La note Clubic
Les plus
  • La qualité des basses
  • L'aide vocale à l'appairage
  • Une autonomie améliorée...
Les moins
  • ... mais qui pourrait aller plus loin !
  • La qualité d'isolation de la mousse à mémoire de forme reste à démontrer

Skullcandy dévoile le HESH 3, dernier-né de sa gamme sans fil


Dans le secteur des casques sans fil, Skullcandy promet de monter légèrement en gamme avec le HESH 3. Descendant direct du HESH 2, dont il s’éloigne pourtant, l’accessoire propose une amélioration sensible de l’autonomie et une amplification digitale, avec l’ambition, peut-être, de rivaliser avec les appareils de la gamme supérieure.

Elle est invisible, et pourtant c’est la nouveauté qui marquera la première l’esprit de ses utilisateurs : le HESH 3 dure longtemps. L’autonomie promise par Skullcandy avoisine les 22 heures d’utilisation. Si l'endurance réelle est, comme souvent, légèrement en-deçà de ce chiffre, on peut toutefois espérer conserver une vingtaine d’heures d’écoute, même après de multiples recharges de la batterie.

Il faut le reconnaître : sur ce point, la marque nous a déjà proposé mieux par le passé. Le Crusher, également sans fil, offrait une autonomie de l’ordre de la quarantaine d’heures, soit deux fois celle du HESH 3. Cela dit, cette endurance reste supérieure à celle de son prédécesseur, le Skullcandy HESH 2, sorti trois ans plus tôt : le constructeur affichait alors une quinzaine d’heures d’autonomie, pour une douzaine en situation réelle.

Et surtout, l’autonomie du Skullcandy HESH 3 est désormais comparable à des accessoires haut de gamme et conçus par des poids lourds : le MDR 1000-X de Sony et le MM 550-X de Sennheiser réalisent des performances comparables sur ce point, alors qu’ils sont situés dans une tranche de prix nettement supérieure.

Le HESH 3 dispose enfin d’une charge rapide. Skullcandy promet ainsi 3 heures d’autonomie pour 10 minutes de charge. Une technologie bienvenue puisqu’elle manquait aux générations précédentes. Le HESH 2 ne la possédait pas.

Le design se rapproche du Crusher

Évoquer le Crusher de Skullcandy n’est pas anodin : l’esthétique du HESH 3 est plus proche de ce dernier pour s’éloigner d’autant plus du HESH 2. On obtient ainsi des écouteurs allongés, ceux-ci étant également rétractables vers l’intérieur pour le transport. L’accessoire s’est également doté d’une mousse à mémoire de forme, celle-ci venant remplacer l’ancien similicuir. L’objectif de cette mousse est non seulement d’assurer un meilleur confort d’utilisation à long terme, mais également de renforcer l’isolation des sons. L’arceau, quant à lui, reçoit un coussinet central.

La disposition des boutons est sensiblement identique à celle du Crusher. Réparties entre côtés gauche et droit, les touches permettent de contrôler le volume et le changement de pistes. Le casque permet également de prendre des appels, c’est pourquoi l’une de ses touches permet de décrocher. Il a donc logiquement un micro intégré.

En fait, la firme ne fait que continuer sur sa lancée et reprend ce qui a fonctionné dans ses précédents produits.

Alerte disparition sur les moteurs haptiques


Le Crusher Wireless était équipé de moteurs haptiques, ces « moteurs de vibration » qui faisaient vibrer physiquement le casque dans les basses, de manière à les mettre en valeur. Mais dans les faits, ces moteurs ont surtout participé à gâcher l’expérience des utilisateurs.

La nouveauté du HESH 3 est qu’il ne comporte pas de moteurs haptiques. Skullcandy fait ainsi machine arrière et revient sur deux haut-parleurs de 40 mm. Une leçon tirée du Crusher, donc, puisque les haut-parleurs sont restés les mêmes.

Comme sur les anciennes générations, la portée du Bluetooth « dans l’air » avoisine la centaine de mètres avant de montrer des difficultés. Cela laisse de quoi faire...

Une nouveauté concernant le Bluetooth réside dans les messages vocaux délivrés par le casque lui-même. Le HESH 3 dispose effectivement d’une aide vocale permettant de faciliter son appairage avec vos différents supports audio.

Un prix de sortie tirant vers le haut de gamme

Prix de lancement : 130€, un peu moins que le Crusher. Ce prix manifeste une volonté de Skullcandy de positionner le HESH 3 dans les appareils hauts de gamme (puisque le HESH 2 était cédé autout de 90€).

On l’aura compris : le HESH 3 est une manière pour son concepteur de poursuivre l’expérience du Crusher tout en assurant la nouvelle génération de sa série emblématique. Reste à voir si le résultat de cette « expérience » saura trouver son public !
La note Clubic
Les plus
  • La qualité des basses
  • L'aide vocale à l'appairage
  • Une autonomie améliorée...
Les moins
  • ... mais qui pourrait aller plus loin !
  • La qualité d'isolation de la mousse à mémoire de forme reste à démontrer