LG G4 à f:1,8. Notre modèle de test a pour sa part un défaut, une sorte de débris qui est venu se loger sous le verre saphir : plutôt gênant, même si à priori nous n'avons pas observé d'incidence sur les résultats.

IPhone6s 10

La technologie Focus Pixel (combinaison de corrélation de phase et de détection de contraste) demeure, et Apple a maintenu le même ratio de pixels dédié à son fonctionnement : comme il y a 50 % de pixels en plus, il y a aussi 50 % de « Focus Pixels » en plus. Par ailleurs Apple mentionne dans sa présentation la présence d'un nouveau processeur de traitement d'image. Est-ce un processeur indépendant ou est-ce qu'Apple évoque ici son nouveau chipset A9 ? A priori on pencherait plutôt pour la deuxième option. Passons au concret : que vaut le nouvel appareil photo de l'iPhone 6s ?

iPhone6s_chipset

Sans grande surprise, il y a assez peu de changements par rapport à l'iPhone 6. Le capteur enregistre davantage de détails - gain de résolution oblige - mais sauf à vouloir recadrer plus lourdement ses images, le bénéfice est pour ainsi dire léger. Teintes, rendu d'image, dynamique, réactivité : difficile de distinguer un iPhone 6 d'un 6s. On note tout de même une quantité de bruit de luminance moindre sur le nouveau smartphone, qui profite probablement du surplus de puissance de calcul de la puce A9 pour affiner son traitement d'image. Bon, sur notre scène de test, et malgré le très faible éclairage que l'on dose, les iPhone 6 et 6s ne dépassent pas 250 ISO (ils descendent à 1/10e de seconde, heureusement qu'on est sur trépied...). De même, l'autofocus semble plus réactif par conditions délicates : là aussi, le chipset A9 doit jouer un rôle. Mais ces différences restent ténues.

© Clubic.com
Iphone6 32ISO
© Clubic.com
Iphone6s 32ISO
© Clubic.com
IPhone6 32ISO extrait1
© Clubic.com
IPhone6s 32ISO extrait1
© Clubic.com
IPhone6 32ISO extrait2
© Clubic.com
IPhone6s 32ISO extrait2
© Clubic.com
Iphone6 250ISO
© Clubic.com
Iphone6s 250ISO
© Clubic.com
IPhone6 250ISO extrait1
© Clubic.com
IPhone6s 250ISO extrait1
© Clubic.com
IPhone6 250ISO extrait2
© Clubic.com
IPhone6s 250ISO extrait2

En conditions réelles, si l'iPhone 6s donne de très bons résultats la plupart du temps - c'est cette fiabilité qui a fait son succès - dans l'obscurité il est un peu moins impressionnant. Il plafonne à 2 000 ISO et 1/17s là où un OnePlus 2 monte à 5 481 ISO et descend jusqu'à 1/10s, avec une optique plus lumineuse et stabilisée.

IPhone6s highISO
OnePlus2 highISO

A gauche l'iPhone 6s qui monte à 1250 ISO, à droite le OnePlus 2 qui monte à 3 960 ISO. Dessous, les extraits à 100 %


IPhone6s (1250ISO) vs OP2 (3960ISO) highISO

De même en plein jour, on notera que la formule optique d'Apple est uniforme mais un peu trop douce. Et aujourd'hui c'est d'autant plus frappant que la résolution accrue du capteur rehausse le niveau d'exigence. Un OnePlus 2 rendra bien davantage de matière et de profondeur dans les images, là où l'iPhone 6s donnera des clichés plus plats. Ceci étant dit, l'iPhone 6s a beau se faire dépasser sur certains aspects précis par untel ou untel concurrent, il demeure dans l'ensemble un des appareils les plus équilibrés qui soient - à la fois performant, rapide et simple.

© Clubic.com
IPhone6s conditions normales
© Clubic.com
OnePlus2 conditions normales
© Clubic.com
IPhone6s vs OP2 détails1
© Clubic.com
IPhone6s vs OP2 détails2
© Clubic.com
IPhone6s vs OP2 détails4
© Clubic.com
IPhone6s vs OP2 détails3

Côté capteur frontal, le gain de définition est énorme : entre l'iPhone 6 et le 6s, c'est le jour et la nuit. Les clichés pris avec le nouveau joujou d'Apple sont beaucoup plus doux que sur l'ancienne version, où le traitement de la netteté était forcé pour pallier le manque de définition. On retrouve la colorimétrie plutôt chaude du constructeur, c'est agréable. En revanche, la fonction de HDR qui était automatisée et exécutée de manière matérielle précédemment revient à un classique traitement logiciel. L'option avait disparu des menus, elle est désormais de retour. Peu sensible aux mouvements (il ne s'agit pas d'un assemblage de vues), cette HDR en situation de contre-jour reste moins efficace que sur l'ancien capteur (sur le plan de la dynamique). Et Apple aurait pu profiter de ce changement de capteur pour raccourcir sa focale. Pour les selfies à plusieurs il faudra bien choisir la personne qui a les plus grands bras pour déclencher...

