La note Clubic
Les plus
  • Une ergonomie ambidextre
  • 9 boutons personnalisables
  • Logiciel Razer Synapse 3
  • Options de rétroéclairage
Les moins
  • Capteur moins précis que certains concurrents
  • Pas de socle de recharge

Razer Lancehead : la souris gaming en test

Poids lourd du secteur des périphériques gaming, Razer revient sur le devant de la scène avec sa nouvelle souris Lancehead. Déclinée en version filaire (Tournament Edition) et sans-fil, elle se positionne comme un modèle polyvalent, capable de s’adapter à tous les joueurs via une conception parfaitement symétrique.

C’est aujourd’hui sur la version sans fil que l’on portera notre attention. Proposée à un prix de base de 149,99€, elle viendra se placer en concurrence directe avec la Logitech G903 (capable de se recharger sans fil via en l’associant au tapis PowerPlay) ou encore la Roccat Leadr. Pour se démarquer de ses rivales, la Lancehead mise sur son un design tranchant avec celui de ses précédents modèles, mais également sur son système AFT (pour Adaptive Frequency Technology), assurant une connexion parfaitement stable même en présence d’interférences.

Une conception travaillée, adaptée à tous

Les souris Razer sont réputées pour offrir un excellent confort, mais ces dernières restent dans la plupart des cas réservées aux droitiers. Avec le modèle Lancehead, le constructeur ne laisse personne sur le carreau et présente une souris ambidextre, capable de s’adapter aussi bien aux joueurs droitiers que gauchers.

Si la construction générale de la souris diffère des précédents modèles DeathAdder et Mamba, le look de cette Razer Lancehead est lui aussi complètement revu. Pour ce modèle sans fil, le constructeur abandonne temporairement ses habituels plastiques noirs au profit d’une nouvelle robe Gun Metal faisant clairement son petit effet. Visuellement, la nouvelle souris de Razer est une réussite, alors que ses finitions semblent parfaitement tenir la route.

A première vue, l’ensemble apparait robuste, mais il faudra attendre quelques mois d’utilisation avant de pouvoir juger de sa véritable fiabilité. La face supérieure de la souris présente ses deux boutons principaux, ainsi qu’une molette disposant d’un rétroéclairage personnalisable. Les boutons intègrent des interrupteurs Omron offrant une excellente réactivité, alors que la molette présente un défilement cranté plutôt agréable.

Derrière la molette, deux boutons supplémentaires permettent par défaut d’ajuster la sensibilité du capteur. A tout moment, on pourra naviguer parmi 5 niveaux de DPI que l’on pourra programmer via le logiciel Razer Synapse. Evidemment, chaque joueur pourra attribuer l’action de son choix à ses deux boutons, qui restent facilement accessibles via l’index. Place ensuite aux façades, présentant une construction parfaitement similaire. On y retrouvera deux boutons supplémentaires de chaque côté, ainsi qu’une large zone texturée en caoutchouc, apportant en pratique un grip correct. Entre les deux, une large zone de rétroéclairage pourra être personnalisée afin d’obtenir de beaux effets de dégradés.

Alors oui, cela n’apporte pas grand-chose lors d'une session gaming, mais les amateurs de personnalisation et de d’éclairages RGB apprécieront.

De nombreuses options de personnalisation...

Pour paramétrer dans les moindres détails la Razer Lancehead, le constructeur accompagne sa souris du nouveau logiciel Razer Synapse 3. Depuis celui-ci, on pourra venir modifier l’affectation de ses 9 boutons, en y positionnant l’action de son choix, voir des macros plus complexes. Petite nouveauté de ce côté-là avec la fonctionnalité HyperShift, permettant d’affecter une action alternative à chacun des boutons de la souris (une aubaine pour les joueurs de MMORPG).

L’outil permet également de jouer avec les différentes zones de rétroéclairage de la souris (molette, repose-paume et lignes latérales). De nombreux effets sont disponibles, et il est possible de créer ses propres éclairages en fonction de ses jeux et logiciels. Dernier point essentiel du Razer Synapse, les options du capteur, permettant de choisir ses niveaux de sensibilité, entre 100 et 16 000 DPI.

...au détriment d’un capteur parfaitement fiable

Pour cette version sans-fil, Razer opte pour un capteur laser 5G. A l’utilisation, celui-ci se montre à la fois performant et efficace, mais les joueurs les plus pointilleux pourront y trouver à redire. En effet, les meilleures souris gaming intègrent un capteur optique, offrant en pratique une précision supérieure et surtout une absence totale d’accélération. Un choix étrange de la part de Razer, d’autant plus que le modèle filaire, plus abordable, dispose lui d’un capteur optique. A l’utilisation, la grande majorité des joueurs n’y verront cependant pas de grandes différences et il restera possible de profiter pleinement de ses jeux tout en bénéficiant du confort apporté par le sans-fil.

Aussi à l’aise sur les FPS récents tels que Battlefield 1 ou PUBG que sur les MMORPG demandant de nombreux boutons, la Lancehead offrira une expérience agréable pour les joueurs amateurs. On conseillera cependant aux adeptes de compétitions de s’orienter vers son homologue filaire. Terminons avec un point sur l’autonomie. Comptez environ 20 heures d’autonomie avant de devoir rebrancher la souris à son long câble tressé.

Conclusion

A chaque joueur sa Lancehead. Polyvalente, la nouvelle Razer Lancehead présente un design efficace et de nombreuses possibilités de personnalisation. Tout n’est cependant pas parfait sur cette version sans fil, et les joueurs les plus pointilleux s’orienteront probablement vers le modèle Tournament Edition, bénéficiant d’un capteur optique plus précis.
La note Clubic
Les plus
  • Une ergonomie ambidextre
  • 9 boutons personnalisables
  • Logiciel Razer Synapse 3
  • Options de rétroéclairage
Les moins
  • Capteur moins précis que certains concurrents
  • Pas de socle de recharge