Huawei P9 Lite : allégé oui, mais surtout sur la photo

Le Huawei P9 Lite nous refait le coup du P8 Lite l'an dernier : un modèle « cheap » sorti en catimini après son dernier haut de gamme, le surprenant P9. Ici, plus de double capteur réalisé en collaboration avec Leica. Toutefois, Huawei réalise un smartphone milieu de gamme assez réussi et élégant.

Design et ergonomie : moins Lite que son prédécesseur

Il est toujours dangereux de capitaliser sur le nom d'un smartphone haut de gamme pour une déclinaison plus modeste. LG, notamment, était coutumier du fait avec des résultats parfois hasardeux.

Au premier abord, le Huawei P9 Lite fait meilleure impression, par rapport à son modèle, que le P8 Lite face au P8. Alors que le Huawei P8 passait au tout plastique, le P9 Lite conserve tout de même une bordure métallique du meilleur effet, et si le dos est en plastique, il est bien fini et légèrement incurvé sur les bords, avec une transition quasi parfaite entre le plastique, l'aluminium et le verre qui recouvre l'appareil photo. Pas d'effet « 2,5 D » sur le verre mais les bords de l'écran ne sont pas tranchants pour autant.

Le P9 Lite est un peu plus fin que le P8 Lite, et prend quelques mm en hauteur, un peu moins en largeur, en raison du passage de 5 à 5,2 pouces. Comme sur le P9, la hauteur peut être un problème pour l'usage à une main. Les bordures en haut et en bas de l'écran sont un peu trop généreuses.

Composants : des compromis sur le processeur, pas tant sur le reste

Le Huawei P9 Lite ne peut évidemment pas embarquer la crème des processeurs de HiSilicon : il se contente d'un Kirin 650, une puce aux performances nettement plus modestes, sur le papier, mais tout de même au dessus du Kirin 620 qui équipait le P8 Lite. Toujours octo-cœur, la puce est composée de 4 cœurs Cortex A53 à 2 GHz, et 4 cœurs à 1,7 GHz, tandis qu'un Mali T880MP2 assure le côté graphique.

L'écran conserve sa taille et sa résolution, mais pas sa technologie. D'un IPS-NEO, on passe à un simple iPS, et on ne voit pas franchement de différence majeure entre les deux. Là encore c'est un progrès par rapport au P8 Lite dont l'écran était en dessous de celui du P8. Rien de ça ici : la dalle affiche de beaux contrastes, des couleurs assez justes et des angles de vision impeccables.

Le stockage est des plus classiques. On trouve 16 Go en interne et un slot microSD pour étendre la capacité. Le téléphone embarque 3 Go de mémoire vive.

Comme son modèle, le P9 Lite est compatible 4G+ (LTE Cat 6), avec une prise en charge de toutes les bandes de fréquence utilisées en France. Tous les constructeurs chinois ne peuvent pas en dire autant.

Interface : EMUI en progrès mais toujours en décalage

Comme tout smartphone Huawei, le P9 Lite exécute la ROM EMUI, dont les conventions diffèrent très largement de l'interface « standard » d'Android. En fait, il s'agit davantage d'une réplique de iOS, et selon les utilisateurs sondés, ça peut plaire ou irriter.

Disons que depuis la version 4 de la ROM, Huawei a au moins réglé un bon nombre d'aberrations et d'incompatibilités visuelles. C'est déjà ça, mais la gestion des notifications semble être restée 2 ans en arrière, et l'écran de verrouillage ne se comporte pas toujours comme on le souhaiterait. Pour un utilisateur lambda, ça n'aura absolument aucune incidence, mais les puristes préféreront un constructeur plus respectueux du travail de Google.

Cela dit, le P9 Lite ne semble faire aucun sacrifice sur le plan du confort d'utilisation par rapport à son confrère, et il n'y a rien à déplorer niveau fluidité et réactivité. Pour peu que l'on s'adapte à cette interface, elle tourne comme un charme. On est loin des saccades récurrentes du Honor 5X !

Utilisation au quotidien : petites mains s'abstenir ?

La taille des bordures supérieure et inférieure font du P9 Lite un smartphone tout en hauteur, bien plus que ne l'était le P9. La prise en main en pâtit un peu, mais Huawei propose un mode d'utilisation à une main, activé depuis un balayage sur la barre d'icônes inférieure. On apprécie, mais on préférerait pouvoir couvrir davantage de surface avec son pouce sans avoir à rétrécir l'interface temporairement.

Le capteur d'empreinte, comme sur le P9, est d'une réactivité et d'une fiabilité quasi irréprochables, alors que l'enregistrement des empreintes est rapide et efficace. Seul défaut : il gagnerait à être un peu plus facile à distinguer à l'aveuglette.

