La note Clubic
Les plus
  • Façades interchangeables
  • Bonnes finitions
  • Logiciel Synapse complet
  • Capteur optique efficace
Les moins
  • Uniquement pour droitiers
  • Pas de mode sans-fil
  • Un peu lourde pour les FPS

Test Razer Naga Trinity : une souris pour les diriger toutes

Avec sa nouvelle Naga Trinity, la dernière souris de la marque se rapproche plus du caméléon que du mulot. Pensée pour s’adapter à toutes les situations grâce à ses façades interchangeables, elle vise les joueurs avides de MMORPG, mais pas seulement !

Il y a quelques années, Razer dévoilait sa première édition de la Naga, une souris au design assez atypique, puisqu’elle intégrait un nombre impressionnant de 12 boutons en façade. A l’époque, les MMORPG avaient clairement la côte, et les nombreux amateurs de WoW disposaient enfin d’un équipement leur permettant de gérer sorts et compétences du bout du pouce.

Une souris pour les diriger toutes

Depuis, la plupart des accessoiristes intègrent une souris dite « MMO » à leur gamme, et l’on pourra notamment citer la Scimitar chez Corsair ou encore la G600 chez Logitech. Tous ces modèles disposent de cette fameuse grille de 12 boutons, et tous ces modèles souffrent du même problème : un manque flagrant de polyvalence. En effet, si cette multitude de commandes peut s’avérer très pratique sur certains titres, elle montre souvent ses limites lorsque l’on souhaite enchaîner quelques headshots sur son FPS favori.

Avec sa nouvelle Naga Trinity, Razer semble pourtant avoir trouvé la solution idéale. La souris est proposée avec trois façades interchangeables, intégrant chacune plus ou moins de boutons en fonction de ses besoins. En clair, que l’on soit d’humeur pour un raid sur World of Warcraft ou au contraire pour tenter d’arracher un fameux Chicken Dinner sur PUBG, chacun devrait pouvoir trouver son bonheur.

Plus en détails, les trois façades présentent les caractéristiques suivantes :
  • Une façade « MMO » avec grille de 12 boutons
  • Une façade « MOBA » avec cercle de 7 boutons (à l’image de la précédente Naga Hex)
  • Une façade « Classique » avec uniquement 2 boutons
Le changement se réalise en un clin d’œil, via un système magnétique soigné. Dans l’ensemble, la souris en elle-même présente également d’excellentes finitions. La coque en plastique apporte un bon confort, et les courbes de la souris offrent une prise en main intuitive (mais réservée aux joueurs droitiers).

Si la souris se montre confortable, son utilisation pourra demander un certain temps d’adaptation. Les façades « MMO » et « MOBA » demandent notamment quelques heures d’entrainements avant d’être parfaitement maitrisées, et il faut bien avouer que l’on active souvent quelques compétences par erreur lors des premières utilisations.

Un logiciel toujours aussi complet

Pour accompagner sa Naga Trinity, le constructeur propose d’installer son logiciel maison, le Razer Synapse. Désormais disponible en version 3.0, il présente une nouvelle interface plus claire mais toujours aussi complète.

Depuis l’outil, on pourra notamment créer différents profils de configuration afin d’adapter les options de la souris à chacun de ses jeux et logiciels. On pourra notamment modifier l’attribution des différents boutons, en choisissant parmi les commandes proposées par Razer ou en créant ses propres macros. La nouvelle version du logiciel apporte également une nouveauté de taille, l’HyperShift. Sous ce nom, une option permettant d’attribuer une commande secondaire à chacun des boutons. De quoi disposer de près d’une quarantaine de raccourcis directement accessible depuis sa souris !

C’est également depuis le logiciel que l’on pourra régler le comportement du capteur optique de la Razer Naga Trinity. Ici, le constructeur offre la possibilité de sauvegarder jusqu’à 5 niveaux de sensibilité, compris entre 100 et 16 000 DPI, mais également d’opter pour un taux de réponse de 1000 Hz. De quoi offrir une parfaite réactivité.

Enfin, difficile de parler d’un produit Razer sans citer les éclairages Chroma. Comme pour la plupart des périphériques de la marque, on retrouve plusieurs zones de rétroéclairages RGB entièrement paramétrables depuis le logiciel Synapse.

Vraiment polyvalente ?

En pratique, la Naga Trinity s’en sort elle aussi bien que le constructeur l’annonce ? Pour se faire une meilleure idée, rien de mieux que la pratique ! Quelques parties de Battle Royale sur Fortnite, enchainées par une poignée de quêtes sur The Witcher 3 et un donjon sur Final Fantasy XIV devraient déjà aider à y voir plus clair.

Du côté des performances, rien à redire. Le capteur optique 5G fonctionne à merveille, offrant un tracking similaire à celui de la dernière DeathAdder Elite. Et pour le reste, les différentes façades offrent une polyvalence rarement atteinte sur une souris gaming. La Razer Naga Trinity est à l’aise dans toutes les situations, et les joueurs touchent à tout devraient véritablement apprécier.

Conclusion

Avec la Naga Trinity, Razer offre une seconde jeunesse à sa souris MMO. Bien plus polyvalente que les précédentes générations, elle s’adapte à toutes les situations grâce à ses nouvelles façades et son capteur optique efficace.

Si elle ne viendra pas remplacer des modèles spécialement taillés pour les FPS, son nouveau format permet de profiter pleinement de tous ses jeux sans être pénalisé par le trop grand nombre de boutons. Un pari réussi !
La note Clubic
Les plus
  • Façades interchangeables
  • Bonnes finitions
  • Logiciel Synapse complet
  • Capteur optique efficace
Les moins
  • Uniquement pour droitiers
  • Pas de mode sans-fil
  • Un peu lourde pour les FPS
Samy Ben Abdallah
Publié le 2 mars 2018