Espace membre :
flechePublicité

// Test du Samsung Wave (GT S8500) : des caractéristiques XXL pour le premier Smartphone Bada !

Partager ce dossier

Publié par Paul-Emile Graff le Jeudi 1er Juillet 2010

Wave et Bada : prise en main et impressions


Le Wave en photos

À première vue, le design général du Wave n'est pas forcément extraordinaire. Si la partie supérieure est plutôt réussie, la zone inférieure (boutons raccrochage/décrochage, home) reprend les lignes qu'on a l'habitue de voir sur les mobiles de la marque. En revanche, dès le premier contact, deux points nous rappellent que nous ne sommes pas en présence d'un terminal ordinaire. Tout d'abord, l'écran Super Amoled offre un rendu exceptionnel. D'autre part, outre ses performances, cette technologie à dalle fine permet de réduire l'épaisseur du terminal au maximum.

DSC 0076 border
DSC 0078 border

L'écran Super Amoled offre un excellent rendu.


Du côté des contrôles cette fois, en plus des trois touches présentes en façade, Samsung propose un bouton de volume (+/-), une touche de verrouillage/déverrouillage ainsi qu'une touche destinée à la couche photo. Contrairement à certains terminaux concurrents haut de gamme, Samsung n'a pas fait l'économie de ce bouton particulièrement pratique. Sa présence est d'autant plus appréciable lorsqu'on sait que le Wave est plutôt doué pour l'image (photo et vidéo). Quant à elles, les connectiques sont toutes regroupées sur la partie haute du mobile. On trouve une classique prise casque de 3,5 mm ainsi qu'un connecteur micro USB (charge et synchronisation) qui a le bon goût d'être protégé par un cache coulissant relativement robuste.

DSC 0081 border
DSC 0082 border

L'écran Boutons et connectiques : le compte est bon, Samsung à même pensé aux photographes en herbe.


Sur la face arrière, on peut observer la matière qui habille l'ensemble du Smartphone. Samsung ne se moque pas du monde : le traditionnel plastique cède sa place à une coque de métal qui inspire plutôt confiance, même si l'on n'atteint pas encore les sommets d'un HTC Legend « unibody ». La coque arrière se déverrouille en actionnant un petit loquet. Après avoir ouvert la trappe, il faut démonter la batterie pour retirer la carte SIM (classique) ou la carte micro SD. Enfin, au-dessus du capot, on trouve l'APN de 5 mégapixels accompagné d'un mono flash LED.



DSC 0084 border
DSC 0087 border

L'appareil est habillé dans une coque métallique robuste. Après avoir ouvert la trappe, il faut démonter la batterie pour retirer la carte SIM (classique) ou la carte micro SD.



Vidéo : interface Bada et rendu 3D du Wave

L'interface n'a presque pas bougé depuis les prototypes qui avaient été présentés lors du Mobile World Congress de Barcelone (en février dernier). On a toujours affaire à un clone presque parfait de l'iOS d'Apple, mais cette fois, la stabilité est au rendez-vous (les versions bêta de Bada se bloquaient constamment). Pour cette vidéo de prise en main, nous ferons le tour des attributs physiques et logiciels majeurs qui caractérisent le Wave. S'agit-il d'un Smartphone comme les autres ? Pose-t-il la première pierre d'un succès à venir ? Une seule chose est certaine : les caractéristiques techniques du Wave ne laisseront pas les amateurs indifférents.


Présentation du Samsung Wave (mobile et interface). Il faut comprendre Super Amoled et non super Amoled 2)


20100618072006
Apple
Apple3

L'interface ainsi que les programmes embarqués clonent purement et simplement l'iOS d'Apple.



Capacités 3D du Samsung Wave


Widgets (amnésiques) : une copie presque parfaite d'Android ?

Samsung ne s'est pas uniquement inspiré d'Apple pour concevoir son système d'exploitation mobile. Dans Bada, on retrouve également un zeste d'Android ! Depuis le menu des applications, il suffit de cliquer sur la touche « raccrocher » pour faire apparaitre un bureau virtuel à panneaux multiples identique dans son principe à l'écran d'accueil d'Android. Tout comme sur le système mobile de Google, il est possible de placer un ensemble de widgets (petits programmes utiles au quotidien) sur chacun de ces bureaux. On trouvait d'ailleurs un système similaire sur le baladeur tactile Samsung R'mix. Par défaut, Samsung propose 15 widgets, mais il est possible d'allonger cette liste en se rendant sur le Samsung Apps (kiosque d'applications intégré au système).