Iphone6 vs 6s FaceTime
Iphone6 vs 6s FaceTime 2

A gauche l'iPhone 6, à droite le 6s.

IPhone6s selfie noir2
Quid du « flash retina » ? Pour rappel, Apple a mis en place ce palliatif de flash, qui n'est pas opéré par une lampe mais par un scintillement de l'écran tout entier, avec un rétro éclairage clair (mais pas forcément blanc) supposé grimper à trois fois sa puissance de base. Impossible de mesurer la chose mais le rétro-éclairage est bien effectivement boosté le temps de l'éclair. Ce n'est pas idiot, et à portée de bras, en condition de selfie, ça suffit. Reste à savoir si le procédé ne va pas trop user prématurément l'écran...



iPhone6s_live
On retrouve sinon les fonctionnalités déjà présentes sur la précédente génération d'iOS (accéléré, ralenti, retardateur, mais aussi photo carré, effets et panoramique), auxquelles vient s'ajouter le « Live ». Le mode sert à enregistrer une courte vidéo simultanément au déclenchement d'une photo, mais en commençant la capture avant l'instant T. En clair, quand on active la fonction en tapotant sur le nouveau pictogramme Live, l'iPhone 6s commence à mettre en mémoire tampon des images. Le concept n'a rien de nouveau, HTC l'avait déjà implanté sur ses téléphones (sous le nom Zoé) tout comme Microsoft sur ses Lumia (« Living Images »). Mais chez Apple, la fonction tombe à plat puisqu'on ne peut pas choisir à posteriori la meilleure image, comme avec Zoé ou le Living Images. Et la résolution du clip vidéo en 1 440 x 1 080 pixels à 12,7 im/s (encodé à 8 Mbps) est aussi incongrue que peu qualitative. Bref, le Live d'Apple tient plus du prétexte pour donner une utilité au 3D Touch dans la couche photo que d'une réelle trouvaille indispensable.


Dans le texte plus haut la photo, et juste au-dessus la vidéo Live produite par l'iPhone 6s


Reste la vidéo, et l'arrivée de la 4K. Sur ce point, le nouvel iPhone 6s place la barre très haut. La qualité des encodages est excellente, la stabilisation - bien que numérique ici - est impressionnante, et l'autofocus se montre remarquable de précision et de douceur. Les trois seuls « défauts » que nous trouvons à l'iPhone 6s en vidéo sont la mauvaise préhension du boîtier (l'appareil glisse attention !), le fait que les choix de résolution soient logés dans le menu des réglages, à l'extérieur de l'application (mais c'était déjà le cas avant), et la capture audio qui stagne toujours en mono, même si d'assez bonne qualité (AAC à 83 Kbps, en 44,1 KHz).



L'iPhone 6s filme en 1080p à 30 im/s (17,2 Mbps) ou à 60 im/s (26,4 Mbps), mais désormais également en 3 840 x 2 160 pixels à 30 im/s, avec un débit musclé de 50,2 Mbps. Pas de codec HEVC pour l'instant, Apple s'en tient au H.264, mais passe simplement sur un profil High en niveau 5.1, autorisant un débit maximum théorique de 300 Mbps. Les flux Full HD sont eux en profil 4.0 avec un plafond à 25 Mbps. La qualité d'image en 4K est de haute volée, mais parvenir à ce résultat n'est pas indolore. D'abord le téléphone chauffe, peut-être un peu moins que d'autres smartphones qui filment en 4K - on pense notamment au OnePlus 2 - mais tout de même, c'est palpable. Ensuite, la vidéo en 4K est extrêmement volumineuse : comptez environ 370 Mo pour une minute de rush ! Si vous avez opté pour un modèle de 16 Go, il va falloir purger votre appareil régulièrement. Au bout de trois jours de test, il ne nous restait plus que 3,45 Go sur le nôtre. Enfin, aller chercher la capture 4K dans les paramètres n'est pas des plus aisés. Ces griefs mis à part, l'iPhone 6s filme très bien : prévoyez simplement une coque pour améliorer la prise en main.

Modifié le 07/09/2016 à 17h13
Commentaires