Sur les fonctions les plus basiques, oui, le P9 Lite est un bon téléphone, avec des conversations intelligibles des deux côtés. On n'a pas noté de problème d'accroche réseau, ni de fix GPS. Enfin, si la paire d'écouteurs fournie est assez inconfortable, on la remplacera aisément par des écouteurs de meilleure qualité, en profitant d'une sortie qui nous a semblé tout à fait satisfaisante. Le lecteur audio propose des améliorations du son qui gonflent les basses, mais dénaturent le son.

Photo : Leica s'en va, la qualité aussi

Huawei avait mis l'accent sur la photo avec son P9 : partenariat avec Leica, double appareil photo assez original (un capteur RVB et un capteur monochrome) et couche photo complète permettant des effets bokeh (flous d'arrière plan) et la capture au format RAW.

Malheureusement, le principal compromis du P9 Lite réside précisément sur cette partie. Tout passe à la trappe ou presque. Le double capteur est remplacé par un simple appareil photo, et la célèbre marque allemande est aux abonnés absents.

Reste une nouveauté de EMUI 4 : le mode Pro Photo Camera. Même sans les gadgets de la marque Leica (son du déclencheur, polices), il permet de jouer manuellement sur les paramètres (mise au point, balance des blancs, sensibilité...) et de bénéficier d'assistances visuelles telles qu'un niveau horizontal. La capture RAW, en revanche, n'est pas de la partie, et vu la qualité des photos, ça n'est peut-être pas un mal.

Car le P9 Lite produit des images bien ternes, et beaucoup trop douces, assez proches des précédents capteurs des smartphones du constructeur, et bien éloignés de la pêche et des détails des photos produites avec le P9.
Captures photo en luminosité élevée

En faible luminosité, c'est pire : quand il ne rate pas sa mise au point, les détails se font la malle et le bruit est beaucoup trop présent.
En faible luminosité, le bruit est très présent

La vidéo ne se distingue pas vraiment davantage. Pas de 4K, évidemment, ni de 1080p à 60 FPS. On trouve bien des modes timelapse et ralenti, mais ce dernier est limité.

Performances

Que vaut le Kirin 650 embarqué par le Huawei P9 Lite ? On peut tout simplement dire que la puce se situe dans la moyenne, avec des performances CPU dignes d'un milieu de gamme, et même un peu de marge qui le voit dominer un Moto G4.

La partie graphique se distingue davantage. On reste dans des performances relativement modestes sur des tests vraiment gourmands, comme les bench Open GL ES 3.x de GFXBench ou 3DMark.

En pratique, le smartphone s'en tire avec les honneurs. Asphalt 8 tourne en niveau de détail élevé, avec tous les effets activés, au prix de légères saccades lorsque les voitures à l'écran sont nombreuses. Ça reste néanmoins tout à fait jouable. Même constat avec Marvel Tournoi des Champions. Ça saccade indéniablement, mais pas suffisamment pour nuire à l'expérience de jeu.

Autonomie

Avec une fiche technique plus modeste que celle du Huawei P9, et une batterie de même capacité (3 000 mAh), on attend logiquement une autonomie satisfaisante. Et c'est le cas : le milieu de gamme de Huawei tient une heure de plus que son grand-frère sous PC Mark, alors que le P9 était déjà plutôt endurant.

Avec un usage moins intensif de l'écran, on peut largement espérer finir la journée à la moitié de sa batterie : pas de mauvaise surprise à attendre en fin de soirée !

Le Huawei P9 Lite pourrait être un nouvel exemple de capitalisation un peu abusive sur le nom d'un haut de gamme, s'il n'était pas aussi réussi en soi. Car même en affichant un lien finalement assez lointain avec le P9, le nouveau milieu de gamme de Huawei est un smartphone de qualité.

Un peu moins luxueux que le P9 côté design, il demeure élégant et bien fini. Ses performances sont revues à la baisse, mais tout à fait satisfaisantes sur son segment. Et surtout, Huawei n'a fait aucun compromis sur l'écran, très confortable, sur le capteur d'empreinte, ou sur la batterie qui garantit une grosse journée d'utilisation sans mauvaise surprise en soirée.

Finalement, on lui reprochera surtout de sacrifier à ce point la partie photo du P9. On perd à peu près tout : l'originalité du double capteur, et la qualité des images produites, qui manquent vraiment de peps.

Le Huawei P9 Lite aura donc du mal à satisfaire pleinement les utilisateurs dont la photo est la priorité absolue. Pour tous les autres, Huawei signe une fois de plus un bon smartphone milieu de gamme dans la lignée du Honor 7.
La note Clubic
Finition
Ergonomie
Autonomie
Puissance
Photo
Les plus
  • Design bien fini et agréable
  • Bonne autonomie
  • Pas de sacrifices sur l'écran
Les moins
  • APN décevant
  • Performances 3D en retrait
  • Plus d'USB-C