Widget 1
Widget 2
Widget 3

Lorsqu'on ferme l'application « widget », les trois bureaux sont « nettoyés », au grand dam de l'utilisateur.


Si l'idée de s'inspirer du meilleur de la concurrence est louable, on aurait préféré que Samsung aille au fond des choses. Pour l'heure, lorsqu'on souhaite fermer l'application « Widgets » pour libérer de la mémoire (en passant par le gestionnaire de tâche), le système « oublie » systématiquement l'ensemble des widgets que l'on avait pris le soin de disposer sur son espace de travail ! Au final, les widgets ne sont pas vraiment utilisables, gageons qu'une éventuelle mise à jour corrige ce problème pour le moins gênant...

Interface 13
Interface 12

Il est possible d'ajouter de nombreux bureaux virtuels et/ou écrans d'applications.


La gestion de tâches sur Bada : un point fort

Alors que la gestion des tâches débarque seulement sur iPhone (via l'iOS 4), et que sur Android, elle nécessite souvent l'ajout d'un programme additionnel pour libérer la mémoire (comme TasKiller Free, par exemple), avec la première version finale de Bada, Samsung propose d'ores et déjà un système parfaitement fonctionnel.

À chaque fois qu'on quitte un programme en appuyant sur la touche « Home », ce dernier bascule dans un mode « sommeil ». De retour dans le menu des applications, on peut relancer une autre application, et procéder de la même manière pour la quitter. Lorsque le manque de mémoire se fait sentir (ouverture d'onglets multiples avec le navigateur, par exemple), il suffit de presser de façon prolongée sur le bouton « home ». Cette action fait apparaitre un panneau regroupant les icônes de l'ensemble des applications en cours d'exécution.


Tƒches 12
Tƒches 14
Tƒches 13

Le gestionnaire de tâches est aussi simple qu'efficace


Depuis ce menu, l'utilisateur peut basculer d'un programme à l'autre, fermer un ou plusieurs programmes (en touchant le logo rouge), ou fermer l'ensemble des applications (touche « Quitter toutes les appli. ». Difficile de faire plus simple. Dans tous les cas, même si le système gère le mémoire de façon intelligente, l'utilisateur garde la main sur l'exécution (ou non) des programmes.

Autre possibilité : si on ne souhaite pas basculer l'application précédemment ouverte en hibernation, il suffit de la quitter en appuyant sur la touche « raccrocher ». Cette action met un terme à l'exécution d'une tâche.

Les programmes embarqués : un air d'iPhone

Vous pensiez que Samsung s'était contenté de plagier l'interface graphique de l'iOS d'Apple ? Que nenni, en plus du Samsung Apps dont nous avons déjà parlé, la quasi-totalité des applications embarquée a été calquée sur l'iPhone ! Le client mail, le gestionnaire SMS, la calculatrice, le bloc note, le calendrier, le gestionnaire de contacts, le navigateur Web (etc.) plagient intégralement la suite logicielle qui est fournie sur l'iOS d'Apple.
20100618072006
Apple3
Apple

À quoi bon innover quand la concurrence s'en charge pour vous ?



Vous aimerez aussi

Envoyer par mail Envoyer par mail
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

flechePublicité

Les bons plans !

Partenaire Clubic.com

Top logiciels Flux RSS

DreamMail
Une nouvelle alternative à Outlook Express
Seamonkey
Seamonkey : La suite Mozilla renaît de ses cendres !
Sage
Lecteur de flux RSS léger et pratique pour Firefox
FeedReader
Lecteur de flux RSS utilisable sur clé USB
Noopod
Lecteur de flux RSS et de podcasts
Pokki
Accédez à des mini applications depuis la barre des tâches de Windows!
flechePublicité

BE GEEK ! Avec Clubic Logo

flechePublicité