La note Clubic
Les plus
  • L'autonomie vraiment intéressante et la charge rapide
  • Les commandes réactives
  • Le son qui s'améliore par rapport aux modèles précédents
  • La puce W1
Les moins
  • L'arceau rigide, rapidement inconfortable
  • Le micro un peu faible en extérieur
  • Le prix, toujours très élevé

Casque audio Solo3 Wireless, une copie (presque) conforme du Solo2 !

On entend tout sur les casques Beats : que le son n’est pas équilibré, qu’ils serrent la tête, qu’ils n’ont que leur marque pour se vendre… Mais qu’en est-il vraiment du Solo3 Wireless, le nouveau casque sans fil moyen-de-gamme de la marque ? Réponse dans notre test du Solo3 Wireless !

Avant de déballer le Solo3 Wireless, on se demandait forcément quelles seraient les différences avec les différentes versions du Solo2… et surtout, s’il y en avait ! La réponse est non : les modèles se ressemblent énormément.

On découvre donc un casque supra aural aux oreillettes plutôt confortables, qui ont le mérite d’isoler des bruits extérieurs lorsque vous vous promenez (ce modèle n’ayant pas de réduction active de bruit comme le Studio3). Un bouton situé sous l’oreille droite vous permettra d’allumer et d’éteindre le casque, mais aussi de surveiller la batterie restante grâce à 5 diodes représentant le niveau de charge de celle-ci. L’oreille gauche cache les commandes habituelles qu'on retrouve sur un casque sans fil : appuyez sur le dessus pour augmenter le volume et sur le bas pour le baisser ; appuyez une fois au milieu pour arrêter ou relancer votre musique, deux fois pour passer à la chanson suivante et trois fois pour reculer d’une musique ! Ce système vous permettra aussi de prendre un appel. Ces commandes s’avèrent assez instinctives, pratiques et réactives à l’utilisation.

Du côté de l’arceau, le résultat est plus mitigé : la pression induite par le casque sur le haut de la tête est rapidement gênante. Au bout d’une heure, vous risquez donc de ressentir une certaine gêne à le porter… Le casque reste par contre bien sur la tête quand vous bougez, sans pour autant trop presser les oreilles.

À noter que le casque se replie très facilement et peut être rangé dans un étui de transport offert par la marque pour éviter de l’abîmer, lorsque vous ne le portez pas.

Puce W1 : Beats simplifie l’appairage à un iPhone

Pour celles et ceux qui auraient un iPhone, sachez qu’appairer ce casque sans fil sera très simple. En cause, la nouvelle puce W1 qui arrive enfin sur cette gamme. Il vous suffira d’appuyer 5 secondes sur le bouton de marche pour que casque soit automatiquement détecté et configuré par votre iPhone. Cette nouvelle puce permet aussi de lier votre casque à tous les iPhones liés au même compte iCloud.

Pour celles et ceux qui auraient un smartphone Android, l’appairage n’est pas plus compliqué que pour un autre casque sans fil.

Une autonomie à faire rêver les autres casques wireless

Avec le Solo3, Apple et Beats promettent jusqu’à 40 heures d’autonomie. Notre test ne nous aura pas donné l’occasion de le tester activement pendant 40 heures, mais nous n’aurons eu qu’à le charger une fois pour tenir une semaine sans problème.

D’ailleurs, la charge rapide est un vrai plus : branchez pendant 5 minutes votre casque à une prise, et vous aurez près de 2 heures d’autonomie ! N’oubliez pas de jeter régulièrement un coup d’œil aux diodes pour vérifier que vous avez assez de batterie pour tenir la journée.

Des basses, du son et un micro un peu trop faible

Niveau son, le Solo3 se comporte correctement – tant que l’on supporte les choix de Beats. Les basses sont toujours présentes, même si la marque fait l’effort de proposer un son plus équilibré. À moins d’être à la recherche d’une qualité sonore de pointe, ce casque sans fil fera très probablement votre bonheur ! La spatialisation offerte par le Solo3 est aussi très correcte. Vous pourrez donc vous servir du casque pour écouter de la musique, ou regarder un film dans les transports en commun sans avoir à changer le volume en fonction des scènes. Il est d’ailleurs intéressant de noter que le casque se comporte aussi bien en filaire qu’en sans-fil et que seul le volume est impacté par la présence ou non du fil.

Si le micro est bon en intérieur, il s’avère un peu faible dehors. Votre interlocuteur vous entendra de loin, ce qui peut gêner la conversation - mais ne l’empêche pas.

Un prix qui reste (trop) élevé

Reste le point qui bloque souvent : le prix. Le Beats Solo3 Wireless est proposé pour 299€, quel que soit le coloris. Difficile de nier que ce prix est extrêmement élevé, même s’il s’affiche très souvent en réduction.

Dans la gamme de prix, on retrouve le Quiet Comfort 25 de Bose, qui bénéficie d’une réduction active de bruit mais « souffre » d’un câble. Dans la même marque mais pour 70€ de moins, vous retrouverez le SoundLink II. Le Parrot Zik 3 se trouve entre 199€ et 279€ ; tandis que le Focal Listen Wireless ne dépasse pas les 249€.

Notre avis sur le Beats Solo3 Wireless

Le Beats Solo3 Wireless est un très joli casque, agréable à porter tant que la session musicale n’est pas trop longue. Son gros point fort est sans nul doute son autonomie folle, qui est complétée d’une charge (vraiment) rapide. Pourtant, ce casque très pratique (car il peut s’appairer très facilement grâce à la puce W1 et que les commandes sont très réactives) souffre de quelques problèmes.

Le micro s’avère un peu faible en extérieur et l’arceau rigide devient inconfortable au bout de quelques heures… Si ces points ne devraient pas rebuter de prime abord, c’est quand on se rappelle du prix très, très élevé de ce casque que ces problèmes deviennent réellement gênants.

En bref, un bon casque sans fil qui corrige une partie des problèmes relevés sur les éditions précédentes, mais qui reste un peu cher.
La note Clubic
Les plus
  • L'autonomie vraiment intéressante et la charge rapide
  • Les commandes réactives
  • Le son qui s'améliore par rapport aux modèles précédents
  • La puce W1
Les moins
  • L'arceau rigide, rapidement inconfortable
  • Le micro un peu faible en extérieur
  • Le prix, toujours très élevé
Charline
Publié le 20 mars 2018