Motorola : un écran de smartphone qui s’auto-répare ?

Casser son écran de smartphone peut coûter une fortune, si bien que dans la plupart des cas on évite de le faire remplacer : la garantie ne couvre pas les chutes et, à moins d'avoir pris une bonne assurance au moment de l'achat, le portefeuille pleure. Motorola pourrait avoir une solution, à en croire le brevet obtenu par le constructeur le 10 août 2017.

S'il est difficile de savoir si Motorola va réellement implémenter cette solution sur ses smartphones, on ne peut que l'espérer : un écran qui s'autorépare, c'est le rêve de toute personne un peu maladroite.

Un polymère à mémoire de forme qui remplit les fissures


Dans le brevet obtenu par Motorola le constructeur explique le principe, finalement simple, qui pourrait mettre un terme aux écrans de smartphone fissurés : un polymère à mémoire de forme. Celui-ci composerait le verre de protection de l'écran, soit celui qui se casse lorsque le téléphone tombe mais fonctionne encore (forcément, si l'écran en lui-même est cassé, qu'il n'affiche plus rien, il va falloir le changer).

Le polymère en question est réceptif à la chaleur : lorsqu'une source de chaleur le touche, il serait alors en mesure de venir combler les fissures de l'écran. En deux temps trois mouvements, l'écran est donc comme neuf pour le plus grand plaisir du propriétaire... Et au grand dam du marché des réparations de smartphones, qui bénéficie largement de la maladresse des Français : on estime que 12 % des smartphones achetés sont endommagés dès la première année dans l'Hexagone.

Smartphone ecran raparation


Une réparation manuelle rien qu'avec les doigts ?


L'intérêt de la solution de Motorola, marque du géant Lenovo, est qu'elle peut s'adapter selon l'envie du constructeur. Il pourrait opter pour une solution très économique pour le propriétaire du smartphone, qui consisterait à permettre au polymère de se réparer avec la chaleur du corps, voire via un système intégré au smartphone. Mais il pourrait aussi opter pour une solution exigeant un appareil spécial, ce qui garantirait aux réparateurs la nécessité de se rendre chez eux tout en réduisant le coût de ces réparations pour l'utilisateur.

Mais comme tout brevet, sa mise sur le marché n'est pas certaine. Va-t-on vraiment avoir droit à des smartphones dont l'écran se répare tout seul ?


Modifié le 17/08/2017 à 12h16
Commentaires