Dragon Quest Builders : une réussite sur Nintendo Switch ?

La note Clubic
Les plus
  • Le côté construction très riche, qui fait appel à toute la créativité du joueur
  • De très nombreux éléments à découvrir
  • L'esthétique Dragon Quest, toujours aussi soignée
  • Graphiquement réussi (720p/60 fps en mode dock et 720p/30 fps en mode nomade)
  • Un aspect exploration assez énorme
  • Les villageois qui font leur vie
  • Un concept intelligent
Les moins
  • Les combats très basiques
  • La caméra, rarement au top
  • Le rythme global, assez mou dans l'ensemble
Récemment, la licence Dragon Quest Builders a trouvé son chemin jusqu'à la Nintendo Switch. Pour un résultat à la hauteur ? Notre réponse.

Incontestablement séduit par le concept proposé depuis quelques années maintenant par Minecraft, Square-Enix décidait en début d'année 2016 d'associer ce principe de construction à sa licence Dragon Quest. Ainsi naquit Dragon Quest Builders sur PlayStation 4, un titre qui mélange intelligemment le style cubique de Minecraft ainsi que toute la partie construction de ce dernier, à des éléments d'Action-RPG, le tout, dans la plus pure tradition Dragon Questienne artistiquement parlant. Début 2018, c'est donc au tour de la Nintendo Switch d'accueillir ce titre original.

Plongez dans le monde d'Alefgard, sur Nintendo Switch


Côté scénario, Dragon Quest Builders plonge le joueur dans le monde d'Alefgard, littéralement dévasté par l'attaque de Lordragon. Etrangement, un seul personnage parvient à conserver le précieux don de construction, et ce bâtisseur providentiel (vous l'aurez deviné) : c'est vous. Ainsi, le monde cubique de Dragon Quest Builders ne demande qu'à revivre sous l'impulsion de votre talent architectural. Heureusement, le jeu offre un prologue relativement long et suffisamment complet pour vous inculquer les bases essentielles de la construction.

Les différents chapitres vous proposeront alors de rebâtir peu à peu des zones relativement limitées, mais qui vous fourniront de très (très) nombreux ingrédients et autres matériaux visant à construire des maisons, des équipements, de la nourriture, mais aussi (RPG oblige) des armes et des armures. En effet, même si Dragon Quest Builders peut faire penser à une simple copie de Minecraft dans un premier temps, il conserve une bonne part d'action-RPG (en plus d'une réelle identité).

Cela se traduit par des combats face à différentes créatures (lesquelles offriront également divers matériaux), mais aussi par un système de levelling. Pour faire grimper son niveau de bâtisseur, il faudra... bâtir. En effet, plus le joueur se charge de remettre sur pied un village, plus son niveau augmente, plus il peut progresser dans l'aventure. Les joueurs ayant un sens aigu de la décoration s'en donneront à coeur joie, le but étant de remplir au mieux une pièce pour engranger des points d'XP. Au fur et à mesure de l'évolution du village, la trame principale s'ouvrira, et de nouveaux personnages viendront également peupler votre petite bourgade.

Construire comme dans Minecraft, avec un côté action-RPG


Contrairement à ce que l'on pourrait penser, l'aspect "construction" de Dragon Quest Builders est d'une simplicité assez effarante. En effet, l'interface est relativement riche, mais plutôt bien pensée pour permettre de jongler rapidement entre les différents matériaux. Une pression sur un bouton, et vous pourrez alors empiler des blocs de terre, planter des fleurs, mettre en place un escalier, une pancarte, des lits, des feux de camps, des ateliers... Tout s'effectue avec une simplicité assez enfantine, si bien que la seule limite à la construction semble être votre seule imagination. Le jeu indique généralement comment mettre au point telle ou telle pièce (parfois avec des plans), mais il invite également le joueur à faire ses propres expériences, avec quelques très bonnes surprises à la clé.

Constamment, le jeu parvient à maintenir cet équilibre assez judicieux entre construction et éléments de RPG, avec une exploration indispensable pour mettre la main sur de nouveaux éléments. Tout (ou presque) est destructible dans Dragon Quest Builders, au même titre que tout (ou presque) est constructible. Une fois encore, c'est l'ingéniosité, la logique, l'intelligence du joueur qui sont constamment mises à l'épreuve ici. Au total, le jeu propose 4 chapitres (environ 8 heures chacun), avec la nécessité de repartir de zéro au début de chaque nouveau chapitre. Evidemment, le joueur conserve son niveau de connaissances, mais tous les objets doivent être à nouveau récupérés sur le terrain de jeu. Un peu déceptif dans un premier temps, cela reste finalement un "défaut" mineur, puisque le jeu parvient toujours à offrir des nouveautés intéressantes, au niveau des quêtes donc, comme au niveau du système de construction, que le joueur affûte évidemment de plus en plus au fil des heures passées sur le jeu. Un très bon titre donc, malgré un mélange qui peut rebuter, et même si on regrette quelques errances au niveau de la caméra ou même un rythme global assez mou, la recette fait mouche, et ce Dragon Quest Builders constitue un excellent titre sur Nintendo Switch, à condition bien sûr de vouloir mettre sa créativité à l'épreuve.

Notre avis sur Dragon Quest Builders sur Nintendo Switch !

Déjà très réussi sur PlayStation 4, Dragon Quest Builders ne manque pas son transfert sur la Switch de Nintendo. L'expérience reste tout aussi agréable, certes un chouia moins du côté visuel, mais le jeu repose sur cette association à la fois ludique et originale, entre jeu de construction et RPG. Un jeu qui laisse le joueur avancer à son rythme, en mettant constamment sa créativité et sa logique à l'épreuve, avec en prime un vrai scénario et diverses quêtes à accomplir. Du tout bon en somme, pour qui s'estime assez courageux et créatif pour redonner toute sa splendeur à Alefgard.
La note Clubic
Les plus
  • Le côté construction très riche, qui fait appel à toute la créativité du joueur
  • De très nombreux éléments à découvrir
  • L'esthétique Dragon Quest, toujours aussi soignée
  • Graphiquement réussi (720p/60 fps en mode dock et 720p/30 fps en mode nomade)
  • Un aspect exploration assez énorme
  • Les villageois qui font leur vie
  • Un concept intelligent
Les moins
  • Les combats très basiques
  • La caméra, rarement au top
  • Le rythme global, assez mou dans l'ensemble
Stéphane Ficca
Publié le 27 févr. 2018