Test : Apple iPod Nano 6G, un iPod Shuffle avec écran

L'iPod Nano 6G a déjà été testé par nos soins dans cet article. Nous n'allons donc pas tout passer en revue, mais simplement confronter le dernier baladeur d'Apple à la concurrence de notre sélection.

Présentation du baladeur

Cette sixième génération d'iPod Nano se différencie très clairement des précédentes : l'iPod passe à un format carré, à peine plus grand que le Shuffle, et adopte un écran couleur tactile (240 x 240 pixels). Il s'agit donc d'un baladeur mini-pouce : 40,9 x 37,5 x 8,8 mm pour 21 g seulement ! Petit mais pas bâclé pour autant, ce serait surprenant de la part d'Apple : le Nano est entièrement construit en métal, la finition respire la confiance. A l'image de la pince au dos du baladeur, permettant d'attacher facilement le baladeur à ses vêtements, qui n'affiche pas le moindre jeu.

Petite taille et écran tactile ont permis à Apple de se débarrasser au maximum des commandes. Il ne reste que deux touches de volume et un bouton permettant d'allumer et d'éteindre l'écran. La connectique se limite elle à une fiche jack 3,5 mm et la prise dock d'Apple classique. Le reste passe par l'écran !

Interface et ergonomie générale

Apple nous a concocté une interface en simili iOS avec 4 icônes par écran. On bascule vers les écrans suivants en faisant glisser son doigt de la droite vers la gauche (ou de la gauche vers la droite selon le sens de navigation voulu). Familière pour qui connait la marque, l'interface du Nano reprend les icônes « Artistes », « Listes de lecture », « Mix Genius », « A l'écoute », « Radio » ou encore « Réglages » qui figurent dans l'iPhone. Une fois dans un menu, les déplacements se font à coup de clic et de défilements cinétiques, puis on revient en arrière en chassant l'écran de la gauche vers la droite. Instinctif mais il faut tout de même être appliqué avec ce petit écran... En cours de lecture par exemple, la pochette occupe tout l'écran ; pour mettre la chanson en pause, il faut effectuer un premier contact qui affiche alors les commandes avant / arrière / pause. Et un mouvement latéral pour faire apparaître les options de lecture, dont la barre de progression. On a vu plus pratique...

On notera que l'écran « gère » le multi-points, entre guillemets seulement puisque s'il est possible d'effectuer une rotation de l'interface (utilité restreinte), il n'est en revanche pas possible de zoomer en écartant ses doigts à l'écran. L'iPod Nano 6G devra sans surprise passer par iTunes pour effectuer les transferts de contenu ou les mises à jour du baladeur.

Musique et performances

Le Nano délivre une puissance audio à peu près au même niveau que l'Ariaz 2 de Philips : c'est donc un des baladeurs les plus généreux de notre sélection. Un bon point, puisqu'il faudra de préférence envisager le remplacement des écouteurs fournis. Le v-JAYS passe sans problème, le Grado Labs suit également (même si le Nano commence alors à arriver à son maximum). On notera par ailleurs que le niveau de souffle reste bas, même à la puissance maximale. Enfin, en matière de formats audio, le Nano 6G gère les extensions habituelles chez Apple : MP3, AAC, Audible, Apple Lossless, AIFF et WAV. Pas de WMA, ça n'est pas étonnant mais pas non plus de FLAC ou d'OGG...

Les résultats des autres tests de performance sont partagés mais plutôt bons. L'autonomie déçoit par rapport à la concurrence, mais pour le reste, le Nano se comporte parfaitement bien !
  • « Que 22 heures d'autonomie (24 h annoncées) pour le Nano ;
  • un superbe taux de transfert de 13,65 Mo/s via iTunes ;
  • le baladeur démarre instantanément : 0,6 seconde au chronomètre (attention, il ne s'éteint pas vraiment).

Les autres fonctionnalités

Ce que le Nano 6G a gagné en taille, il l'a perdu en fonctionnalités. Déjà, c'en est fini de la vidéo (enfin, on peut lire des fichiers vidéo mais on n'a que le son...). La photo ne revêt qu'un intérêt pour le moins symbolique (sauf si vous avez des photos carrées, et encore). Il ne reste donc que la radio, le dictaphone (sous réserve d'avoir un casque avec micro... cette blague) ou encore la fonction podomètre (qui se base sur l'accéléromètre intégré). Notez que comme d'habitude, tout passe par iTunes, et le Nano 6G est inévitablement lié à un ordinateur avec lequel il peut synchroniser son contenu. Ce que vous copiez dessus en mode stockage ne peut donc pas être consulté directement depuis le Nano.

Conclusion

L'iPod Nano sixième du nom passe après un 5g très réussi : il rencontre donc toutes les difficultés du monde à séduire. En dehors de son format « Shuffle », qui peut autant constituer un avantage qu'un défaut, et de son interface tactile, force est de constater que le bilan du Nano est bien maigre. S'il était livré avec des écouteurs intra-auriculaires plus qualitatifs (équipés d'un micro) et s'il proposait un égaliseur personnalisable, le concept pourrait faire l'unanimité. Mais là, et compte tenu du prix astronomique de 169 € en 8 Go, le Nano 6G ne charmera que les inconditionnels, achetant l'image de marque et non pas la technique.
La note Clubic
Qualités audio
Ergonomie
Fonctionnalités
Rapport qualité/prix
Les plus
  • Design et finition Apple
  • Interface tactile sympa
  • Son propre (mais plat) et puissant
  • Taux de transfert / allumage
Les moins
  • Pas de réglage audio valable
  • Autonomie très moyenne
  • Fonctionnalités tronquées
  • Prix élevé